Page images
PDF
EPUB

ANCIEN- qui y

[ocr errors]

NES CON

[ocr errors]

TIONS
D'ANGLE-
TERRE.

qui y demeuroient , étoient si parfaitement unis qu'ils sem. GREGA- bloient ne faire qu'une même Congregation. C'eit dans ce

Monastere de Jarrow que le venerable Bede fit profession de
la vie Monastique.

L'Ordre de saint Benoît se multiplia beaucoup en Angle-
terre dans le siécle suivant : & entre les Monasteres qui y
furent fondés, fut la celebre Abbaïe de saint Alban , dont
Offa Roi des Merciens fut le Fondateur. Il y en a qui pre-
tendent que ce fut pour expier le crime qu'il avoit commis
en faisant tuer saint Ethelbert Roi d'Estangle , qu'il avoit
attiré à la Cour sous pretexte de lui donner sa fille en ma-
riage : mais le Pere Mabillon croit qu'il avoit fait déja bâ-
tir cette Abbaïe l'an 790. & il ne fit tuer le Prince Éthel-
bert
que
l'an

793. Cette Abbaïe fuc une des plus celebres
d'Angleterre. Elle avoit onze Monasteres de la dépendance
& deux Hôpitaux fameux , & l'Abbé prenoit le titre de
premier Abbé d'Angleterre.

Ce fut cette même année que les Danois ou Normans entrerent en Angleterre. La désolation de l'Eglise de Lindisfarne , où ils tuerent la plus grande partie des Religieux, & prirent les autres pour les emmener captifs avec les richesses de cette Eglise , ne fut que le coup d'essai de leur fureur. Ils y retournerent l'année suivante", pillerent l'Abbaïe de Jarrow, ravagerent plusieurs Monasteres , & pendant près d'un siécle qu'ils resterent en cette isle, il n'y eut point de Monastere qui ne se ressentît de la rage & de la cruauté de ces Barbares. Mais ils furent enfin chassés des Provinces qu'ils occupoient après la défaite de leur Prince Godron ou Guthrum par Alfred Roi de Westsex , qui l'obligea de se faire baptiser. Il fut son parrain & le nomma Edelstran. Il lui donna & aux Danois qui s'étoient convertis avec lui les deux Roïaumes d’Estangle & de Northumbre, qui étoient presque déserts & des plus exposés aux incursions des Païens,&se reserva le reste de l'Angleterre qui avoit été toute sollmise à sa domination', après avoir été par son moïen affranchie du joug des Danois. Ce Prince s'appliqua à faire refleurir la pieté, la justice & les Lettres. Il'fit bâtir deux Monasteres, l'un pour des hommes dans l'isle d’Acheiney qui lui avoit servi de refuge pendant la guerre des Danois, & l'autre pour des filles à Šalisbury. Mais comme il ne crous

[ocr errors]

NES CON
GREGA-

D'ANGLE
TERRE.

avoit été élevé par des Irlandois qui . Moines pour lors,

voit point en Angleterre de Religieux pour peupler celui Anciend’Atheinev, il y en mit de diverses nations, & ordonna qu'on Y élevât des enfans dans l'esperance qu'étant instruits dans tons la pieté, ils embrasseroient la profession Monastique. • 11 fit bâtir un troisiéme Monastere à Wilton que l'on appella le nouveau Monastere, pour le distinguer de l'ancien qui avoit été changé en Cathedrale ; mais il ne put pas le finir, ce qui ne fut fait que sous le Regne d'Edouard son fils.

Il fallut du tems pour reparer tous les Monasteres qui avoient été détruits par les Danois. Il y en avoit déja environ cinquante qui étoient relevés sous le Regne du Roi Edgar , qui aïant fait des Loix pour les Ecclesiastiques qui vivoient dans un grand désordre, la plûpart étant mariés, voulut ausli en faire pour les Moines , afin que l'uniformité dans les observances fût pratiquée dans tous les Monasteres. Celui de Glastemburi avoit été reparé par saint Dunstan qui y

y

pour instruire la jeunesse. Il n'y avoit plus de Moines & les Rois s'étoient emparés de tous les domaines de ce Monastere. Dunstan après y avoir commencé ses études, alla à Cantorberi auprès de l'Archevêque Athelme son oncle qui le recommanda au Roi Edelstan & le mit à son service. Son merite lui aïant attiré des envieux & voïant que

le Roi avoit ajoûté foi à la calomnie, il quitta la Cour de lui-même , fans attendre qu'il fût congedié, & se retira auprès de l'Evêque de Wincefter fon parent , qui lui persuada d'embrasser l'état Monastique. Il en reçue l'habit de la main de l'Evêque qui ensuite l'ordonna Prêtre , lui donnant pour citre l'Eglise de Notre-Dame de Glastemburi : car les Moines non plus que les autres n'étoient point ordonnés sans titre. Il y alla ensuite pour desservir cette Eglise près de laquelle il se fit une petite cellule qui n'avoit que cinq pieds de long, deux & demi de large, & la hauteur necessaire pour y pouvoir être debout. Il jeûnoit & prioit assiduēment. Cette maniere de vivre lui attira bien-tôt des vifites de toutes sortes: de personnes qui publioient les vertus. Son pere & sa mere étant morts , il se trouva seul heritier ; car dans ces tems là en Angleterre, comune ailleurs, les Moines n'étoient point exclus des successions. Saint Dunstan donna à son Eglise les terres les plus proches qui étoient à lui, & du reste de

TIONS
D'ANGLE-
IERRE.

Ancien. son patrimoine , il fonda cinq Monasteres en divers lieux. Le
DES CON Roi Edelstan lui aïant donné tout ce qui étoit de son Do-

maine à Glastemburi, il commença peu de jours après à y
jetter les fondemens d'une Eglise magnifique, & à y bâtir
des lieux reguliers : & quand tout fut achevé, il y afsem.
bla une grande Communauté de Moines dont il fut Abbé.

Après la mort du Roi Edmond qui fut assasliné l'an 946.
Edrede son frere,mit toute sa confiance en saint Dunstan, &
voulur même lui donner l'Evêché de Wincester qu'il refusa.
Ce Prince étant mort, son neveu Edüin , Prince très dé-
bauché & sans conduite , ne pouvant souffrir les avis de faini
Dunstan, l'envoïa en exil après avoir fait un E dit pour

ôter les biens de tous les Monasteres. On vint à celui de Glastemburi, où après avoir fait l'inventaire de tout ce qui lui appartenoit, on enleva le saint Abbé qui s'embarqua pour paller en Flandres , où il se retira dans le Monastere de Taint Pierre de Gand. Le Roi Edüin étant devenu' insupportable à ses peuples, fut chassé, & on reconnut pour Roi Ion frere Edgard l'an 957. Peu de jours après son élection, il tint une Assemblée generale de tout son Roïaume , où il cassa toutes les Loix injustes de son frere, & rappella glo. rieusement de l'exil saint Dunstan , qui fur contraint d'accepter l'Evêché de Worcester , quelque tems après celui de Londres, & enfin malgré ses resistances l'Archevêché de Cantorberi. Ce fut lui qui sollicita le Roi Edgar à fairere tablir dans tous les Monasteres , par son autorité, la discipline reguliere qui en avoir été bannie par les ravages des Danois. Ce Prince fit venir des Moines de saint Benoît fuj Loire en France, & de saint Pierre de Gand en Flandres. On ramassa ensemble ce qui parut plus convenable des pratiques qui s'obfervoient dans ces deux Monasteres pour en faire un reglement general qui devoit être observé dans tous les Monasteres d'Angleterre : & comine ce reglement fut dressé par laint Dunstan, & qu'il emploïa l'authorité du Prince pour le faire observer, on peut dire qu'il a été le Restaurateur de l'Observance Monastique en Angleterre.

Ces Reglemens furent observés dans les Monasteres d’Angleterre, jusqu'au tems que Guillaume Duc de Normandie , asant conquis ce, Roïaume , faint Lanfranc fut fait

[ocr errors]
[ocr errors]

GREGA

Archevêque de Cantorberi l'an 1070. Comme il avoit été ArcienPrieur de l'Abbaïe du Bec & Abbé de saint Etienne de Caën NES CONen Normandie , voïant que les Moines de son Eglise diffe- Tons roient beaucoup dans les observances de ceux de France, TERRE. il leur donna des Statuts conformes aux coûtumes & pratiques qui s'observoient dans les Monasteres les plus celebres de l'Ordre , y aïant seulement ajoûté & retranché quelque peu de choses , principalement pour ce qui regarde la celebration de quelques Fêtes. Il y a un Chapitre particulier qui regarde les negligences que l'on peut commettre à l'égard de la sainte Eucharistie. Par exemple, quand la sainte Hostie étoit tombée à terre ou le précieux Sang répandu , soit à terre, ou dans un lieu où on ne pouvoit pas tout ramasser, on en donnoit aussi-tôt avis à l'Abbé ou au Prieur qui devoit venir sur le lieu avec quelques Religieux pour faire ce que prescrivent les Rubriques en pareilles occasions: mais au premier jour de Chapitre celui qui avoit commis la faute , difoit sa coulpe , & recevoir la discipline sur les épaules. On lui enjoignoit une penitence, & étant retourné à sa place tous les Prêtres qui étoient presens se levoient, & alloient se présenter pour recevoir aussi la discipline : mais celui qui présidoit, n'en retenoit que sept, & renvoïoit les autres à leur place. A la fin du Chapitre tout le monde étant prosterné, disoit les sept Pseaumes de la penitence & d'autres prieres en sortant du Chapitre. Si le Sang étoit seulement tombé sur le Çorporali, l'endroit où il étoit tombé, étoit lavé trois fois, les Religieux devoient boire la premiere Ablution, & les deux autres écoient jetcées dans la Piscine.

Si quelque Religieux étoit malade & qu'il ne pût pas suivre les exercices de la Communauté, il ne laissoit pas que de demeures avec les freres", après en avoir demandé permisfion à l'Abbé ; mais fi la maladie augmentoit jusqu'à ne pouvoir demeurer avec la Communauté , il étoit conduit à l'infirmerie cu il pouvoit manger de la viande : & du moment qu'il en avoit mangé, en quelque lieu qu'il allât, il avoit toûjours la tête couverte & devoit avoir un bâton pour se foûtenir. Lorsque quelqu'un revenoit en santé, si pendant sa maladie il avoit mangé de la viande , il venoit au Chapitre où aïant demandé pardon d'avoir transgressé l'ordre , il en demandoit l'absolution à l'Abbé,aux pieds duquel il se prof

L

NES CON GREGA IIONS D'ANGLETERRE.

[ocr errors]

à la perte. Cette 86 HISTOIRE DES ORDRES RELIGIEUX, ANCIIN- ternoit pour la recevoir : aprés quoi étant retourné à sa place

il remercioit la Communauté de la charité qu'on avoit euë pour

lui : & fi étant à l’Infirmerie il n'avoit pas mangé de viande , l'Abbé lui marquoit seulement l'heure qu'il devoit retourner à la Communauté, aprés qu'il en avoit demandé la permission.

Aprés que quelqu'un avoit prononcé ses Vaux , l'Abbé lui mettoit le capuce sur la tête : il devoit communier trois jours desuite, & le troisiéme jour,pendant la Mesle,l'Abbé lui abaissoit son capuce. Il devoit garder un étroit filence: iln’alloit point à la Procession , ne lisoit point, ne chantoit point : & au premier Chapitre , le maître des Novices devoit demander à l'Abbé permission pour que le nouveau Profés pật lire , chanter & faire tous les exercices de la Communauté. Du jour que le Profés en avoit reçu la permission, il pouvoit exercer ses Ordres , excepté celui de Prêtrise : car il ne pouvoit pas celebrer la Melle pendant la premiere année de la profession, si ce n'étoit qu'il eût mené dans le monde une vie trés chaste, & qu'il en eût une permission speciale de l'Abbé.

La maniere d'offrir les enfans eft encore prescrite dans ees. Statuts. Celui qui étoit offert, aprés qu'on lui avoit fait la couronne, portoit en ses mains une Hostie & un Calice, dans lequel il y avoit du vin :

avoir du vin : aprés l'Evangile ses parens l'offroient au Prêtre qui difoit la Mese, pour recevoir l'Oblation. Les parens enveloppoient la main de l'enfant dans la nappe de l'Autel, & l'Abbé le recevoit. Les parens , comme nous l'avons dit ailleurs, promettoient qu'ils ne porteroient jamais l'enfant à quitter l'Ordre, ni par eux mêmes, ni par quelqu'autre personne que ce pût être, & qu'ils ne lui donmesse étant écrite en présence de témoins, iss la devoient lire tout haut , & la mettre ensuite sur l'Autel. Aprés cela l'Abbé revêroit l'enfant de la Cucullé , le faisoit conduire pour

le faire raser & habiller , suivant la coûtume de l'Ordre.

Ces Statuts de faint Lanfranc furent aussi observés dans, les autres Monasteres de l'Ordre de saint Benoît en Angleterre , & lorique l'an 1215.le Concile de Latran eut ordonné de tenir des Chapitres generaux dans chaque Province;

« PreviousContinue »