Page images
PDF
[ocr errors][ocr errors][merged small]
[ocr errors]

$ b les terres les plus proches qui étoient à lui, & du reste de

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

Archevêque de Cantorberi l'an 1o7o. Comme il avoit été
Prieur de l'Abbaïe du Bec & Abbé de saint Etienne de Caën

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

roient beaucoup dans les observances de ceux de France,
il leur donna des Statuts conformes aux coûtumes & pra-
tiques qui s'observoient dans les Monasteres les plus cele-
bres de l'Ordre, y aïant seulement ajoûté & retranché quel-
que peu de choses , principalement pour ce qui regarde la
celebration de quelques Fêtes. Il y a un Chapitre particulier
qui regarde les negligences que l'on peut commettre à l'é-
ard de la sainte Eucharistie. Par exemple, quand la sainte
§ étoit tombée à terre ou le précieux Sang répandu,
soit à terre, ou dans un lieu où on ne pouvoit pas tout ra-
masser, on en donnoit aussi-tôt avis à l'Abbé ou au Prieur
† devoit venir sur le lieu avec quelques Religieux pour
aire ce que prescrivent les Rubriques en pareilles †
mais au premier jour de Chapitre celui qui avoit commis la
faute, disoit sa coulpe, & recevoit la discipline sur les épau-
les. On lui enjoignoit une penitence, & étant retourné à sa
† tous les Prêtres qui étoient presens se levoient, & al-
loient se présenter pour recevoir aussi la discipline : mais
celui qui présidoit, n'en retenoit que sept, & renvoïoit les
autres à leur place. A la fin du Chapitre tout le monde étant
prosterné, † les sept Pseaumes de la penitence & d'autres
prieres en sortant du Chapitre. Si le Sang étoit seulement
tombé sur le Corporal , l'endroit où il étoit tombé, étoit
lavé trois fois, les Religieux devoient boire la premiere
Ablution, & les deux autres étoient jettées dans la †
Si quelque Religieux étoit malade & qu'il ne pût pas sui-
vre les exercices de la Communauté, il ne laissoit pas que de
demeurer avec les freres, après en avoir demandé permis-
sion à l'Abbé ; mais si la maladie augmentoit jusqu'à ne pou-
voir demeurer avec la Communauté, il étoit conduit à l'infir-
merie cù il pouvoit manger de la viande : & du moment qu'il
en avoit mangé, en quelque lieu qu'il allât, il avoit toû-
jours la tête couverte & devoit avoir un bâton pour se soû-
tenir. Lorsque quelqu'un revenoit en santé, # pendant sa
maladie il avoit mangé de la viande, il venoit au Chapitre
où aïant demandé pardon d'avoir transgressé l'ordre, il en
demandoit l'absolution à l'Abbé,aux pieds duquel il se pros-

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

/ . 86 HIsTo 1 R E D Es OR D R E s RE Lr G1EUx, ternoit pour la recevoir : aprés quoi étant retourné à sa place il remercioit la Communauté de la charité qu'on avoit euë our lui : & si étant à l'Infirmerie il n'avoit pas mangé de viande, l'Abbé lui marquoit seulement l'heure qu'il devoit retourner à la Communauté, aprés qu'il en avoit demandé la permission. Aprés que quelqu'un avoit prononcé ses Vœux, l'Abbé lui mettoit le capuce sur la tête : il devoit communier trois jours de suite,& le troisiéme jour,pendant laMesse,l'Abbé lui abaissoit son capuce. Il devoit garder un étroit silence : il n'alloit point à la Procession, ne lisoit point, ne chantoit point : & au premier Chapitre, le maître des Novices devoit demander à l'Abbé permission pour que le nouveau Profés pût lire , chanter & faire tous les exercices de la Communauté.Du jour que le Profés en avoit reçu la permission, il pouvoit exercer † Ordres , excepté celui de Prêtrise : car il ne pouvoit pas celebrer la § pendant la premiere année de sa profession, si ce n'étoit qu'il eût mené dans le monde une vie trés chaste , & qu'il en eût une permission speciale de l'Abbé. - . ! | .. La maniere d'offrir les enfans est encore prescrite dans ces Statuts. Celui qui étoit offert, aprés qu'on lui avoit fait la couronne, portoit en ses mains une Hostie & un Calice, dans lequel il y avoit du vin : aprés l'Evangile ses parens l'offroient au Prêtre qui disoit la Messe, pour recevoir l'Oblation. Les parens enveloppoient la main de l'enfant dans la nappe de l'Autel, & l'Abbé le recevoit. Les parens, comme nous l'avons dit ailleurs, promettoient qu'ils ne porteroient jamais l'enfant à quitter l'Ordre, ni par eux mêmes, ni

par quelqu'autre personne que ce pût être &qu'ils ne lui donneroient jamais rien qui pût l'engager à sa † Cette pros

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][merged small]

Ces Statuts de saint Lanfranc furent aussi observés dans les autres Monasteres de l'Ordre de saint Benoît en Angleterre , & lorsque l'an 1215.le Concile de Latran eut ordonné de tenir des Chapitres generaux dans chaque Province,

[ocr errors]
« PreviousContinue »