Page images
PDF
EPUB

GREGA

Archevêque de Cantorberi l'an 1070. Comme il avoit été ArcienPrieur de l'Abbaïe du Bec & Abbé de saint Etienne de Caën NES CONen Normandie , voïant que les Moines de son Eglise diffe- Tons roient beaucoup dans les observances de ceux de France, TERRE. il leur donna des Statuts conformes aux coûtumes & pratiques qui s'observoient dans les Monasteres les plus celebres de l'Ordre , y aïant seulement ajoûté & retranché quelque peu de choses , principalement pour ce qui regarde la celebration de quelques Fêtes. Il y a un Chapitre particulier qui regarde les negligences que l'on peut commettre à l'égard de la sainte Eucharistie. Par exemple, quand la sainte Hostie étoit tombée à terre ou le précieux Sang répandu , soit à terre, ou dans un lieu où on ne pouvoit pas tout ramasser, on en donnoit aussi-tôt avis à l'Abbé ou au Prieur qui devoit venir sur le lieu avec quelques Religieux pour faire ce que prescrivent les Rubriques en pareilles occasions: mais au premier jour de Chapitre celui qui avoit commis la faute , difoit sa coulpe , & recevoir la discipline sur les épaules. On lui enjoignoit une penitence, & étant retourné à sa place tous les Prêtres qui étoient presens se levoient, & alloient se présenter pour recevoir aussi la discipline : mais celui qui présidoit, n'en retenoit que sept, & renvoïoit les autres à leur place. A la fin du Chapitre tout le monde étant prosterné, disoit les sept Pseaumes de la penitence & d'autres prieres en sortant du Chapitre. Si le Sang étoit seulement tombé sur le Çorporali, l'endroit où il étoit tombé, étoit lavé trois fois, les Religieux devoient boire la premiere Ablution, & les deux autres écoient jetcées dans la Piscine.

Si quelque Religieux étoit malade & qu'il ne pût pas suivre les exercices de la Communauté, il ne laissoit pas que de demeures avec les freres", après en avoir demandé permisfion à l'Abbé ; mais fi la maladie augmentoit jusqu'à ne pouvoir demeurer avec la Communauté , il étoit conduit à l'infirmerie cu il pouvoit manger de la viande : & du moment qu'il en avoit mangé, en quelque lieu qu'il allât, il avoit toûjours la tête couverte & devoit avoir un bâton pour se foûtenir. Lorsque quelqu'un revenoit en santé, si pendant sa maladie il avoit mangé de la viande , il venoit au Chapitre où aïant demandé pardon d'avoir transgressé l'ordre , il en demandoit l'absolution à l'Abbé,aux pieds duquel il se prof

L

GREGA
IIONS
D'ANGLE-
TERRE.

[ocr errors]

ANCIEN- ternoit pour la recevoir : aprés quoi étant retourné à sa place
NES CON

il remercioit la Communauté de la charité qu'on avoit euë
pour

lui : & fi étant à l’Infirmerie il n'avoit pas mangé de viande , l'Abbé lui marquoit seulement l'heure qu'il devoit retourner à la Communauté, aprés qu'il en avoit demandé la permission.

Aprés que quelqu'un avoit prononcé ses Vaux, l'Abbé lui mettoit le capuce sur la tête : il devoit communier trois jours desuite, & le troisiéme jour,pendant la Mesle,l'Abbé lui abaissoit son capuce. Il devoit garder un étroit filence: iln’alloit point à la Procession , ne lisoit point, ne chantoit point : & au premier Chapitre , le maître des Novices devoit demander à l'Abbé permission pour que le nouveau Profés pật lire , chanter & faire tous les exercices de la Communauté. Du jour que le Profés en avoit reçu la permission, il pouvoit exercer ses Ordres , excepté celui de Prêtrise : car il ne pouvoit pas celebrer la Melle pendant la premiere année de la profession, si ce n'étoit qu'il eût mené dans le monde une vie trés chaste, & qu'il en eût une permission speciale de l'Abbé.

La' maniere d'offrir les enfans eft encore prescrite dans. ees Statuts. Celui qui étoit offert, aprés qu'on lui avoit fait la couronne, portoit en ses mains une Hostie & un Calice, dans lequel il y avoit du vin :

avoir du vin : aprés l'Evangile ses parens l'offroient au Prêtre qui difoit la Mese, pour recevoir l'Oblation. Les parens enveloppoient la main de l'enfant dans la nappe de l'Autel, & l'Abbé le recevoit. Les parens , comme nous l'avons dit ailleurs, promettoient qu'ils ne porteroient jamais l'enfant à quitter l'Ordre, ni par eux mêmes, ni par quelqu'autre personne que ce pût être, & qu'ils ne lui donneroient jamais rien qui pút l'engager pro

à la perte. Cette messe étant écrite en présence de témoins, iss la devoient lire tout haut , & la mettre ensuite sur l'Autel. Aprés cela l'Abbé revêroit l'enfant de la Cucullé, le faisoit conduire pour

le faire raser & habiller , suivant la coûtume de l'Ordre.

Ces Statuts de faint Lanfranc furent aussi observés dans, les autres Monasteres de l'Ordre de saint Benoît en Angleterre , & lorique l'an 1215. le Concile de Latran eut ordonné de renir des Chapitres generaux dans chaque Province;

les Benedictins en Angleterre se diviserenten deux Provin. AnctiN. ces qui furent celles de Cantorberi & d’York, dans lel-NES CONquelles , conformément au Decrer du Concile general , on ONS tine des Chapitres tous les trois ans. Mais comme peu à peu TERRE. cette pratique s'abolit, le Pape Benoît XII.environ cent ans aprés aïant renouvellé le Decret du Concile de Latran , tous les Benedictins d’Angleterre unirent les deux Provinces de Canrorberi & d’York en une, & ne firent plus qu'un même Corps. Le premier Ohapitre general fut celebré l'an 1338. à Northampton:on y fit des Reglemens & on y élut des Visiteurs, des Diffiniteurs, & des Présidens pour présider au premier Chapitre qui se devoit tenir : ce qui fut toûjours pratiqué depuis jusqu'au Schisme , qui en abolissanten Angleterre la Religion Catholique , y détruisit l'Ordre Monastique.

Le sujet que l'on prit pour supprimer les Monasteres, fut le refus que la plû part des Religieux firent de reconnoître la primauté du Roi Henri VIII. & la qualité de Chef de l'Eglise Anglicane qu'il avoit prise :ceux mêmes qui y consentirent ne furent pas mieux traités que les autres : on leur objecta les desordres qu'il y avoit dans leurs Monasteres , coinme de justes motifs pour les en chasser. Le premier Ace de Primauté

que

fit ce Prince , fur de donner à Thomas Cromwel, qui n'étoit que le fils d'un Maréchal, la qualité de son Grand Vicaire, & Grand Official, ou Vice-Regent, quoiqu'il ne fût que Laïque. Cromvel

pour

faire la visite des Monasteres , nomma un autre Laïque,appellé Lée,avec plusieurs personnes affidées , qui dans le cours de leurs visi

qu'ils commencerent en 1535. & dans leurs procès verbaux, aïant supposé beaucoup de crimes aux Religieux,en engagerent un grand nombre , pour éviter la punition dont on les menaçoit, à mettre leurs Abbaïes & leurs Monasteres à la discretion du Roi: ce qui étoit tout ce que la Cour demandoit.

L'Abbaïe de Langder en Angleterre, de l'Ordre de Prémontré,qui étoit dédiée à la sainte Vierge & à S. Thomas de Cantorberi , fut une des premieres qui fut remise entre les mains du Roi; parce que l'on accusa l'Abbé d'un crime soit vrai soit supposé, pour lequel on le menaça d'une punition très rigoureuse. Cette premiere resignation fut suivie

TERRE.

Ancien de plusieurs autres, qui se firent jusqu'à l'ouverture da GREGA- Parlement qui s'assembla au mois de Février 1536. Comme D'ASS. l'on y fit publiquement lecture des procès verbaux de visite

de tous les Monasteres, les deux Chambres témoignerent tant d'indignation contre les déreglemens des Religieux,que fans examiner s'ils étoient veritables ou non, elles consentirent d'abord à la suppression des petits Couvens,que le Roi demandoit: car on n'osoit pas encore s'attaquer aux plus considerables. Mais comme la Cour n'étoit pas contente, quoique le Parlement eût donné au Roi tous les petits Couvens qui avoient été supprimés, avec tous les biens qui en dépendoient , lesquels Couvens étoient au nombre de trois cens soixante & leize, de differens Ordres : le Parlement qui s'étoit rassemblé au mois de Juin 1536. fit une Loi, par laquelle on annulla les Immunités , Privileges & exemptions que la Cour de Rome avoit accordés aux Monasteres. Le Roi ordonna que l'on feroit une nouvelle visite des Maisons qui restoient encore , & qu'on examineroit particulierement la vie des Moines, leur disposition envers le Roi, & leurs sentimens sur la Primauté Ecclefiastique. Lée fut encore chargé de cette Commission, dont il s'acquitta si bien au gré de la Cour, que pour récompense on lui donna l'Archevêché d’Yorck aprés la mort du Cardinal de Wolsey.

Ces nouvelles recherches, qu'on peut appeller de cruelles persecutions , obligerent plusieurs Abbés & Religieux à remettre leurs Maisons au pouvoir du Roi. L'Abbaïe de Furness, de l'Ordre de Cîteaux , de mille livres sterling de revenu, donna l'exemple à plusieurs autres. Il y eut cependant plufieurs Abbés & plusieurs Prieurs , qui aimerent mieux souffrir la mort, que de resigner leurs Maisons, & qui furent en effet executés, sous prétexte de rebellion & de désobéissance. De ce nombre furent l'Abbé de Glastembury, qui avoit cinquante mille livres tournois de revenu , l'Abbé de Reading, qui en avoit trente mille , & celui de Glocestre, qui étoient tous trois de l'Ordre des Moines Noirs. On ne s'attaqua aux Abbaïes de Westminster , de faint Alban , de saint Edmond, de sainte Marie d’Yorck, de Peterboroug, de Croyland, de Teukelsburg, de Taveltok,& de quelques autres du même Ordre,qu'à la fin de cette persecution ; mais il ne fut pas difficile au Roi de s'em parer encore de ces Monasteres. Ainsi périt en Angleterre CONGRE:: l'Ordre Monastique , & en particulier celui des Benedictins &leukY: ou Moines Noirs , dont la Congregation étoit composée de quarante Abbaïes , de quatorze Prieurés , & de sept Eglises Cathedrales , dont les Prieurs assistoient aux Chapitres Generaux , qui étoient ceux de Cantorberi, de Durham, de Wilcon, d'Ely, de Wincestre, de Conventry & de Rochester. De ces Monasteres il y avoit vingt-quatre Abbés, & le Prieur de Conventry,qui étoient Pairs du Roïaume,& qui avoient voix & séance dans le Parlement. Dans l'espace de deux cens ans, il y eut en ce Roïaume trente Rois & Reines qui préfererent l'habit Monachal à leurs Couronnes,& qui у aïant fondé de superbes Abbaïes , y ont fini leurs jours dans la retraite & la solitude. Il est sorti ausi de ces Monafteres un grand nombre de Saints & de Bienheureux, d’Archevêques , d'Evêques & de celebres Ecrivains , entre lefquels ont été Bede, Moine de Jarrow, Matthieu Paris,Moine de saint Alban, Alcuin, Moine de l'Eglise d’Yorck, Matthieu, Moine de Westminster , & plusieurs autres.

parer

Voïez Monafticon Anglicanum , Tom. I. Bulceau , Abregé de l'Histoire de Saint Benoît. Jean Mabillon, Annal. Benedict. Yepes , Chronic

. Gener.de la Ord. de S. Ben. Bucelin, Annal. Bened, Menolog. ejusd. Ord. Clement Regner, Apoftolat. Benedict. in Anglia. Ascag. Tamb. de Jur. Abbat. Tom. II. Arnold Wion, Lign. vita. L. Aug. Alleman. Hift. Monaft d'Irlande. Fleury , Hift. Ecclef. Tom. XI. XII.

CH A P I T R E X. Des anciennes Congregations de Fleury, ou de saint Benoîtsur-Loire , de saint Benigne de Dijon, o de la Chaise

Dieu. S

I l'on regarde les Abbaïes de Marmoutier', de faint en France ; du Mont-Cassin, de Cave & de Cluze en Italie; de Fulde , d'Hirsauge, de Bursfeld en Allemagne , & plufieurs autres, comme autant de Chefs d'Ordre , par rapport aux Monafteres qui en dépendoient, & qui formoient avec leur Chef comme une espece de Congregation : à plus forte Tome V.

M

« PreviousContinue »