Page images
PDF
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Marie del Parto , de saint Nicolas de Catane, & de sainte
Marie de Licodia, firent aussi la même chose, y emploïant
le credit du Viceroi & du Senat de Palerme, qui écrivit
pour l'obtenir. L'Abbé de sainte Marie del † député
pour la demander aux Superieurs de la Congregation de
sainte Justine, qui envoïerent en Sicile les Abbés de saint
· Severin de Naples, de saint Ange de Gaïete, & de Perouse,
our s'informer de l'état des Monasteres qui demandoient
§ -
Mais l'Abbé de saint Placide changeant de sentiment, sol-
licita les Monasteres de Sicile à travailler de nouveau à l'é-
rection d'une Congregation particuliere en ce Roïaume : ce
qui lui réüssit en partie , car les Abbés de saint Nicolas .

[ocr errors]

de l'Eglise Metropolitaine de Montreal s'unirent à lui, & s'adresserent au Pape Sixte IV. qui par une Bulle du 3.Juillet 1483, leur permit d'ériger une nouvelle Congregation de l'Observance de saint Benoît en Sicile,& d'élire unPrésident General avec deux Visiteurs , ordonnant qu'ils eussent à garder les mêmes Constitutions & Usages que les Moines, de la Congregation de sainte Justine, dont il leur communiqua les Privileges, avec pouvoir d'unir à leur nouvelle Congregation tous les Monasteres du Roïaume qui vou

[ocr errors]

succès : car les anciens Abbés se demirent entierement du
gouvernement de leurs Monasteres, qu'ils soûmirent à cette
même Congregation, se contentant du simple titre d'Abbés
pendant leur vie.
| Ainsi commença la nouvelle Congregation de Sicile, qui
prit le nom de saint Nicolas d'Arenes, à cause de l'anti-
quité de ce Monastere sur les autres, dont il fut le Chef. Le
premier Chapitre General devoit s'y tenir la même année :

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

· stere eut pour titre saint Michel Archange. Les Religieux

[ocr errors]

CoNc RrGATIO NS I, E FRANcE Er DE MA RMOUTIER.

[merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Monastere, & mit en leur place cinq Chapelains. Il ruina
entierement les lieux Reguliers , commençant par l'Eglise
qu'il renversa de fond en comble, afin que les Religieux n'y
ussent pas revenir.llbrûla ou jetta dans la riviere de Loire
† titres & les actes des donations qui avoient été faites à
cette Abbaïe, à la réserve de quelques-uns qu'il mit en
dépôt dans saint Aubin d'Angers,où ils furent aussi perdus
endant les ravages des Normans. Mais il ne joüit pas
§ du fruit de ses crimes ; car aïant appellé ses amis
pour se réjoüir avec lui de l'extinction de l'Ordre Monasti-
ue dans Glanfeüil, il mourut au milieu du festin. Après
§ mort tous les biens de cette Abbaïe furenten proïe à tous
les Seigneurs de la Province : le Comte d'Anjou, & plu-
sieurs autres personnes , s'emparerent des terres & des re-
venus de l'Abbaïe, qui demeura déserte & inhabitée jus-
que sous le regne de l'Empereur Loüis le Debonnaire ;
quoique dès l'an 781. elle eût été restituée au Mont-Cassin,
comme étant de sa dépendance, par le Pape Adrien I. & par
l'Empereur Charlemagne, comme nous avons dit dans le
Chapitre quatriéme. '•
L'Empereur avoit donné cette Abbaïe au Comte Rori-
non, qui touché de compassion de l'état pitoïable où elle
étoit reduite, en fit relever les bâtimens , fit venir des Reli-
gieux de Marmoutier, pour rétablir les Observances Regu-
ieres dans ce Monastere, qu'il soûmit quelques années
après à celui de saint § Fossez, appellé depuis saint
Maur, & en obtint la confirmation de l'Empereur. Mais
Pepin I. Roi d'Aquitaine, aïant donné ce Monastere de
Glanfeüil à Ebroïn, qui fut ensuite Evêque de Poitiers,du
vivant même du Comte Rorignon, qui étoit proche parent

[ocr errors]
[ocr errors]

« PreviousContinue »