Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

RELIC seux Religieux de ce miracle, en memoire duquel cetre Abbaïe
D'URYAL.

a toujours porté dans ses armes un anneau d'or en champ
d'azur.

Maltide, pour s'acquitter de son veu , donna une somme
considerable pour construire une magnifique Eglise, & af-
figna au Monastere de gros revenus ; mais les bâtimens de
l'Église & de ce Monastere n'étoient pas encore achevés,
lorlque ces Religieux Calabrois reçurent ordre de leur
Abbé de retourner dans leur païs , après une si longue ab-
sence. Ils obéïrent ausG-tôt, aimant mieux quitter leurs
commodités, que de perdre le merite de l'obéissance.

Tout le païs fut affligé de la retraite de ces Serviteurs de Dieu , & sur tout Arnoul Comte de Chini,& fon fils Othon: celui-ci après la mort de son pere , qui arriva presque dans le même tems , ne voulant

pas

laisser un lieu si faint & fi ve-
nerable en proïe à la profanation des Laïques , alla crouver
l'Archevêque de Tréves , pour le prier de prendre ce Mo-
nastere sous sa prote&tion,& d'y envoier des personnes qu'il
jugeroit à propos pour y celebrer les divins Offices. L'Ar-

y
chevêque incorpora le Monastere à son Eglise , & y envoïa

y
des Chanoines , qui mirent la derniere main aux édifices.
Henri Evêque de Verdun, consacra l'Eglise , & mit les
Chanoines en posession de ce Monastere, qui n'avoit alors
que

le titre de Prieuré. Ils menerent d'abord une vie très
sainte: mais autant qu'ils édifierent dans le commencement,
autant causerent-ils de scandale dans la suite

par

leur vie déreglée : ce qui les fit chasser de ce Monastere , pour faire place aux Moines de Cîteaux. Adalberon, de la Maison des Comtes de Chini , qui étoit monté sur le Siege Episcopal de Verdun, après la mort de l'Evêque Henri, demanda des Religieux à saint Bernard,

qui lui en envoïa sept, qui fu-
rent tirés de l’Abbaïe de Trois-Fontaines, au Diocese de
Langres,& qui prirent possession d'Orval en 1131. Constan-
tin en fut premier Abbé, & il y en ayoit eu déja trente-huit
lorsque D. Bernard de Montgaillard leur succeda en 1605.
Les Religieux de cette Abbaïe étoient bien déchus de l'Ob-
servance Réguliere , & de la vie toute angelique que ceux
qui les avoient précedés avoient menée Tous les premiers
Abbés. C'est pourquoi il en coura beaucoup de peine & de

.
fatigues à Dom Bernard , qui eut bien des obstacles à fur-

[ocr errors]

D'ORYAL.

[ocr errors]

CC

monter pour y pouvoir rétablir la Discipline Monastique,& RELIGIEUX les Observances qui y sont encore aujourd'hui en pratique.

M. de Ville-Forre , dans sa petite Histoire des Peres
d'Occident, nous a donné un détail de ces Observances,
qu'il a tiré de la Relation qui lui a été communiquée par un

a
Chanoine de l'Eglise de Paris, qui visita ce lieu dans le
cours d'un de ses vosages. Comme la même Relation nous
a a été aussi communiquée, nous la rapporterons aussi fidelle-
ment: nous ajouterons seulement que ce sçavant Chanoine
est feu M. l'Abbé Châtelain, & que ce fut en 1682. qu'il
alla à Orval ,où il arriva le 11. Juin.

Nous arrivâmes , dit-il, bien tard à Orval, qui est hors
de France, dans le Luxembourg, & le Diocese de Tréves.
C'est une Abbaïe de l'Ordre de Cîteaux , de la filiation de
Clairvaux, située dans la forêt d'Ardenne,qui est l'ancienne
Hercinia. On y vit comme à la Trape, hors qu'on y mange
ou plûtôt qu'on y présente du poisson quand on pêche, mais «
ausli on y

suit la Regle de saint Benoît plus à la lettre,& l'on . n'y mange en Carême que le soir , sans dire Vệpres le ma- . tin. Saint Bernard y a deineuré,& leur fit présent du Corps de saint Menne Martyr & Moine d’Egypte, qu'il avoit eu . de quelque Chevalier , qui le lui avoit apporté de Constan- . tinople, au retour d'une Croisade. L'Abbé de ce lieu est un « Gentilhomme Allemand, d'une sainteté solide , mais très « agréable.

Le Vendredi 12. Juin je suivis les Religieux dans la plûpart de leurs cérémonies. Je n'allai pas à Matines , qu'ils commencent à deux heures, & qu'ils accompagnent d'une « demi-heure de méditation. Après qu'elles sont finies , ils ne « se recouchent pas, mais vont au lieu nommé Lectrois, qui est une salle longue à deux rangs de bancs, dont la partie anterieure est en pupitre & en table , & la posterieure en « fiége. Il y a une allée large au milieu , & deux étroites prés des murs: les jeunes ont un autre Lectrois séparé. Ils ont « sur chacun des Bibles commentées ,& d'autres bons Livres, avec une petite écritoire & du papier. L'hyver ils sont là jusqu'à cinq heures & demie,auquel tems on sonne Laudes, & l'été jusqu'à fix, que l'on sonne Prime. Après que l'on a « dic l’Oraison, si c'est jour de deux Messes, on dit la premiere, puis ils vont lire le Martyrologe, & dire le Pretiosa au Cha

Ppp lij

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

GIF U I

VAL.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

RILI-, pitre , après l'avoir sonné en branle quelque tems avec la 6 O Re » petite cloche du Chậur. Je les suivis , & l'un d'eux m'invita

d'y entrer par figne. Je demeurai à la porte en dehors. Sousla benediion , Dies & actus , &c.on lut de la Regle de saint Benoît sur le ton des Leçons de Marines. Après la priere pour les Morts, ils allerent dans le Vestiaire , qui est un lieu quarré au bout du Cloître, plein de porte-manteaux. Là ils

quitterent leur grande coule blanche , & aïant traversé le „ Cloître par differens chemins , ils allerent en divers endroits

du bois travailler. A huit heures un quart on sonna la fin du » travail avec la grosse cloche du Chour : ils revinrent se la» ver au Lavoir , allerent au Vestiaire prendre leurs habits de

Chaur, & monterent au Le&rois pour se préparer à l'Office par la lecture.

A huit heures crois quarts on fonne Tierce avec la petite » cloche;ils furent tous rendus au Chæur en très peu de tems, „ reciterent Tierce de la Vierge, & chanterent celles de la

Ferie , ensuite Sub tuum , &c. c'étoit le Célébrant en aube & » en étolle, accompagné du Diacre & du Soll-Diacre, qui » avoit commencé Tierce: il étoit allé à la Sacristie dès la

demie au son de la cloche qui avoit tincé. On dit la Messe fimple de saint Basilides ; le Soû Diacre vint après l'Epître recevoir la benediction de l'Abbé dans sa Chaise du Châurj

le Diacre alla au même lieu faire benir l'encens, & deman» der la benediction. Pendant Tierce & la Mesle, pas un Re

ligieux ne me regarda. Dès qu'on eut dit Ite misa eft , on s'en alla droit au Lectrois, sans quitter l'habit de Chaur. A

dix heures trois quarts on sonna Sexte: après les avoir chan» tées , ils allerent droit au Refectoire sans laver leurs mains. » On lut pendant le repas du Livre des Rois, au ton des Ma" tines : on vint en disant Miserere , achever graces dans le » Cheur, après lesquelles ils direit De profundis à genoux

pour les Bienfacteurs s ce qu'ils ne font que tous les Ven

dredis. Comme on disoit la Collecte, l'horloge lonna midi,& » ils demeurerent à genoux pendant l'Angelus. Après ils alle» rent se

promener sans fe parler jusqu'à midi & demi , auquel tems on sonna la Sioste, c'est-à-dire,la Meridiene, qu'ils

allerent passer chacun dans leur cellule pendant une heure , » soit en dormant, soit en reposant en filence , comme il est

ordonné dans la Regle de saint Benoît,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

RIEB GIEUX

VAL,

SC

un peu

CC

[ocr errors]
[ocr errors]

A une heure & demie , selon la même Regle, on sonna None; après les ayoir chantées , ils allerent au vestiaire quit- - D'ORter leurs habits blancs , & ensuite malgré une grosse plurę qu'il faisoit , ils s'enfoncerent dans les bois

pour travailler. “ À trois heures & demie on sonna la fin du travail,ils revin-ço rent , ils se laverent , & allerent reprendre leurs habits de « Cheur,& fe rendirent au Lectrois. A quatre heures on sónna Vêpres ; après les avoir chantées , ils allerent pendant un’ petit quart d'heure satisfaire à leurs differens besoins. A cinq heures on sonna le soûper. Cependant j'allai voir les jardins & le Parc, la pluïe étant

diminuée. Je vis dans le jardin d'un des anciens ReJigieux, un saint Denis de bois peint , portant sa tête & qui jette de l'eau par le haut de la gorge ; & là tous les instru- “ mens de la Passion sont en boüis. Sur une terre qui est dans le grand jardin est une petite Eglise d'une fort belle Archi-“ tecture du tems d'Henri Il. avec un Jubé & des orgues feintes. Les Religieux y viennent dire la grande Melle le jour de la Dédicace. Un Ermite couche & travaille auprès; l'Abbé ne voulut pas me dire qui il étoit, & à mon retour à Paris j'appris que c'étoit M. de Pont-Château , Sebastien Joseph du Cambout frere de Madame la Duchesse d'Epernon & de feuë Madame d'Harcourt.

Plus haut il y a une autre petite Chapelle de structure Gothique , près laquelle est la porte du Parc,il y a degrandes allées tirées au cordeau & dont quelques-unes ont des contre-allées. La chaleur avoit été ù grande depuis huit jours , principalement le Mercredi qu'ils devoient jeûner, que

l'Abbé suivant la Regle avoit relâché le jeûne de ce jour-là.

A six heures & demie on sonna à l'Eglise, & ils quitterent les Lectrois où ils étoient , & vinrent au Chapitre, où sous la benediction , Noctem quietam &c. on lur le Martyrologe de Cîteaux , & tout de suite les Conferences de Cassien du ton des Leçons de Matines jusqu'aprés les trois quarts. Tu autem đc. asant été dit par le Président , & Domine miserere &c. par le Lecteur, ils sortirent , & je les suivis au Chour , où ils réciterent les Pseaumes des grandes Complies, chanterent le reste,& réciterent les petites , pendant quoi l'on fonna pour les Freres Conyers qui sont habillés de tanné, & vinreno

CC

CC

CC

[ocr errors]
[ocr errors]

GIE UI
D'OR »
VAL.

RELI-» dans leur Chaur separé de celui des Peres , mais presque

aussi grand. Ils entendirent le Salve &c. qu'on chânta du
» ton des Peres de l'Oratoire , & demeurerent à l'examen qui
» dura un quart d'heure , aprés lequel les anciens sortant les
premiers , le Président leur donna de l'eau benite avec ua
goupillon qui est près des dégrés du Dortoir. Le Samedi
13. nous partimes après avoir vû l'Eglise de sainte Margue-

rite , Paroisse des domestiques & des ouvriers d'Or. Val':
» car on y travaille dans les forges de fer.

Leur habillement est le même que celui des autres Reli-
gieux de cet Ordre,ainsi nous n'en donnons point de repré-
fentation particuliere.

Angel. Manriq. Annal. Ord. Ciftert. Tom. I. Chrisostom.
Henriqués, Fasoicul. Sanet. Ord. Cift. Yepes, Chroniq. Gené-
ral. de l'ordre de saint Benoît, Tom. 7. Moreri. Diction. Hi-
storique. Edit. de 1704.6 1707. Relation manuscrite d'un
voiage de M. l'Abbé Chatelain.

[ocr errors]

FIN DU CIN QUIE'ME VOLVME,

TABLE

« PreviousContinue »