Page images
PDF
EPUB

SAS DE
PORT
ROIAL.

que

Rilic#U. xandre VII. touchant la condamnation des cinq Proposi

cions , déclarant l'on ne satisfait point à l'obéïffance, qui eft duë à ces Constitutions Apostoliques par un simple lileace respectueux , & qu'on ne peut signer le Formulaire, qu'en condamnant non leulement de bouche , mais encore de cæur , les cinq Propositions dans les termes énoncés dans de Formulaire. Le Roi par ses Lettres Patentes du dernier Août de la même année ordonna que cette Constitution,qui avoit été reçue par l'Assemblée du Clergé de France, qui le cenoit pour lors, seroit enregistrée au Parlement. Tous les Prélats de France par leurs Ordonnances & Mandemens en ordonnerent la publication dans toutes les Eglises Paroiffiales , & dans toutes les Communautés Régulieres & léculieres de leurs Dioceses : & cette publication aïant été faite dans-l'Abbaïe de Port-Rožal des Champs , la Communauté étant assemblée , les Religieuses refuserent encore de soufcrire à cette Constitution Apostolique purement & simple ment fuivant les ordres qu'elles reçurent du Roi : ce qui fic que leur Abbesse étant morie sur ces entrefaites , le Roi ne voulut pas qu'elles procedassent à l'élection d'une nouvelle Abbelle. Il envoïa des Commissaires pour prendre connoilsance des revenus de cette Abbaïe , dont il appliqua une partie au profit du Monastere de Paris, qui étoit endetté par

d'æconomie de quelques Abbesses. On renvoïa aussi de Port-Roïal des Champs un grand nombre de domestiques qu'on jugea superflus, pour le service de ce Monastere: & on obligea pareillement d'en sortir plusieurs personnes , qui s'étoient retirées dans les appartemens, qui sont dans la cour de ce Monastere.

Enfin ces filles persistant toûjours dans leur refus, le Roi crurqu'il n'y avoit point d'autres moïens pour les foûmettre que de les éloigner de ce lieu,& qu'il falloit même leur ôter l'esperance d'y pouvoir retourner. Cela fut executé le :29. Octobre 1709. elles furent dispersées en d'autres Monasteres de differens Dioceses,& le Monastere de Port-Roïal des Champs fucentierement détruit. Depuis ce tems-là presque toutes les Religieuses ont signé. Lapremiere qui ait donné l'exemple aux autres fur la Mere Anne de Sainte CecileBoiscervoise.Ele fuc'envoïée à Amiens au Monastere de S.Julien des Religieuses du troisiémeOrdre de S.François. Elle y arrivale

le peu

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

DS

2. Novembre de la même année 1709. & trois jours après, Religieuelle fut attaquée d'une fiévre violente avec une fiuxion fur la jos poitrine, qui lui fit juger que c'écoit fa derniere maladie. Elle Roial. fe follmit sincerement à la Bulle de Clement XI. & au Mandement de M. le Cardinal de Noailles , condamnant, felon l'esprit & les termes de cette Bulle & du Mandement , les cinq Propositions de Jansenius que le Pape condamnoit comme hereciques. Elle demanda pardon de la resistance aux ordres de son Prélat, & témoigna avec beaucoup d'empresfement le degr qu'elle avoit de participer aux Sacremens de l'Eglise , dont elle avoit été privée depuis li long-tems:ce qui lui fut accordé; & elle mourut le 8. du même mois.. Trois autres dans la même année , & treize l'année suivante imitant fon exemple, fignerent puremevt & fimplement, fans restri&tion ni limitacions quelconques,le Formulaire du Pape Alexandre VII. & se soùmirent de la même maniere à la Conftitution de Clement XI. Le nombre des Religieuses qui sortirent de Port-Roñal des Champs au tems de leur féparation, étoit de vingt-deux ; dix-sept s'étant foûmises, il n'en restoit plus quecing qui refiftoient ; ce fut pour les gaque

M. le Cardinal de Noailles leur écrivit le 12. Decembre 1710. une Lettre qu'il fit imprimer , à laquelle il joignit les A&tes des foûmissions de leurs Sæurs,qui avoient. déja été rendus publics, & où il affuroit de la verité de ces Actes. Deux autres Religieuses en consequence vivement rouchées par les paroles de leur Prélat, & qui avoient

peutêtre regardé auparavant les foûmissions de leurs Sæurs.comme fupposées, fe follmirent aussi au commencement de l'année 1711. De forte qu'il n'en reste plus que trois, qui n'ont pas encore reçu le Formulaire. Les Religieuses de Porc-Roral de Paris élevent de jeunes Demoiselles dans la pratique des vertus; & dans tous les exercices convenables à leur féxe & à leur qualité ; & afin de leur rendre plus faciles les exercices de pieté qu'elles leur enseignent , elles leur donnent un habit fort modeste , qui est presque semblable à celui de la Communauté. Elles ne porcoient pas autrefois la croix rouge, qui eft fur le scapulaire des Religieuses ; mais Mada me de Montperroux, qui en est présentement Abbesse, & qui gouverne cette Maison avec autant de fageffe que de pieté, keur a accordé cette croix, afin de les encourager davantage

gner

[ocr errors]

BERNAR

A la modestie & au mépris des vains ornemens des habits PINES DE mondains. Nous donnons ici l'habillement de ces jeunes

Demoiselles dans les deux planches suivantes,

Sainte-Marthe , Gall. Christ. Tom. IV, Vie de Madame de
Pourlan, Réformatrice de l'Abbaze de Tart. Constitutions de
Port-Roial.&

plusieurs Ecrits faits à l'occasion de cesReligieuses.

[ocr errors]

CHAPITRE X L V.

[ocr errors][ocr errors]

Des Religieuses Bernardines Reformées de l'Abbaïe de

Notre-Dame de Tart, premiere Maison de filles de
l'Ordre de Cíteaux, avec la Vie de la Reverende Mere
Jeanne de Saint Joseph de Pourlan leur Reformatrice.

I l'Abbaïe de Nôtre-Dame de Tart , qui a été la pre-
Sm

miere maison de filles de l'Ordre de Cîteaux & comme
une source féconde , d'où plus de six mille Monasteres sons
fortis, (li l'on veut ajoûter foi à quelques Historiens ) n'a pas
été des premieres à reprendre l'esprit de ferveur dont les
saints Fondateurs de l'Ordre de Cîreaux étoient animés , &
qu'elle avoit abandonné , étant tombée dans un grand relâ-
chement ; elle a au moins l'avantage que dans la réforme
qu'elle a embrassée au commencement du dix-septiéme siécle,
elle a surpassé les autres Monasteres réformés de France,
dans les austerités qu'elle s'est imposées, à la sollicitation de
la Reverende Mere Jeanne deCourcelle de Pourlan derniere
Abbesse titulaire & réformatrice de cette Abbaïe, qui y a
fait revivre l'esprit de saint Bernard , auquel elle avoir la-
vantage d'être alliée.

Les Historiens de l'Ordre de Cîteaux ont sans doute confondu cette Abbaïe avec celle de Julli où se retira sainte Humbelinę sæur de saint Bernard, qui selon eux fur fondé l'an 1113. & qu'ils nous ont voulu persuader avoir été le premier Monastere de filles de l'Ordre de Cîreaux, ne faiLant aucune mention de l'Abbaïe de Tart. L'Auteur Anonime de la vie de la Mere de Pourlan a été aussi de ce fenciment: excepté qu'il n'en met la fondation que l'an 1125. Il avouë cependant que par une donacion de quelques terres · faite lan 1132. à l'Abbase de Tart par Arnulphe Cornu &

« PreviousContinue »