Page images
PDF
EPUB

leur fissent les Grands-Vicaires, ils ne purent les resoudre à Religieu. donner leur signature pure & simple. Elles se contenterent stos d'envoïer quelque tems après une declaration de leur Foi , Roiate où sans faire mention de Jansenius , elles declaroient qu'elles embrassoient sincerement & de cæur tout ce que les Papes Innocent X. & Alexandre VIl. avoient décidé en matiere de Foi,& qu'elles rejettoient toutes les erreurs qu'ils avoient jugé y être contraires

. Rien ne fut capable de les faire signer purement & simplement le Formulaire;& sur le refus qu'elles en firent , le Roi leur fir défense non seulement de recevoir des Novices à l'avenir,mais même leur ordonna de renvoïer leurs Pensionnaires & Postulantes. Les choses n'allerent pas alors plus loin par

le changement qui arriva dans l'Archevêché de Paris. Le Cardinal de Retz s'en étant démis, M. de Marca Archevêque de Toulouse y fue nominé : mais étant mort avant que

d'en avoir pris possession, M. Hardouin de Perefixe Evêque de Rhodez, qui avoit été Préceptetir du Roi, y fut nommé par sa Majesté , qui peu de tems après donna en 1664. une Declaration qui ordonnoit la signature du Formulaire. Le Pape Alexandre VII. en aïant dressé un autre l'année suivante, & laïant inseré dans la Constitution, qui est du Février 1665. & le Roi par une seconde Declaration du mois d'Avril de la même année, aïant ordonné à tous les Archevêques & Evêques de France de faire signer ce Formulaire nouveau purement & simplement de la maniere qu'il est con

dans cette Constitution d’Alexandre VII. l'Archevêque de Paris , conformément à cette Declaration, fit une Ordonnance pour obliger le Clergé , tant Séculier que Régulier de fon Diocese, de signer le Formulaire du Pape , & on

Y obligea même les Religieuses. Mais ce Prélat sçachant la résistance que celles de Port-Roïal avoient déja apportée à signer celui du Clergé de France purement & simplement , voulut les visiter lui-même pour les porter à se foûmettre & à signer le Formulaire du Pape, en vertu de son Ordonnance conforme aux ordres du Roi, & ne les aïant pu vaincre , il leur fit parler par plusieurs personnes , qui ne purent non plus rien gagner sur leurs esprits.

L'Archevêque de Paris rendit compte au Roi de la dispoLition de ces Religieuses. Sa Majesté en parla à son Conseil,

IS.

çu

Religiau. où il fuc conclu que ce Prélat chercheroit quelque Religies$65 fe d'un autre Ordre pour gouverner cette Maison. La Mere ROTAL Eugenie de Fontaine, Religieuse de la Vification du Monafrere de la ruë faint Antoine, fut choisie

pour

cela. L'on retira de Port-Roïal de Paris, & on dispersa en differens Monasferes l'Abbesse & la Prieure, avec celles qui paroissoient les plus opposées à la signature du Formulaire. L'Ar. chevêque alla ensuite dans ce Monastere,où il introduisit la Mere Eugenie de Fontaine, avec cinq autres Religieuses de la Visitation, & donna à la Mere Eugenie une Commission pour gouverner ce Monastere en qualité de Superieure.

Cependant les Religieuses de la Maison , au nombre de près de quatre-vingt, ne voulant point recevoir cette Superieure, protesterene de nullité, & appellerent comme d'abus de ce qui se faifoit contre elles. La Superieure & M. de Chamillard, qui leur fur donné pour Superieur en même tems, travaillerent de concert pour engager ces filles à obéïr. Il y en eut dix , qui se follmirent peu de jours après , & qui si. gnerent le Formulaire. Les autres persistant toûjours dans leur refus , le Roi par ses Lettres Patentes du mois de Juillec 1665. désunit le Monastere de Port-Roïal des Champs de celui de Paris. La Mere Eugenie demeura encore fix mois dans ce dernier & s'en retourna ensuite dans son Monastere de la Visitation de la ruë saint Antoine , laissant la Communauté de Port-Roïal de Paris composée de douze Religieuses, ausquelles le Roi permit pour la premiere fois leulement de faire élection d'une Abbesse , & la Majesté en a nommé dans la suite , qui jusqu'à présent ont été perpetuelles.

Les autres Religieuses retournerent à Port-Roïal des Champs , & on y renvora aussi celles, qui avoient été dispersées dans d'autres Monasteres, mais on ne leur permit pas de recevoir des Novices ; au contraire, sur le refus qu'elles faifoient toûjours de signer le Formulaire , l'Archevêque de Paris

par son Ordonnance du fix Septembre 1665. leur interdit l'usage des Sacremens , & leur fit défense de chanter l'Office au Chæur. Cette défense ne fut levée & elles ne furent rétablies dans la participation des Sacremen's,que l'an 1669. qu'elles présenterent une Requête à l'Archevêque de Paris , qui leva en consequence leur interdit après l'accommodement des quatre Evêques avec Clement IX.

Ces

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Demoiselle pensionaire de

Port Royal en habit' ordinaire dans la maison 85

[ocr errors]

: Ces quatre Evêques qui avoient aussi refusé de signer le RELIGIE 0Formulaire purement & limplement, aïant marqué la distin- ORP. ction du fait & du droit dans leurs mandemens,avoient enfin Rožak. pris un autre temperament: & le Pape Clement IX. avoit reçu leur soûmislion par fon Bref du 19. Janvier 1669. C'est ce qu'on a appellé la paix de l'Eglise ; mais elle ne fut pas de longue durée ; car on écrivit encore en faveur du Livre de Jansenius , & on répondit à ces écrits pour appuïer la condamnation qui en avoit été faite. Tous ceux qui étoient favorables à la doctrine de ce livre passoient dans le public sous le nom de Port-Roi il , à cause qu'effectivement la plûpara avoient été composés par un grand nombre de sçavans , qui s'étoient retirés à Port-Roïal des Champs , lorsque les Religieuses l'avoient abandonné en 1626. & qui après le retour de ces Religieuses , charmés de la solitude de ce lieu ne l'avoient pas voulu quitter , & avoient fait bâtir des appartemens dans la cour de ce Monastere , où la plâpart avoient des parentes. Tous ces écrits , qui portoient le nom de PortRoial, rendirent ces Religieufes suspectes : on douta longtems de leur fincerité à condamner les cinq Propositions dans le fens de la condamnation des Souverains Pontifes, & le Roi leur en demanda une nouvelle preuve en 1706. en les obligeant de souscrire à la condamnation d'un cas de conscience proposé à quarante Docteurs de Sorbonne , où l'on prétendoit qu'aprés avoir signé le Formulaire purement & fans restriction, il suffisoit d'avoir une foûmission de respect & de filence fur le fait de Jansenius , pour n'être pas excluë du benefice de l'absolution dans le Sacrement de Penitence,

Ce cas fut proposé & figné en 1701. & n'aïant été renda public qu'en 1703. il fut aussi-tôc proscrit par le Pape Clement XI. & par plusieurs Prélats de France. Un grand nombre de nouveaux écrits parurent en même tems ,

les uns pour combattre & détruire la fignature du cas, les autres pour

la défendre & la foûtenir. Le Roi en arrêta le cours par son Arrêt du Conseil d'Etat du 5. Mars 1703, en ordonnant que ces écrits feroient supprimés. La Faculté de Theo logie de Paris censura ce cas de conscience par son décrec du 1. Septembre 1704. Le Pape par un autre Bref du 15. Juillet 1705. sur les instances qui lui furent faites par sa Majesté confirma les Constitucions d'Innocent X. & d'Ale, Tome V.

Nan

« PreviousContinue »