Page images
PDF
EPUB

SES DE PORT RožL.

Religiev. régularité, lorsque la Mere Angelique Arnaud vingt-cin

quiéme Abbesse de ce Monastere commença à exercer son Office l'an 1602. aprés la mort de Jeanne de Boulchart donc elle étoit Coadjutrice dès l'âge de sept ans. Un de ses premiers soins fut d'y rétablir les Observances Régulieres; & quoiqu'elle n'eût encore que dix-sept ans, elle entreprit avec un courage autant heroïque, que peu ordinaire dans un âge fi tendre de faire revivre dans cette maifon le premier esprit de Cîteaux : ce qu'elle fit d'autant plus aisément, que treize Religieuses qui restoient dans ce Monastere, entrerent dans fes sentimens & fuivirent fon exemple. Elle s'acquit une fi grande estime que l'an 1618. l'Abbesse de Maubuillon aïant été déposée, & cette maison étant beaucoup divisée, elle fut nommée pour en prendre le gouvernement, y mettre la Réforme &y reünir les esprits. Elle y réüssit si bien , & cette maison acquit aussi une li haute réputation, que pendant quatre années qu'elle y demeura, elle y donna l'habit à plus de vingt-cinq filles. Toutes choses étant pacifiées dans cette Abbaïe & les observances régulieres étant rétablies en 1622. elle se disposa pour retourner à Port-Roïal, qui avoit été gouverné en fon absence

par Catherine Agnés Arnaud sa four, qu'elle avoit nommée à cet effet pour la Coadjutrice. Mais les filles qu'elle avoit reçuës à Maubuison ne voulurent point l'abandonner , ne pouvant souffrir d'être séparées de leur Mere. Elles la conjurerent avec tant de larmes de les emmener avec elle , que quoi qu'elles n'eusfent toutes ensemble qu'environ cinq cens livres de pension viagere , & que Port-Roïal fùc érés pauvre, elle se laissa attendrir à leurs larmes, & se resolur d'en écrire à la Communauté pour en avoir le consentement , lequel étant venu par la réponse que lui firent ses Religieuses, elle partit avec elles. Ainsi la Communauté de Port-Roïal qui fut encore augmentée par la réception de quelques autres filles , à qui la Mere Angelique donna l'habit à son retour , se trouva composée en peu de teins de quatre-vingts Religieuses. Elles étoient fort incommodées dans cette Maifon

par

les fréquentes maladies , auisfi- bien que par le grand nombre de Religieuses , les revenus de cette Abbaïe n'étant

pas

fuffic fans pour les entretenir. Mais Madame Arnaud ( Catherine Marion ) mere de la Mere Angelique, & qui a eu fix filles

& cinq niéces Religieuses dans cette Abbaïe s lui dontra Rellotjv. une maison à Paris au fauxbourg saint Jacques, pour en SDS faire un second Monastere. La Mere Angelique avoit seu- Roiala lement dessein d'y enyoñer une partie de ses Religieuses , afin de soulager la Maison de Port-Roïal des Champs. L'Abbé de Cîteaux y consentit l'an 1624. mais l'Archevê. que de Paris ne voulant pas qu'elles eussent deux Maisons, leur permit seulement qu'elles vinssent toutes ensemble demeurer à Paris : ce qu'elles firent l'an 1626. en vertu des Lettres Patentes que le Roi leur avoit accordées au mois de Decembre 1625. La Reine Marie de Medicis se déclara Fondatrice de ce nouvel établissement: ce qui fut confirmé par Arrêt du Parlement du 16. Février 1629. & le Pape Urbain VIII. en confirmant aussi cette Translation par fon Bref du 15. Juin 1627. les exemta de la jurisdiction de l'Abbé de Câteaux ; & des Superieurs de l'Ordre , les soumettant à celle de l'Archevêque de Paris.

Ce fut alors que la Mere Angelique Arnaud trouva moïen d’executer ce qu'elle avoit desiré depuis long-tems qui étoit de se dépoüiller de la qualité d’Abbesse; ce que la Mere Catherine-Agnés sa fæur aïant aussi fait de celle de Coadjutrice, cette Charge fut mise en élection triennale , avec le consentement du Roi Loüis XIII. qu'il leur accorda , à la priere de la Reine sa mere, par ses Lettres Patentes de l'an 1629. Ainsi les Meres Angelique & CatherineAgnés Arnaud s'étant démises de leurs Offices devant l'Official de Paris, on élut pour premiere Abbesse Triennale , Marie-Genevieve de saint Augustin le Tardif, qui avoit fait profession dans certe Maison.

Dans ce temis-là il fe fit un nouvel établissement d'une Maison Religieuse, devoüée entierement au culte du saint Sacrement: de sorte que le jour & la nuit il devoit y avoir toûjours quelque personne en prieres devant le faint Sacrement. Plusieurs personnes de distinction, parmi lesquelles il y avoit quelques Evêques , conçurent ce dessein ; l'un des premiers projets pour réüssir dans cette entreprise, fut que l'Archevêque de Paris, Jean-François de Gondi, donneroit la Maison de Port-Roïal ; l'Archevêque de Sens, Octave de Bellegarde, celle de Lis; & l'Evêque de Langres, Sebaftien Zamet, celle de Nôtre-Dame du Tarr, toutes trois de Tome V.

Mmm

PORT-
RosaL

RELIGIEU. l'Ordre de Cîteaux, dans lesquelles on commenceroit ce DES DE nouvel Institut , qu'elles seroient comme les tiges des autres

Maisons qui en pourroient sortir , & que ces Maisons vivroient dans la même union & sous les mêmes Consticutions. Mais ce dessein ne fut pas executé, on acheta une maison dans Paris, dans laquelle on commença effectivement cet Ordre. Madàme Louise de Bourbon, Duchesse de Longueville , se declara Fondatrice de cette Maison , & obtint une Bulle d'Urbain VIII. en 1627. par laquelle sa Sainteté consentit à une nouvelle Institution de Religieuses, qui se consacreroient par un vau solemnel à la veneration perpetuelle de cet auguste Mystere. La Mere Angelique Arnaud, & trois Religieuses de Port-Roïal, furent choisies pour en jetter les premiers fondemens. Elles resterent dans cette Maison jusqu'en l'an 1633. que Madame de Longueville écant morte Ians avoir afligné aucun fond pour l'entretien de ces Religieuses, elles furent obligées de retourner à Port-Roïal, & afin que ce nouvel Institut de la devotion envers le faint Sacrement subsistât toûjours, elles resolurent de l'embrasser dans ce Monastere. Elles en obtinrent les permissions necessaires du Pape Innocent X. qui permit que les biens , les revenus, & les privileges qui avoient été accordés à la Maison du saint Sacrement, fussent unis à celle de PortRoïal. L'Archevêque de Paris y consentit en 1645. ce qui fut confirmé par Arrêc du Parlement du 4. Juin 1647. & M.du Sauslai, Official & Grand. Vicaire de Paris,qui fuc depuis Evêque de Toul,en vertu de la Commislion qu'il en avoit reçuë de l'Archevêque,donna aux Religieuses de PortRoïal avec beaucoup de pompe & de solemnité l'habit de ce nouvel Institut, le 24. Odobre de la même année , changeant le scapulaire noir que ces Religieuses portoient, selon l'usage de Cîteaux , en un scapulaire blanc , sur lequel il y avoit une croix rouge; afin que par cette couleur elles appril

le Mystere adorable du S. Sacrement , au culte duquel elles se devoüoient, devoit êtrehonoré par la charité,la chasteté, & la mortification.

Elles firent enfuite bâtir une Eglise de l'argent qui provenoit de la vente qu'elles firent de la Maison du saint Sacrement qu'elles avoient abandonnée. Elle fut benite par l'Archevêque de Paris , & dédiée au saint Sacrement & à la

sent que

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]
« PreviousContinue »