Page images
PDF
EPUB

CASSIN.

CONORE- qu'on leur offrit. Attirés cependant par les grandes richesses MONT" qui étoient dans ce Monastere , ils y retournerent pour une

troisiéme fois , l'an 884. Ils attaquerent le Monastere d’enhaut le 4. Septembre, & le reduisirent en cendres , & fix semaines aprés,ils en firent autant à celui de saint Sauveur au bas de la montagne. Ils tuerent au pied de l'Autel de saint Martin l'Abbé Berthaire , qui comme un bon Pasteur, s'exposa à la mort pour conserver son troupeau ; car tous ses Religieux échapperent à la rage de ces barbares,chacun emportant ce qu'il pouvoit du trésor de leur Eglise , & des autres meubles. Ils se retirerent à Teane dans le Prieuré de S. Benoît, où ils élurent pour Abbé Angelar,qui étoit Prieur du Mont-Cassin,& que lon merite fir elever sur le Siege Episcopal de Teane. Deux ans après il entreprit de rétablir le Monastere de saint Sauveur ; ce qui ne lui fut pas difficile à executer , parce que les biens du Mont-Cassin s'accrurent beaucoup pendant son administration. L'Abbé Leon lan 904. fic rebâtir celui du Mont-Caslin, vingt-sept ans après sa destruction. Un accident imprévû réduisit en cendres celui de Teane , où la plûpart des Livres du Mont-Cassin furent brûlés, avec l'Autographe de la Regle de saint Benoît. Les Religieux n'abandonnerent pas pour cela Teane : ils y resterent encore jusques en l'an 915. que l'Abbé Leon étant mort , & ne se trouvant personne parmi les Religieux capable de lui succeder , Landulphe & Antenulphe, Princes de Capouë , priérent un saint homme nommé Jean , qui étoit Archidiacre de l'Eglise de Capouë , de prendre le gouvernement de cette Communauté de Teane. Il l'accepta , prit l’habit Monastique, & aïant été élû Abbé par les Religieux, il les fit consentir à venir demeurer à Capouë. Mais comme il n'y avoit point de Monastere en cette ville , cet Abbé acquit par échange de celui de saint Vincent de Voltorne, une petite Eglise à la porte faint Ange, où trois Moines fort vieux demeuroient,dans une petite maison qui n'étoit bâtie que de bois. Il y fit construire par les liberalités de plusieurs personnes une Église en l'honneur de saint Benoît, avec un Monastere,où il assembla plus de cinquante Religieux.

Quoique le Monastere du Mont-Cassin fût inhabité, il étoit cependant toûjours reconnu pour le Chef de tout l'Ordre. Le Pape Marin II. lui accorda plusieurs Privileges l'an 944. & le maintint dans la possession de tous ses biens, & de CONGRI. tous les Monasteres tant d'hommes que de filles qui étoient MONT. de la dépendance, & confirma le droit que les Religieux Cassin. avoient d'élire leur Abbé. Le Pere Mabillon dit que ce Pape accorda à cet Abbé la permission de chanter à la Messe les Fêtes & Dimanches le Gloria in excelsis : mais nous avons remarqué ci-dessus que le Pape Zacharie avoid accordé aux Religieux de cette Abbaïe la même grace deux cens ans auparavant. Peut-être ce sçavant Benedictin a-t-il trouvé la Bulle de Zacharie suspecte;ce qui l'a pu empêcher de parler de ce Privilege plûtôt qu'en l'an 944. & il n'a pas apparemment combattu cette 'Bulle , pour ne pas faire de peine aux Benedictins de la Congrégation du Mont-Cassin qui comptent fort sur toutes les Bulles inserées dans leur Bullaire , quoique cependant il y en ait plusieurs de douteuses, principalement celles du Pape Zacharie.

Comme les Princes de Capouë avoient assujetti le MonaItere de saint Benoît de Capouë à leur domination, ce qui avoit été cause que les Religieux avoient abandonné les Obfervances Regulieres,pour vivre à la façon des seculiers , le Pape Agapet II. l’an 946. à la sollicitation de l'Abbé Baudoüin , obligea ces Religieux de retourner au Mont-Caslin, pour y vivre dans les Observances Regulieres. Ils n'y allerent néanmoins que sous l’Abbé Aligerne,qui fut élû l'an 949. &ce Monastere qui avoit demeuré pendant soixante & dix-sept ans comme désert & abandonné, depuis sa derniere destruction par les Sarrasins , fut de nouveau habité par une nombreuse Communauté qui se forma dans la suite, où l'on vit en quelque façon revivre l'esprit de leur Fondateur sous le gouvernement d’Aligerne,qui , comme un autre Petronax , a été le Restaurateur, non seulement des édifices materiels de cette Abbaïe , mais encore de l'Observance Reguliere. Il fit achever les bâtimens qui avoient été commencés

par

les Abbés Leon & Jean, & recouyra la plûpart des biens qui avoient été usurpés par les Comtes de Teane & d'Aquino: ce qui lui attira beaucoup de persécutions, principalement de la part d'Adenulphe Comte d'Aquino , qui voïant qu'il lui redemandoit ce qu'il avoit usurpé à son Monastere , & que sur le refus qu'il en avoit fait, cet Abbé en avoit porté les plaintes à Landulphe Prince de Capouë , il en

CASSIN.

1

CONGRE: fut si irrité qu'il le fit enlever , & l'aïant fait couvrir d'une
MONT- peau d'ours , il l'exposa à des chiens pour servir de spectacle:

au peuple. Mais le Prince de Capouë voulant venger l'af-
front fait à Aligerne, commanda à Adenulphe de le venir
trouver. Ce Comte aima mieux se révolter contre son Prince
que d'obéïr : ce qui obligea Landulphe de venir à Aquino
avec des troupes. Adenulphe s’y voïant assiegé, & ne pou-
vant éviter de tomber entre les mains de son Seigneur, se
mic une corde au col, & se fit ensuite conduire par sa femme
en la présence du Prince pour implorer sa clemence; mais
Landulphe le livra ainsi lié entre les mains de l'Abbé Aliger-
ne , & lui fit reftituer tous les biens qu'il avoit pris à son
Abbaïe.

Il y a de l'apparence que l'Observance Reguliere', qui
avoit été rétablie au Mont-Cassin par l'Abbé Aligerne, souf-
frit quelque atteinte sous le gouvernement de Manson , qui
lui succeda l'an 986. & qui bien loin de suivre ses traces ,
mena au contraire une vie toute opposée, qui ressentoit plus
celle d'un Seculier addonné à ses plaisirs, que

celle d'un
successeur de saint Benoît. Il se faisoit suivre ordinaire-
ment par un grand nombre de Domestiques vêtus de soïe:
il avoit de grands équipages , & frequentoit souvent la
Cour de l'Empereur. L'envie de dominer lui fit commencer
une Forteresse , où saint Thomas d'Aquin a pris naissance
dans la suite : ce qui donna de la jalousie aux Princes de
Capouë , qui appréhendoient qu'il ne voulât se rendre maî
tre de toute la Province. Alberic Evêque de Marsico, qui
avoit envie de s'emparer de l’Abbaïe du Mont-Cassin pour
la donner à un fils qu'il avoir eu d'une Concubine, profitant
de la jaloufie des Princes de Capouë , convint d'une somme
d'argent avec quelques Bourgeois de Capouë , & quelques
méchans Moines,pour se faisir de l'Abbé, & lui crever les
yeux: ceux-ci aïant executé leur promesse l'an 996.mi-
rent les yeux de cer Abbé dans un linge pour les
cet indigne Prélat, afin de recevoir de lui la récompense de
leur crime ; mais par un juste jugement de Dieu , ce mé-
chant Evêque mourut à la même heure que Manson avoit
été privé de la vûë.

Comme il est plus aisé de tomber dans le relâchement que
de s'en relever, il est à croire que les Religieux du Mont-

porter a

Callin ne profiterent point, ni des avis , ni de l'exemple que CONCREleur donna leur Abbé Jean II. successeur de Manfon , qui MONO étoit un très saint homme, & que ce fut ce qui l'obligea à Cassin. renoncer à cette Dignité , pour se retirer dans une folitude avec cinq ou fix Religieux , qui voulurent apparemment éviter le relâchement. Ceux qui resterent au Mont-Cafsin ne profiterent pas davantage des instructions que leur donna Jean III. qui fut élû après la démission volontaire de Jean II. Cet Abbé fit paroître beaucoup de constance & de grandeur d'ame dans toutes les adversités qui lui arrive. rent pendant les douze années de son gouvernement : car pendant qu'il ne longeoit qu'à embellir l'Eglise, à faire de nouveaux bâtimens & à augmenter le nombre des Monasteres de la dépendance, un grand tremblement de terre qui dura pendant quinze jours, endommagea notablement l'Eglise. D'un autre côté les Princes voisins par les vexations qu'ils lui firent , l'obligerent de se retirer à Capouë ; & ses Moines pendant son absence lui aïant suscité une persecution domestique, le déposerent & élûrent en la place un autre Abbé. Mais le Schisme ne dura que sept mois , & les troubles aïant été appaisés, l'Abbé retourna au MontCassin , où il mourut l'an 1010. Ce

que l'on pourroit condamner dans la conduite de cet Abbé, c'est d'avoir de son vivant , fait reconnoître

pour
son successeur

par une partie de ses Religieux, un de ses parens qui n'étoit encore que Novice, ce qui causa un nouveau Schisme.

Il y eut un troisiéme Schisme en 1126. & un quatrieme l'an 1138. & de tems en tems le Monastere se trouvoit vexé par la tyrannie des Seigneurs voisins. L'an 1030. Pandulphe Prince de Capouë , s'empara presque de tous les bourgs & villages qui lui appartenoient, dont il mit en possession les Normans , qui suivoient son parti , & qui étoient pour

lors répandus dans l'Italie. Il enleva les vases sacrés & les ornemens, & donna le Gouvernement de la ville de saint Germain & du Monastere du Mont-Cassin, à Todin, l'un des Serviteurs de cette Abbaïe, qui traita les Moines avec tant de dureté , qu'il fit manger les Serviteurs dans le Refectoire, où jusqu'alors aucun Laïque n'avoit été admis, & qu'un jour de l'Assomption de la Vierge, ils ne purent pas avoir de vin pour dire la Messe.

CONGRE- Richer qui fut Abbé en 1037. fur obligé de lever des MATKON DU Troupes pour recouvrer les terres qui avoient été usurpées. CASSIN. Il disputa le passage du Garillan aux Comtes d'Aquino &

aux Notmans qui étoient avec eux ; mais aïant été forcé, il fut fait prifonnier , & pendant quinze jours tout le Territoire de Cassin fur en proïe à l'ennemi. L'Abbé aïant été mis en liberté, alla en Allemagne , d'où il ramena des troupes avec le secours desquelles il contraignit les Normans qui occupoient les terres de l’Abbaïe , de lui prêter serment de fidelité: mais ils le violerent peu de tems après;car se voïant en grand nombre, ils bâtirent le château de saint André pour leur servir de place d'armes & de retraite , sans avoir égard aux défenses de l'Abbé, qui eut recours alors aux armes fpirituelles de la priere; & qui par le fecours de saint Benoît, fit plus qu'il n'auroit fait avec des troupes reglées : car les Normans étant venus au Mont-Cassin sous la conduite de Rodolphe , sous pretexte de traiter de paix ; mais en effet dans le dessein de faire prisonnier l'Abbé ou de le tuer , ils entrerent dans l'Eglise comme pour faire leurs prieres , aïant laissé leurs armes à la porte, suivant la coûtume de ce tems là, auquel il n'étoit pas permis d'entrer dans l'Eglise avec des armes. Les serviteurs de l'Abbaïe s'en étant apperçus ;

se saisirent des armes & des chevaux des Normans , sonnereirt le tocsin

pour

faire prendre les armes aux habitans des lieux circonvoisins, & se jetterent sur les ennemis , dont ils en tuerent plusieurs & firent prisonnier Rodolphe leur Chef avec plusieurs autres, de Torte qu'en un seul jour les Moines du Mont-Calfin recouvrerent tous les lieux qui avoient été usurpés, à la reserve des Châteaux de saint Victor & de saint André, dont ils chafferent aussi quelques jours après les Normans : après quoi l'Abbé ne fe fiant plus à leur serment , fit entourer de murs tous les Châteaux qui dépendoient de l’Abbaïe & y mit garnison.

Le Monastere du Mont-Callin prit un nouveau lustre fous le gouvernement de l'Abbé Didier,depuis Pape , sous le nom de Victor III. qui est regardé comme un des Reftaarateurs de cette celebre Abbare. Il fit abbattre l'ancienne Eglise l'an 1066. & en fit rebâtir une autre avec toute la magnificence poslable , aïant fait ventir de Rome avec

beaucoup

« PreviousContinue »