Page images
PDF
EPUB

Abbés s'étant rendus auprés de cette Eminence, on dressa Bernardes articles de Réforme , '& afin de les faire mieux éxecuter, PORME'S

DE on jugea qu'il étoit nécessaire de réunir tous les Monasteres France. de la ligne de Clairvaux en forme d'une nouvelle Congregation , où le Général & les quatre Abbés feroient accepter les Reglemens & les Articles susdits qui furent signés le 11. Mars 1623. Le Général & ces Abbés assurerent le Cardinal avec de grandes protestations qu'ils seroient les premiers à les garder, & qu'ils les feroient observer exactement : ainsi cette Eminence , quoiqu'on pûtlui remontrer, leur en confia l'execution.

Comme ce n'étoit qu'une feinte de leur part , ils étoient bien éloignés de tenir parole au Cardinal de la Rochefoucaut ; au contraire ils proposerent au Chapitre Général qui se tint deux mois aprés, de casser tout ce qu'ils avoient fait, & le Chapitre qui étoit composé de gens qui n'étoient pas fort portés pour la Réforme, écoută favorablement cette proposition , & déclara qułaïant eu connoiffance que l'Abbé de Cîteaux avoit confenti à l'élection d'une nouvelle Congrégation composée des Monafteres de la Filiation de Clairvaux , il estimoit que cette prétenduë Congrégation , qui tendoit à un schisme dans l'Ordre , n'avoit pu être faite légitimement , & par conséquent, qu'il cassoit & annulloic tout ce que l'Abbé de Cîteaux avoit fait dans cette affaire. : La mort du Pape qui survint dans ce même tems,

donna occasion aux Religieux de la commune Observance de

perfeverer dans leur relâchement , & prétendant que le tems porté par la commission du Cardinal étoit expiré par cette mort , quoiqu'il fût de six ans, ils se crurent en liberté d'agir comme auparavant & de vivre à leur mode. Ceux de I'Etroite Observance obtinrent néanmoins de l'Abbé de Cîteaux la permillion de tenir leur premiere affemblée, ce qu'ils firent dans l'Abbaïe des Vaux de Cernai au mois de Juillet 1624.oh its dresserent les premiers Statuts de leur Obfervance : & Dom Etienne Maugier Abbé de la Charmoïe, fut établi premier Vicaire Général pour la Visite & Gouvernement des Monasteres de l'Etroite Observance. L'Abbé de Clairvaux, Dom Denis l'Argentier , auteur de la Réforme , aprés avoir reçu la visite de l'Abbé de Citeaux, voulut ausli visiter les Monasteres de la Filiation. Il commença Tome V.

Hhh

FORM'ES DE
FRANCE.

Bernar- par ceux du païs de Luxembourg, & pendant qu'il visitoit DINS RE. L'Abbaïe d'Oryal il y tomba malade, & mourut dans cette

Maison le 25. Octobre 1624. l'on prétend qu'il a fait plusieurs miracles aprés fa mort, qui sont rapportés par Chrysostome Henriques, qui a inseré cet Abbé dans son Menologe des Saints de l'Ordre de Cîteaux.

Dom Claude l'Argentier son neveu qui lui succeda à l'Abbaïe de Clairvaux n'herita pas de son zele pour la Réforme. Il persecuta au contraire ceux qui l'avoient embrassée. Ils eurent recours au Cardinal de la Rochefoucaut pour obtenir la protection, il la leur accorda volontiers, & leur fit expedier une Ordonnance du 4. Janvier 1625. portant défense de rien innover en la conduite de l'Abbaïe, avec une commission adressée à l'Evêque de Langres,pour se transporter sur les lieux & faire cesser les troubles qui y étoient. Mais les Religieux de la Commune Observance étant en plus grand nombre , refuserent d'ouvrir les portes à l'Evêque de Langres , & appellerent comme d'abus de l'Ordonnance du Cardinal& de la commission au Parlement de Paris, où personne n'étant comparu de la part

de ceux de l'Etroite Observance, ceux de la commune Observance obrinrent des Arrêts par défaut, qui déclarerent nulle l'Ordonnance du Cardinal de la Rochefoucaut.

L'Abbé de Cîteaux, Dom Nicolas Boucherat étant mort la même année, Dom Pierre Nivelle, aprés bien des brigues & des cabales , fut élu pour lui succeder. Il convoqua un Chapitre Général en 1628. dans lequel l'Etroite Observance fut encore confirmée, & on ordonna que dans les Monasteres où elle étoit en pratique, on n'y pourroit envoïer aucun Religieux qui ne l'observâc , & que dans tout le reste des Monasteres on observeroit les jeûnes de l'Ordre.

Les désordres continuerent cependant dans l'Ordre de Cîteaux, & ils étoient si publics, que le Roi se crut obligé de demander un second Bref au Pape Urbain VIII. il l'ob tine le 10. Septembre 1632. Il étoit encore adressé au Cardinal de la Rochefoucaut, & il lui donnoit le même pouvoir de faire tout ce qu'il jugeroit nécessaire pour le rétabliffe ment de l'ancienne discipline dans cet Ordre.

Les soins que ce Cardinal apporta pour engager les Religieux de la commune Observance à se réformer , furent

encore inutiles. Quoiqu'il n'eût aucun lieu de douter des Bernara mauvaises intentions des premiers Abbés, il ne laissa pas de PANSAR les inviter

par

des Mandemens exprès à se rendre auprès France de lui pour agir de concert. Il n'y eut cependant que l'Abbé de Pontigni qui obéït: ceux de Cîreaux, la Ferté, Clairvaux & Morimond s'en excuserent fous divers prétextes.

Ils avoient crû qu'on ne feroit rien sans leur participation, à cause du rang & de la grande authorité qu'ils avoient dans l'Ordre : mais ils se tromperent dans leur idée: car le Cardinal, qui n'étoit pas obligé par

sa Commission de prendre leurs avis , indiqua une Assemblée Générale de tous les Abbés & Superieurs de l'Ordre qui s'étoient rendus à Paris; & afin qu'on ne pût pas dire qu'on n'avoit consulté que les Superieurs, il y invita aussi les Evêques de Senlis & d'Auxerre, Messieurs le Févre de Lézeau & de Vertamont, Conseillers d'Etat, deux Religieux Benedi&tins de la Congregation de saint Maur, deux Peres Feüillans, deux Peres Jacobins Réformés deux Peres Jefuites , & deux Peres Capucins.

Conformément aux Deliberations de cette Assemblée , il fit la visite du College des Bernardins de Paris , accompagné des Evêques de Senlis & d'Auxerre , des deux Conseillers d'Etat, & des deux Abbés de l'étroite Observance & il rendit ensuite au mois de Juillet 1634. une Ordonnance générale touchant la réforme de cet Ordre. Elle portoic entr'autres choses , que l'Evêque de Senlis , ou celui d'Auxerre, ou quelque autre Prélat qu'il delegueroit , feroit la visite de l'Abbaïe de Cîteaux , & que fi celui qui feroit la visite reconnoisfoit que cette Abbaïe ne fût pas dans l'exacte Observance de la Regle, on y mettroit un nombre competant de Religieux pour former la Communauté , lesquels feroient tirés des Monasteres de Vaucler , Châtillon , la Charmoïe , Prieres, l'Etoile, la Colombe, Cereanceaux, faint Aubin-des-Bois, Fonguillem, la Charité, Longpont, Cheminon , Vaux-de-Cernay, la Blanche , & saint Lazare de la Ferré-Milon , dans lesquels l'étroite Observance étoit déja établie : que l'on feroit aussi une pareille visite en la mềme forme dans les Abbaïes de la Ferré, Pontigni, Claire vaux & Morimond: que les Abbés de ces Abbaïès auroient toûjours la même authorité, sans préjudice de celle des

H hh ij

DINS RE-
FORME'S DE
FRANGE.

[ocr errors]

BERNAR- Superieurs de l'étroite Observance , de laquelle on donne

roit
quatre

Alistans à l'Abbé de Cîreaux,qui ne pourroienc
rien faire sans leur consentement à la pluralité des voix :
que jusqu'à ce que l'un des Religieux de l'étroite Obser-
vance fût élu Abbé de Cîteaux, on établiroit un Vicaire
Général avec deux Afiftans , qui seroient pris des Monaste
res Réformés , & le Cardinal de la Rochefoucaut nomma
dès lors Dom Etienne Maugier, Abbé de la Charmoïe,pour
Vicaire Général , & pour ses Asistans, Dom Jerôme Petit,
'Abbé de l'Etoile , & Dom Jean Joüaud, Abbé de Prieres :
que les personnes qui se présenteroient pour recevoir l'habit
de l'Ordre, ou pour y faire profession, ne pourroient être
reçus que par les Superieurs de l'étroite Observance aux
Monasteres ci-dessus nommés, & aux autres où la même
Observance seroit rétablie ; & que les autres Monasteres de
la commune Observance ne pourroient recevoir personne à
l'habit ni à la profession sous peine d’excommunication , à
encourir de fait par les Superieurs qui les auroient reçuş :
que le Procureur Général en Cour de Rome seroit pris du
nombre des Réformés , & le Cardinal nomma pour le pre-
mier Dom Octave Arnolfini, Abbé de Châtillon : enfin,que
tous les Superieurs, Officiers, & Regens du College des Ber-
nardins à Paris, seroient pris du Corps des Religieux de l'é-
troite Observance, qui auroient pouvoirde renvoïer les Reli-
gieux qui ne voudroient pas vivre selon cette Observance.

Les premiers Abbés, pour traverser l'execution de cette Ordonnance, en appellerent au saint Siege, se pourvûrent devant le Roi, & s'adresserent enfin au Cardinal de Richelieu , pour lui demander sa protection. Ce Cardinal,qui n'avoit pas dessein de la leur accorder , pour favoriser le déréglement de l'Ordre, la leur promic , à condition qu'ils recevroient les Articles de Réforme qui leur seroient proposés de sa part. Pour avoir la protection du premier Ministre , opposer son authorité à celle du Cardinal de la Rochefoucaut, & faire ainsi une diversion, qui retarderoit au moins la Réforme Générale, si elle n'en détruisoit pas le projet, ils promirent tout ce que le Cardinal de Richelieu jugea à propos d'exiger d'eux. Les Articles en furent dressés, acceptés & signés au mois de Mars 1635. dans l’Abbaïe de Roïaumont.

[ocr errors]

Ils portoient, entr'autres choses, que l’Abbaie de Câteaux, Bernar{es quatre premieres Filles , & les Monasteres de l'étroite DINS REOblervance, feroient visités par des Religieux Benedictins, France. quiseroient nommés

par

le Cardinal de Richelieu ; & qu'ils aflisteroient ensuite comme amis à une Assemblée qui seroit convoquée à l'Abbaïe de Cîteaux au premier Octobre 1635. que dans cette Assemblée il seroit relolu qu'à l'avenir dans certe Abbaïe , & dans les quatre premieres de l'Ordre, tous les Novices seroient élevés, & feroient leur profeslion de l'entiere Observance de la Regle, & même de l'abstinence de viande, sous la conduite des Peres de la même Observance: que dans la même Assemblée les Statuts de l'étroite Observance seroient examinés & approuvés , & qu'on y. conviendroit du tems & des lieux des Affemblées des Peres de l'étroite Observance, dans lesquelles ils pourroient faire élection d'un Vicaire Général d'entr'eux, pour être présenté au Chapitre Général, qui ne le pourroit refuser sans cause raisonnable : que les premiers Abbés ou Superieurs de l'Ordre ne pourroient visiter les Maisons de l'Observance qu'en personne, alliftés de quelques Peres de la même Observance, qui seroient nommés dans leurs Assemblées ;

dans ces visites les Superieurs ne pourroient rien innover dans leurs Statuts : que dans les Maisons de l'abstinence qui sont en commande , les Peres de cette même Obfervance, ou le Vicaire Général , institueroient seuls les Superieurs : qu'ils se pourroient introduire dans les autres Monasteres de l'Ordre où ils seroient appellés , pourvû que les deux tiers de la Communauté y consentissent, & à condicion que la permission en seroit demandée au Superieur de la Maison , ou au Chapitre Général , laquelle ne pourroit être refusée: qu'ils pourroient pareillement recevoir dans les Maisons de l'abstinence les Religieux de l'Ordre qui la voudroient embrasser : enfin que dans le College des Bernardins de Paris les Religieux, Ecoliers du Roïaume,garderoient l'abstinence de la viande , suivant la Regle, Tans que les Superieurs y pussent apporter empêchement,ni leur donner aucun chagrin.

Les premiers Abbés s'étoient flattés que le premier Miniître chargé des affaires de l'Etat, perdroit de vûë celle de la Réforme,& n'auroit le tems d'y donner son attention;

Hhh iij

& que

pas

« PreviousContinue »