Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

RELIG:Fire
SES BER-
NARDINES.

X X X V.

CH A P II R'E
De l'origine des Religieuses de Cíteaux , appellées en France

BERNARDIN E S.

L

Es Historiens de l'Ordre de Cîteaux ne s'accordent Les uns, comme Britte, Barnabé de Montalvo, Chrisostome Henriques & quelques autres,attribuent à sainteHumbeline fæur de saint Bernard, la gloire d'avoir été leur Institutrice. Ange Manrique au contraire voulant faire remonter leur origine à quelques années avant la retraite de cette Sainte, prétend qu'elles ont été fondées par saint Bernard, & qu'elles ont plus de fondement que les Religieux mêmes d'appeller ce Saint Docteur leur Pere & de porter son nom. Dom le Nain Religieux de la Trape dans son Histoire de l'Ordre de Cîreaux et de ce sentiment, aussi bien que M. Baillet & le Pere Philippe Bonanni de la Compagnie de Jesus dans son Catalogue des Ordres Religieux. Et ce dernier pour appuïer son sentiment renvoïe le Lecteur à ce qu'en dit Manrique dans son Menologe de l'Ordre de Cîteaux au 21. Août: ce qui est une erreur visible, puisqueManrique n'est pas l’Auteur de ce Menologe,mais Henriqués qui y dit positivement que

sainte Humbeline a éré l'Institutrice des Religieuses de l'Ordre de Cîreaux : in Gallia depositio Beatissima matris mostra Humbelina, B. Bernardi fororis , quæ ab ipfo mirabiliter conversa , faculi deliciis contemptis , rigidißimam vitam inftituit & Reformationem Cistertientium sanctimonialium divino afflante Spiritu inchoavit. Et dans l'Histoire qu'il a donnée en particulier de l'origine de ces Religieuses sous le titre de Lili Cistertii &c. il dit , parlant de laine Humbeline , qu'après qu'elle eut résolu de se consacrer à Dieu , & de renoncer au monde , elle se retira dans le Monastere de Juilly qui étoit pour lors de l'Ordre de saint Benoît: ad fuleium se Cænobium S. Benedi&ti Ordini ea tempestate consecratum contulit: mais que dans la suite elle persuada aux Religieuses de ce Monastere d'embrasser la Réforme de Cîteaux, qu'elle en donna avis à l'Abbé de Cîteaux par le moïen du Nonce qui étoit en France;que cet Abbé y consen

Ааа iij

NARLINES.

RELIGIFO-cir, & qu'ainsi le Monastere de Juilli devint de l'Ordre de sos B E R. Cîreaux.

Manrique qui, comme nous l'avons dit , n'est pas de ce fentiinent, tâche de le détruire, & pour cela il se sert de l'autorité de Guillaume Abbé de saint Thierri de Reims, ami intime de saint Bernard , dont il écrivit la vie du vivanc même de ce Saint à son insçu, laquelle il ne put achever étant mort ayant ce saint Docteur. Mais ce premier Ecrivain de la vie de fainc Bernard ne leve point la difficulté qu'il y a entre ces Auteurs,&ne prouve point le sentiment demanrique:car il dit seulemenc que l'an 1113. qui étoit le quinziéme de la fondation de l’Abbase de Câteaux, saint Bernard avec trepte Compagnons , y entra pour s'assujettir au doux joug de Jesus-Christ , sous la conduite de saint Etienne , & que comme plusieurs des Compagnons de ce Saint étoient mariés , & que leurs femmes avoient aussi resolu de quitter le monde pour se consacrer à Dieu , l'on fonda à la priere de faint Bernard un Monastere de femmes à Juilli dans le Diocéle de Langres. Voilà tout ce qu'en dit cet Ecrivain: ainsi Manrique ne peut point en tirer qucune conséquence qui puisse servir de preuve à ce qu'il avance. Tout ce qu'il y a de seur , selon cet Ecrivain , c'est que ce premier Monastere a été fonde à Juilli & qu'il en a porté le nom , quoique de fçayans. A uteurs, entre lesquels font M. le Maître, le P. le Nain & M. Baillet , dans la vie de faiņi Benoît qu'ils ont écrite , disent que ce Monastere s'appelloit Billette, fondés. . sur certains Manuscrits où on lit Villetum. Mais outre qu'on trouve dans d'autres anciens Manuscrits, fulleium , & outre l'autorité de Guillaume Abbé de saint Thierri, dont nous. avons déja parlé, le P. Mabillon qui a fait de fi sçavantes recherches sur l'état Monastique, & en particulier sur celui: de saint Benoît, dic pofitivement que ce Monastere s'appelloit fuilly : ainfi nous devons nous arrêter au témoignage de l'Abbé Guillaume qui, comme nous l'avons dit, étoit contemporain & ami de saint Bernard, & au sentiment du P. Mabillon préferablement à celui des autres. Mais la plus grande difficulté eft de fçavoir fi ces Religieuses étoient loûmises aux Loix de Cîteaux : c'est ce que ce même Auteur nous éclaircit , en nous faisant voir l'origine & la fondation de ce Monastere : ce qui doit être la solution de toutes les

[ocr errors]

1

Religieuse de Cisteaux en

habit de Choeur

66

« PreviousContinue »