Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

dispenser selon leur conscience, de l'abstinence de viande, Ordine en cas de necessité, toutes & quantes fois que besoin seroit les personnes Religieuses de cet Ordre qui demanderoient cette dispense. La seule neceffité avoit contraint cet Abbé de demander cette dispense, & il ne la demanda que pour autant de tems que dureroit la néceslité, esperant qu'on pourroit reprendre la premiere Observance lorsqu'il y auroit lieu de le faire. Il ne fut pas plûtôt retourné de Rome avec cette Bulle, qu'il fut importuné de plusieurs particuliers & même par des Communautés entieres,qui demandoient la dispense de l'abstinence , sous le pretexte de la necessité. Peu de tems aprés il fit un second voïage à Rome où il mourut. Dom Jean de Cirey qui lui succeda , pour se délivrer des importunités qu'il recevoir de tous côtés au sujet de la dispense, fit assembler le Chapitre General en 1481. où la Bulledu Pape Sixte IV.aïant écé examinée, on renvoïa à la conscience, jugement & discretion des Abbés particuliers, Visiteurs & autres Superieurs , le pouvoir accordé par cette Bulle, de dispenser sans fcrupule de l'abstinence de la viande les Religieux quand ils en auroient besoin.

Mais le Chapitre General qui avoit commis les Abbés particuliers pour accorder cette dispense , reconnut bien-tôt qu'elle n'étoit qu'une source de broüilleries qui causeroient beaucoup de scandale & qui pourroient aller à la ruine de l'Ordre : car quelques Abbés trop indulgens accordoient trop facilement cette dispense ; d'autres trop rigoureux la refusoient absolument & cependant traitoient mal leurs Communautés ; ce qui excitoit beaucoup de murmures. Dans un même Convent , les uns mangeoient de la viande, les autres du poisson , des eufs, & des legumés : & cette diversité engendra parmi eux des haines, des divisions , des parcialités & des ligues.. C'est pourquoiafin d'ôter la source d'un li grand mal, contraire à la charité & à l'union fraternelle , aprés le rapport qui

en fut fait selon les formalités ordinaires aux Président,&DeffiniteursGeneraux de ce même Chapitre , aprés une meure deliberation, ils ordonnerent par un Decret de l'an 1485. que dans tous les Monasteres de l'Ordre de l'un & l'autre sexe, l'on garderoit à l'avenir l'uniformité, tant dans le vivre que dans les habits, & que pour le yivre, on serviroir de la viande trois fois la se

[ocr errors]

Cîrtaux.

ORORe de maine pour la refection, sçavoir le Dimanche , le Mardi & le

Jeudi ; & qu'à cet effet on bâtiroit enchaque Monastere un lieu séparé du Refectoire ordinaire.

S'il n'y avoit eu que ce déréglement dans cet Ordre, il y auroit eu lieu d'esperer qu'après cette Ordonnance, le scana dale auroit fini , la paix & l'union y auroient regné, & qu’ainsi à l'exemple de leurs premiers peres ils feroient devenus la bonne odeur de Jesus-Christ : mais il y avoir des Monasteres , où les Religieux vivoient d'une maniere filicencieufe , que l'on pouvoit leur attribuer ces paroles du Psalmiste , qu'ils s'étoient mêlés avec le monde, dont ils avoient pris toutes les manieres , qu'ils idolâtroient leurs mêmes paslions, & qu'ils en étoient devenus le scandale , enforte que les Souverains, dans les Etats desquels ils étoient firués, ne pouvant souffrir de tels déréglemens, solliciterent le Pape Innocent VIII. de les supprimer : d'autres fe contenterent de demander à ce Pontife qu'il les fît reformer. C'est ce qui obligca ce Pape l'an 1487. d'ordonner aux Superieurs qu'aprés la tenuë du Chapitre General , ils eussent à visiter exa&tement tous les Monasteres de cer Ordre & à les réformer: mais ce Pape ne fut pas obéi. Le mal augmentant tous les jours , Charles VIII. Roi de France fic de nouvelles instances auprés du Pape , pour l'obliger à emploïer de plus puissans moïens que les ordinaires pour reformer cet Ordre, & à ne pas s'en rapporter aux Chapitres Generaux & aux visires ordinaires des premiers Abbés. Le moïen qu'on trouva pour lors , fut de convoquer une Affemblée extraordinaire des Abbés de l'Ordre à Paris. Elle se tint au College des Bernardins l'an 1493. & on y dressa des Articles de reforme, qui portent entre autres choses , que les Abbés quicteroient la vanité & la pompe séculiere avec laquelle ils . marchoient, les superfluités & les excès de leur train & de leurs habits , & qu'ils ne pourroient plus

posseder deux Abbaïes de l'Ordre sans la permission du Chapitre General: Qu'on ne donneroit plus à chaque particulier son pain , son vin & fa pitance ; mais que tous mangeroient en commun dans le refedvire : que chaque Abbé, quinze jours aprés fon retour en son Monastere , sous les peines portées contre les proprietaires , ôteroit à tous ses Religieux, ce qu'ils poffedoient en propre , soit en bestiaux ou en vignes, en terres,

jardins

[ocr errors]

jardins ou granges , soit qu'ils les eussent à ferme, ou leur ORDRE 91 vie durant, & que toutes sortes de revenus seroient appliqués à la bourse commune. Qae les portes des Monasteres en seroient exactement fermées aux heures marquées , pour empêcher les sorties & les entrées , à des heures peu convenables à la regularité & au bon exemple. Qu'il n'entreroit plus de femmes dans les lieux Reguliers, à moins que ce ne fussent de grandes Dames ou de vieilles femmes, pour avoir foin de la basse court & des laitages. Que les Religieux ne marcheroient plus dans le païs qu'avec leurs habits Reguliers, ou au moins avec un manteau & un chaperon deslus qu'ils ne frequenteroient plus les fêtes publiques, les speGacles & les cabarets ; & ne porteroient plus d'armes offenfives , & s'il en étoit besoin pour se défendre des chiens , que ce seroit des armes qui ressentissent la gravité Religieuse. Qu'aucun Religieux ne pourroit tenir les enfans sur les Fonts de Baptême, ni avoir des comperes & des comeres , & ne pourroit proferer des sermens ou paroles deshonnêres. Que suivant les Ordonnances du Pape Benoît XII. toutes les cheminées des chambres à feu qui sont dans les Dortoirs seroient ruinées, & qu'à l'avenir ils n'auroient plus de lits de plume,de matelats,de draps de toile,ni de chemises de lin, mais seulement de serge. Quant à l'abitinence de la viande, qu'ils se conformeroient à l'usage introduit dans la plậpart des Monasteres , où l'on ne mangeoit point de viande les Lundis , les Mercredis , les Vendredis & les Samedis de chaque semaine. La confirmation & l'execution de ces Articles furent renvoïées au premier Chapitre General qui se tiendroit à Cîreaux ; mais bien loin qu'ils fussent reçus , quelques Religieux firent sous main donner un Arrêt par le Parlement de Dijon, sur les remontrances du Procureur Général de ce Parlement, par lequel ces Articles . furent callés, comme aïant été faits à Paris au préjudice des statuts de l'Ordre, & des Arrêts de cette Cour, qui veulent que les Assemblées Générales de l'Ordre se tiennent à Cîteaux. Ainsi ces Articles demeurerent sans effet , & la réforme générale de cet Ordre ne fe fit que sous le Pontificat du Pape Alexandre VII.

Cependant plusieurs Monasteres qui ne souhaitoient que la Regularité & le bon ordre , eurent recours à la puissance Tome V.

Zz

.

ORDRI DE des Princes, pour s'exemter de la Jurisdiction des premiers Cireaux. Abbés de l'Ordre ; tels furent ceux des Provinces de Tof

cane & de Lombardie, qui par l'entremise de Louis-Marie Sforce Duc de Milan, firent une Congregation separée l'an 1497. à l'exemple de celle de Castille: d'autres les imiterent dans la suite. Dom Jean de la Barriere , Abbé de NôtreDame de Feüillans en France,commença en ce Roïaume la réforme qui a pris le nom de cette Abbaïe. Dom Denis l'Argentier, Abbé de Clairvaux, établit aussi en France une autre Réforme sous le nom d'étroite observance. Il s'en est encore formé plusieurs autres, que nous rapporterons en particulier dans la suite de cet ouvrage.

Nous croïons avoir suffisamment parlé jusqu'à present de tout l'Ordre en General , qui pendant plus d'un siécle fut si puissant, qu'il gouverna presque toute l'Europe pour le fpirituel & pour le temporel. Il a aussi rendu de grands services à l'Eglise , par les grands Hommes qui en sont fortis. Ces Religieux furent emploïés par le Pape Innocent III.

pour la conversion des Heretiques Albigeois. Arnaud, Abbé de Cîteaux , avec Pierre de Châteauneuf & Raoul, furent Legats de ce Pape dans la Croisade que l'on fit contre les Heretiques. Foulques , Archevêque de Toulouse, qui étoit Religieux de cet Ordre, y fit paroître fon zele , aussi-bien que Gui, Abbé de Vaux-Cernai.

Quelques Auteurs disent qu'il en est forti six Papes mais on auroit bien de la peine à en trouver d'autres qu’Eugene III. & Benoît XII. Il y a eu aussi environ quarante Cardinaux, un grand nombre d'Archevêques , d'Evêques , & d'illustres Ecrivains , dont on peut voir les noms dans Ange Menriqués & Charles Vich, qui en ont donnéle Catalogue. Plusieurs Rois & Reines ont préferé l'habit de cet Ordre à la Pourpre & au Diadême. Plusieurs Princes & Princesses les ont imités ; & dans le seul Monastere de Trebnitz en Şilesie, l'on compte plus de

quarante

Princesses de Pologne qui y ont pris l'habit. Ce qui rend encore cet Ordre recommandable, sont les Ordres Militaires de Calatrava, Alcantara , & Montesa en Espagne, d’Avis & de Christ en Portugal, qui lui sont foâinis.

L'Abbé de Cîteaux est seul Chef, Superieur General, & Pere de l'Ordre de Câteaux, qualité qu'on lui a disputée

Novice de

Gsteaua

en

habit de Choeur

62

« PreviousContinue »