Page images
PDF
EPUB

Religieux de Vallombreuse

52

en

Coule ou

habit de choeur

BRLUSE.

de faint Ellero ; mais l'an 1255. Alexandre IV. aïant trans- ORDRE DE feré ces Religieuses dans un autre Monastere, à cause de VALLOMleur relâchement, il accorda celui de saint Ellero aux Religieux de Vallombreufe , avec toutes les Terres & Seigneuries qui en dépendoient. Quant au droit de nommer le Supefieur que l'Abbesse Itre s'étoit reserve, il ne dura pas longtems : car le Pape Victor II. accorda aux Religieux la permislion d’élire leur Abbé.

Le Monastere de Vallombreuse étant ainsi formé, Jean Gualbert en fut fait Superieur malgré fa resistance extrême.. Il s'appliqua à faire observer la Regle de faint Benoît dans route la rigueur, principalement quant à la clôture des Religieux, & il les fit habiller d'une étoffe grise : ce qui fit que felon les Historiens de cet Ordre , on les appella pendant les quatre premiers siécles de leur établissement,les Moines gris: ce qui a duré jusques sous le Generalar de Dom Blaise de Milan, qui leur fit prendre l'an 1500. la couleur taunée. Quelque tems après la mort de leur Fondateur, ils portoient sur leurs habits gris des fcapulaires blancs: ce qui leur fuc défendu l'an 1453. par le General Dom François Altouity, qui leur reconimanda l'observance de la couleur grise,comme étant l'ancien habillement de l'Ordre. Pour leur tonsure; ils se rasoient le dessus de la tête , & laissoienr en bas des cheveux en forme de cercle,qui étoit la couronne des Romains, qui prétendoient imiter l'Apôtre saint Pierre , comme nous avons dit dans le Chapitre VIII. Nous donnons ici la figure d'un de ces Religieux de Vallombreuse avec la tonsure.

Cet habillement avoit beaucoup de conformité avec celui des Regieux de saint François, appellés Frères Mineurs , selon Didace de Franchi. Cet Auteur dit que saint François vers l'an 1 224. étant venu à Vallombreuse par un tems de pluïe, l'Abbé Dom Benigne le vosant tout inoüillé, lui donna fa

propre
coule

pour changer ; que le Saint la lui aïänt voulu rendre avant que de s'en aller , l'Abbé ne vou. Juc

pas la reprendre; & que saint François s'étant ceint de sa corde, la garda, & continua à s'en servir, ne trouvant

peu

de difference entre celui-là & le sien. Cet Auteur, ajoûte encore que l'on voit en peinture dans le Couvent de sainte Croix de Florence, l'habillement des Religieux de

que très

SRSU SE.

[merged small][ocr errors]

ORDRE DE Vallombreuse & de faint François , où l'on remarque Lao
VALLOM- grande conformité qu'il y avoit entr'eux.

Les biens de Vallombreuse augmentant de jour en jour
par les donations qu'on y faisoit , saint Jean Gualbert reçu
des Laïques & Freres Convers pour avoir loin du temporel.
Ils menoient la même vie que les Moines , & ne differoient
d'eux que par l'habillement, qui étoit plus court,

&

par un
bonnet de peaux d'agneaux, dont ils le couvroient la tête,
Ils ne gardoient pas un silence aussi exact que ceux qui
étoient destinés pour le Cheur, écant un exercice incom-
patible avec les travaux du dehors , ausquels ils étoient oc-
cupés. C'est le premier exemple que l'on trouve des Freres .
Laïcs ou Convers, distingués par leur état des Religieux du
Chaur, qui étoient dès-lors Clercs pour la plàpart,ou pro-
pres à le devenir, comme remarque M. l'Abbé Fleury.

Plusieurs personnes Nobles lui offrirent des places pour
bâtir de nouveaux Monasteres, & plusieurs le prierent d'en
reformer d'autres. Entre les nouveaux qu'il fonda , le preo
mier fut celui de saint Salvi ; ainsi appellé, à cause d'une
Chapelle dédiée à ce faint Evêque d'Amiens, qui se trou-
voit dans le lieu qui lui fut donné l'an 1044: Mais il en
fonda d'autres dans les Apennins, l'un à Moscheto , l'autre
à Razzuolo ,un troisiéme à Monte-Scalari.. Ceux qu'il re-
forma , & où il mic de ses Religieux , furent les Abbaïes de
Passignagno près de Sienne , de sainte Reparate, proche Flo-
rence, de saint Fidele de Strumi au Diocese d'Arezzo,&
de Fontaine-Thaone au Diocese de Pistoïe. On lui donna
encore sainte Marie de Coneo, faint Pierre de Mont-Verde,
& faint Sauveur de Vaiano.
Les Monasteres qu'il

fondoit étoient selon la pauvreté : il
n'y avoit rien de fuperAu. Un jour étant allé visiter celui de
Moscheto

que M. l'Abbé Fleury appelle Muscetan, il en trouva les bâtimens trop grands & trop beaux ; & aïant appellé Rodolphe qui en étoit Abbé , il lui dit d'un visage serein, Vous avez bâti des Palais à votre gré,cr vous avez emplozé des sommes qui auroient servi à foulager un grand nombre de pauvres. Puis se tournant vers un petit ruisseau qui couloit auprés, il dit : Dieu tout-puissant vengez-moi promptiment par ce ruilesu de cet énorme cdifice. Il s'en alla, * aufli-tôt le ruisseau. commença à s'enfler , & tombant de

la

[ocr errors]

Frere Convers de

Vallombreuse

53

1

« PreviousContinue »