Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][ocr errors]
[merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

JEAN DEBS

CLARE ces

La Regle de Jean Abbé de Biclare a été inconnuë à saint Recte de Benoît d'Aniane, qui n'en a fait aucune mention ; mais faint Isidore de Seville en parle avec estime, & dit que Quvrage devoit être entre les mains de toutes les personnes de pietė. Trithême en cite un fragment qui defend aux Religieux de posseder du bien en particulier. Cet Abbé Jean étoit né à Santaven en Portugaf, de parens Goths. Étanc jeune , il alla à Constantinople, où il apprit la Langue Grecque avec la Latine. Dix Tept ans après il retourna en El pagne, dans le tems que Leuvigilde persecutoie les Catholiques. Ce Prince qui étoit Arien ne pouvant l'engager dans son heresie & dans la Secte , l'exila à Barcelone, où pendano dix ans qu'il y demeura, il eut beaucoup à souffrir de la part des Ariens. Ce fut pendant ce tems là, sur la fin dur lixiéme siécle, qu'il bấtit le Monastere de Biclare, ou selon le langage du païs de Valclara , ainsi appellé du nom d'un Bourg , situé au pied du Mont de Prades dans l'Archidiaconé de Tarragone en Catalogne, où l'on voic encore une Eglise, aux environs de laquelle sont plusieurs ruines qui peuvent être celles du Monastere que l'Abbé Jean y fit bâtir. C'est sans aucun fondement que Mariana a avancé que cet Abbé

у

établit l'Institut de saint Benoît », puisque Fori ne doute point que cet Abbé Jean n'aie dressé une Regle pour ses Disciples. Il fut tiré du Cloître pour être élevé sur le faége Episcopal de Geronde, que l'on a depuis appellé Gironne : & c’elt ce qui a donné lieu à quelques Auteurs de le faire Fondateur de l'Ordre des Gērondins appellant ainsi les Moines de Biclare du nom de la Ville Episcopale de leur Fondateur. Entre les differens habillemens Religieux qu'Abraham Bruin grava en 1577. l'on trouve celui d'un de ces Gerondins , tel que nous l'avons fait representer ici. Adrien Damman qui a fait de petits Commentaires fur ces habillemens de Bruin , dit que l'éeufson que ces Gerondins portoient sur la poitrine étoit les armes de l'Evêque de Gironne , sçavoir d'or à deux Pals de gueules & deux de sinople. Si cela est , ces Gerondins auroient sublisté encore après le onziéme fiécle ; puisque l'usage des armoiries n'a été en usage qu'après le dix ou le onziéme siécle. Quant à la couleur de l'habillement, ele écoir blanche.

RIGLE DE

Les Princes Hermenegilde & Reccarede, fils du Roi ORLANE Leuvigilde qui avoit envoïé en exil l'Abbé Jean, dont

nous venons de parler , avoient été élevés dans l'heresie d’Arius

par les soins de leur Pere ; mais ils embrasserent la Foi catholique par les instructions de fainc Leandre : ce qui attira sur lui la colere du Roi Leuvigilde, qui l'envoïa ausli en exil

. Il avoit été tiré du Cloître pour passer sur le siége Episcopal de Seville. Sa fæur s'écant retirée dans un Monastere, il composa pour elle & pour les filles qui étoient avec elle, une regle ou instruction chrétienne qui contient vingt & un Chapitres. Il l'exhorta à demeurer toûjours dans le Monastere , comme dans un asile de la chasteté, à ne point manger de viande que dans les maladies , à ne point parler aux personnes du dehors qu'en presence de deux ou trois témoins , à partager de telle sorte tour son tems, que la priere succedât à la lecture , & la lecture à la priere ; à ne rien posseder en propre, à éviter les juremens , & dire toûjours la verité. Enfin il l'exhorte à ne plus son. ger à son païs natal : ce qui fait juger que cette Sainte a peut-être vécu dans le même Monaltere où leur mere étoit morte, comme il paroît par le dernier Chapitre de cette Regle. On ne sçait pas precisément où ce Monastere étoit situé ; mais le Pere Mabillon conjecture qu'il étoit dans l'Andalousie, & que Ste Florentine & sa mere pouvoient y être venuës de la Provnice Carthaginoise où S. Leandre, & ses freres, S. Isidore qui fut son successeur,& S. Fulgence Evêque d'Astigite, avec leur fæur Florentine , avoient pris naissance, étant tous enfans de Severian, Duc ou Gouverneur de cette Province, dont la Metropole étoit Tolede.

Saint Ildore aïant succedé à son frere saint Leandre sur S. IsiD ORE. le Siege de Seville, composa une Regle pour les Religieux

du Monastere d'Honori, laquelle est conforme en beaucoup de choses à celle de saint Benoît. Le jeûne y est prescrit , depuis le 14. de Septembre jusqu'à Pâques, excepté pendant l'O&ave de Noël. Les Religieux ne mangeoient pendant toute la semaine que

des legumes & quelques herbages: quelquefois aux grandes Fêtes il leur étoit permis d'y ajoûter un peu de viande; mais il étoit libre à un chacun de s'en abstenir , aussi bien que de vin. Ils jeûnoient pendant le Carême au pain & à l'eau. L'Abbé devoit toûjours manger

REGLE DE

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]
« PreviousContinue »