Page images
PDF

$† PART1 E,CHA p. XXIV. 279 vent les Constitutions des Camaldules. Il v a bien nean. Eauirrs · moins de la difference entre les Religieux Camaldules & #o , ces Ermites. Ce qui a donné lieu à M. Corneille de croire F**c . que ces Ermites étoient des Camaldules, c'est qu'un bon Prêtre nommé le Pere Guillaume, aprés avoir été Novice chez les Camaldules pendant onze mois , & les aïant quittés ne pouvant soûtenir leurs austerités, se retira avec quelques Ermites dans la Forêt de saint Sever, où il leur dressa des Reglemens tirés en partie des Constitutions des Camaldules,qu'il fit approuver par l'Evêque de Coûtances. Mais dans ces Reglemens, on n'y reconnoît point l'esprit des Camaldules ; car outre la liberté que ces Ermites de saint Sever ont de sortir quand il leur plaît, ce qui leur est commun avec les autres Ermites qui ne sont point Religieux, leur habillement est different † celui des Camaldules, en ce que le capuce des Ermites de saint Sever est pointu, que leur scapulaire ne descend que jusqu'aux genoux, & qu'ils portent du linge ; au lieu que les Camaldules ont un capuce rond, leur scapulaire aussi long que la robbe, & ne portent jamais de linge , non pas même lorsqu'ils sont § Les Ermites de § Sever logent dans un dortoir, & les Camaldules demeurent dans des cellules éloignées les unes des autres. Enfin les Ermites de saint Sever mangent de la viande trois fois la semaine, & c'est un crime chez les Camaldules d'en manger excepté dans les maladies , ce qui ne se fait que par l'ordre du medecin qui doit attester que le malade à besoin d'en manger. Ce que l'on peut dire de ces Ermites de saint Sever, c'est qu'ils vivent en gens de bien sans aucun engagement, comme sont tous les autres Ermites ; mais ils ne suivent point les constitutions des Camaldules.

Memoires communiquez par le Reverend Pere jean-Baptiste Carbonier.

[ocr errors]
[ocr errors]

De la Congregation de Fonte-Avellana presentement unie à l'Ordre des Camaldules.

O R 1 G 1A & Maurolic parlant de la Congregation de Fonte-Avellana, ou Font-Avellane , disent que son Fondateur fut le Bienheureux Ludolphe , homme † adonné à la contemplation , qui aïant fouffert une grande persecution d'un Seigneur d'Ombrie,se retira dans les Apennins entre les lionts Carrio & Corvo, où il mena une vie

[ocr errors]
[ocr errors]

rober

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

dant le Pere Grandi ne dit point que Vallombreuse ait été

de l'Ordre des Camaldules , mais comme les Religieux de Vallombreuse auroient pû avec justice lui disputer cette alliance, il a seulement attaqué les Religieux de l'Ordre de Font-Avellane,quine peuvent plus défendre leur cause,aïant été supprimés depuis environ cent cinquante ans ; & il les a incorporés dans § Ordre dès le commencement de leur institution, quoique le Monastere de Font-Avellane & quelues autres de sa dépendance n'aïent été unis à l'Ordre des ð quel'an 1569. comme nous dirons ci-aprés. Nous recoñnoissons donc l'Ordre de Font-Avellane comme un Ordre distinct & separé de celui des Camaldules.Les fondemens en furent jettez dans le Monastere de Font

Avellane vers l'an 1ooo. par le Bienheureux Ludolphe qui

[ocr errors]
[ocr errors]

de pain & d'eau quatre jours la semaine.Le Mardi & le Jeudi Tome V. N n

[ocr errors]

CONGREGATION DE F o N T EAvELLANA,

[ocr errors]

sçavoir de la Resurrection, de la Nativité de Notre Sei

gneur, & de saint Jean Baptiste. Pendant ce dernier, qui duroit depuis l'Octave de la Pentecôte jusqu'à la saint Jean, on leur donnoit le Mardi aprés None une portion de quelques legumes. Ils mangeoient deux fois le jour le Jeudi, aussi bien que le Mardi aprés la Fête de saint Jean-Baptiste. Depuis le 13. Septembre jusqu'à Pâques ils jeûnoient tous les jours, excepté l'Octave de Noël : tous les Dimanches de l'année on leur donnoit deux portions, excepté les Dimanches des Carêmes de Pâques & de Noël , qu'on ne leur en donnoit qu'une; & aux Fêtes de saint André,de saint Benoît & de l'Annonciation de Notre-Dame ils ne jeûnoient pas dans toute la perfection : ( ils appelloient jeûner parfaitement , lorsqu'ils ne prenoient que du pain, de l'eau & du

[ocr errors]
[ocr errors]

- ils le remercierent & ne voulurent pas le recevoir sous pre

[ocr errors]

de cent Moines. Pierre Damien y demeura deux ans , & son
"Abbé l'aïant rappellé, l'envoïa quelque tems aprés faire
· les mêmes fonctions au Monastere de saint Vincent prés de
Pierre-Pertuse. Enfin l'Abbé le déclara son successeur du
consentement de ses Religieux. Aïant † le gouvernement
de cette Congregation aprés la mort de l'Abbé, ill'augmenta
de cinq autres Monasteres, qu'il fonda, un au Diocése de
· Camerino, deux au Diocése de Faenza, un au Diocése de
Rimini, & l'autre proche Perouse, où il fit pratiquer les
mêmes Observances qu'à Font-Avellane. Nous avons dit
qu'ils n'avoient du vin que pour le sacrifice de la Messe :
mais Pierre Damien leur permit d'en boire un peu hors les
Carêmes de Pâques, de la Nativité & de saint Jean-Baptiste,
où il n'étoit pas permis aux Moines, ni même aux Laïques,
de boire du vin ni de manger du poisson. Mais il semble
u'il ne leur permit de boire du vin que pour avoir plus de
§ à soûtenir les disciplines § ausquelles il les
obligea, le plus souvent pour acquiter les penitences des au-
tres Car on étoit alors persuadé que pour chaque peché
on étoit obligé d'accomplir la penitence marquée par les Ca-
nons : ensorte que s'il y avoit dix ans† l'homicide, celui
qui.én avoit commis vingt, devoit deux cens ans de peni-
tences : & comme il étoit impossible de l'acquiter,on avoit
trouvé des moïens de la racheter , en accomplissant , par
exemple, cent ans de penitence par vingt Pseautiers, accom-
† de discipline. Trois mille coups de discipline va-
oient un an de penitence, & mille coups se donnoient pen-
dant dix Pseaumes : par conséquent les cent cinquante
Pseaumes valoient cinq ans de penitence. Saint Pierre Da-
mien leur faisoit souvent faire § ces penitences pour les au-
tres, & même quelquefois pour les pechés qu'ils avoient
commis étant Laïques, ne croïant pas que pour les pechés

qu'ils avoient commis dans le monde , ils en fussent quittes

pour pratiquer la commune Observance de la Regle ; mais

qu'ils devoient y ajoûter des penitences proportionnées à

[ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

mouroit sans avoir accompli la penitence , ils devoient par- N n ij

« PreviousContinue »