Page images
PDF
EPUB

des Camaldules ; mais il n'a été uni à cet Ordre par les CONGARSouverains Pontifes , aussi- bien que celui de Val de Castro, Camaldu. que long-tems après la mort de ce faint Fondateur : le pre- MICHEL DE mier y fut uni l'an 1138. à cause que

saint Romuald

у

avoie MURANO. pris l'habit , le second à cause qu'il y étoit mort. S'il étoit vrai d'ailleurs que tous ces Monasteres eussent été de l'Ordre des Camaldules , il en seroit fait mention dans la Bulle du Pape A lexandre II. qui confirma cec Ordre l'an 1072. mais il n'y est parlé que de neuf Monasteres qui sont Camat doli,l'Hospice de Fonte-Buono, Cerrero, Agna , Soci, Arcina , Chaliano , Chio , & faint Savin, dont il n'y a que Camaldoli & Fonte-Buono, qui aïent été fondés du vivant de saint Romuald. Ainsi il n'y a point de doute que

les Moines Cænobites qui forment la Congrégation de saint Michel de Murano , n'aient été d'abord Ermites.

Le Monastere de saint Michel de Murano , qui a donné le nom à cette Congrégation , fut fondé l'an 1212. La République de Venise aïant souhaité avoir des Religieux Camaldules,on y envoïa le Pere Laurent Ermite, d'une vie exemplaire, avec deux Compagnons , ausquels on donna uneancienne Eglise dediée à faint Michel Archange, située dans une petite ifle entre Venise & Murano , avec toutes les dépendances de cette isle pour leur entretien ; ce qui fut confirmé par le Pape Innocent III. Ces Ermites firent bâtir ensuite une nouvelle Eglise & un nouveau Monastere , & l’Eglise étant achevée elle fut consacrée par

le Cardinal HugoJin l'an 1221. Ces Camaldules vêcurent d'abord dans une grande retraite , mais la frequentation des seculiers à cause du voisinage de Venise , leur aïant fait perdre l'esprit de la solitude , ils embrasserent la vie Cænobitique vers l'an 1300. ce que firent ausli plusieurs Monasteres de cet Ordre ficués dans des villes ou aux environs , qui furent dans la suite érigés en Abbaïes ; dont saint Michel de Murano', qu'on appella dans le commencement faint Michel in Palude, fut du nombre.

Saint Mathias de Murano proche Venise, qui est un des principaux Monasteres des Moines Cænobites de cet Ordre, ne fut aufli fondé que pour des Ermites : car le General Martin III. voïant qu'à cause du grand nombre de Seculiers qui alloit chez eux, ils ne pouvoient pas obsesTome V,

KE

CAMALDU

MICHIL DE
MURANO,

CONGRE ver exactement les Constitucions de l'Ermitage de Camaldoli, GATION

LES leur en donna d'autres qui furent particulieres pour ce MonaL'ES DE S. stere.

Mais après que les Monasteres qui embrasserent la vie Cænobitique, eurent renoncé à la grande solitude & aux austerités de l'Ordre ordonnées par les Constitutions, ils ne se séparerent pas pour cela des Ermites, ils firent toûjours union ensemble, & les Generaux étoient alternativement Ermites & Cænobites. Ils étoient aussi Prieurs de Camaldoli ; quoiqu'ils fussent du nombre des Cænobites , car l'Office de Prieur de ce Chef d'Ordre étoit annexé à celui de General. Mais il semble que les Moines Cænobites étant devenus fuperieurs en nombre aux Ermites , ils aïent retenu pendant un tems pour eux le Generalat tans en faire part aux Ermi

tes.

Je veux croire que la raison qui obligea la plûpart des Ermites Camaldules à embrasser la vie Cænobitique , fut qu'aïant peine à subsister au milieu des bois & des solicudes, ils vinrent s'établir dans les villes ; où ils rendirent service aux fideles , soit en prêchant , soit en confessant. Cette raison que quelques Auteurs ont donnée de leur changement,n'est pas néanmoins bien valable, puisqu'ils pouvoient se procurer les commodités de la vie quoiqu'éloignés des villes , par les grands biens dont les fideles enrichiffoient leurs Monasteres. Ceux qui étoient proche les villes , comme ceux de saint Michel & de faint Mathias de Murano , n'auroient pas pû alleguer cette raison , puisque le premier étoit proche Venise & Murano & que l'autre étoit bâti dans Murano même. Il y a plus d'apparence que ce furent plûtôt ces grands biens qui leur firent perdre l'esprit de retraite & de folitude, & même abandonner les Observances Regulieres. L'Ordre des Camaldules étoit même réduit à un si picoïable état l'an 1431.qu'à peine trouvoit-on dans les Monasteres des Cænobites des traces de la Discipline Reguliere : ce qui obligea le Chapitre General qui se tine cette année-là par ordre du Pape Eugene I V. dans le Couvent de sainte Marie de Urano proche Bertinoro , à travailler à la Réformation de l'Ordre. On commença par le Chef Dom Benoît de Forilivio , General de cet Ordre,qui étant accusé de plusieurs crimes, fut contraint de renoncer à son Office , &

[ocr errors]

Camaldule de S. Michel de

38

Murano en

,

habit de chocur

GATION DIS
CAMALDI

lorsqu'on eut examiné les procès verbaux des visites des CONCARMonasteres , on trouva qu'à la réserve d'un petit nombre, il n'y en avoit pas un seul , où il n'y eût du deréglement. C'est LES DI S. ce que nous apprenons de l'Itineraire du sçavant Dom Am- MURANO broise de Portico , appellé communement le Camaldule , qui fur élû General de l'Ordre dans ce Chapitre , & qui en faifane la visite des Monasteres , en trouva plusieurs de filles qui laissoient entrer les hommes dans leurs Monasteres; d'autres qui en sortoient quand elles vouloient , & qui ne gardoient aucune clôture. Il y en eut même un où il trouva de fi grands désordres , qu'il menaça les Religieuses de détruire le Monastere si elles ne changeoient de vie: il fit aussi observer la vie commune dans plulieurs autres où elle étoit negligée. Ce fur à ce grand homme que l'Ordre des Camaldules fut redevable de la Réforme par le bon ordre qu'il apporta à faire observer dans tous les Monasteres une exacte Discipline pendant le tems de fon gouvernement jusqu'à sa mort qui arriva l'an 1439. avant que la Réforme de cet Ordre eût été bien solidement établie.

L'an 1446. au Chapitre General qui se tint au Couvens de saint Savin de Pise, les Superieurs de neuf Monasteres. firent union ensemble pour former une Congrégation dons les Superieurs ne seroient plus perpetuels, mais triennaux, & & s'étudiroient à faire observer une exacte Discipline dans leurs Monasteres. Ils commencerent eux mêmes à renoncer à leur superiorité pour donner le bon exemple. Ces Superieurs etoient le Prieur des Anges de Florence, le Prieur de faint Benoît,l'Abbé de saint Michel & le Prieur de saint Mathias de Murano, le Prieur des Prisons ,.l'Abbé de faint Savin de Pise , le Prieur de Rose de Sienne, le Prieur des Anges de Boulogne & le Prieur de saint Jean de la Judaïque. Mais à peine le Pape Eugene IV. fut-il mort , que la ferveur de ces Superieurs se refroidit , la plậpart ne voularent pas renoncer à leur fuperiorité à la fin de leur triennal, & obtinrent du Pape Nicolas V. la permission de continuer dans leur fuperiorité. Ce qui dura jusqu'en l'an 1476. que Pierre Donat Abbé de saint Michel de Murano , fit ordonner par le Senat de Venise que ces neuf Monasteres seroient unis en Congrégation qui commença sous l'autorité du Pape Sixte IV.& qui fut confirmée par Innocent VIII.Cette Congré

« PreviousContinue »