Page images
PDF
EPUB

CAMALDU.

LES.

ORDRE DES avoit jerté les fondemens de son Ordre. Tous les Historiens

de cet Ordre avoient même été de ce sentiment ; mais le Pere Gui Grandi Cremonois, Religieux du même Ordre, qui a donné en 1707. des dissertations sur les antiquités de cet Ordre , pretend faire remonter son origine jusqu'à l'an 978. que saint Romuald prit sous sa conduite le Duc de Ve. nise Pierre Urseole, comme nous avons dit, avec lequel & quelques autres il alla en Catalogne, où il se fit des disciples. Il prétend aussi que le nom de Camaldules a été donné aux Religieux de cer Ordre , non que leur premiere demeure ait été à Camaldoli ; mais à caule que la regularité s'y est toûjours maintenuë mieux qu'ailleurs , de même que

Telon hui, les Chanoines de Latran ont eu ce nom de leur introdu&tion dans l'Eglise de Latran ; quoiqu'ils tirent leur origine du tems des Apôtres , selon quelques-uns , ou de faint Augustin selon d'autres,de même aussi que le nom de Grandsont a été donné à un Ordre qui n'a pas pris sa naissance à Grandmont , & ainfi de plusieurs autres ; ce qui lui fait dire, qu'il soûhaiteroit

que

le nom de Romualdins fut resté aux Religieux de son Ordre, comme celui de Dominicains & de Franciscains aux Disciples de saint Dominique & de S. François. Mais il ne faut pas s'étonner fi ce Pere s'interesse tant pour donner à son Ordre une antiquité plus reculée que celle qui lui avoit été donnée jusqu'à present , puisqu'il ne le fait que pour mettre au nombre des Saints de l'Ordre des Camaldules plusieurs Disciples de saint Romuald, du nombre de ceux qu'il a eus avant que d'avoir fondé son Ordre. Mais comme nous sommes persuadés que les Monasteres que

saint Romuald fit bâtir avant sa retraite à Camaldoli, ne voulurent point se soûmettre au genre de vie qu'il y vouJut établir , qu'ils se contenterent de suivre la regle de saint Benoît , qu'il fut lui-même chaffé de quelques-uns de ces Monasteres qui ne vouloient pas fe foûmettre aux loix qu'il vouloit leur imposer , & qu'il en abandonna d'autres qui ne vouloient point recevoir d'Abbé; nous ne reconnoiffons faint Romuald, que comme un reformateur & propagateur de POrdre de saint Benoît avant qu'il eût fondé un Ordre nou.

Saint Romuald aïant donc jetté les fondemens de son Or: dre à Camaldoli, il bâcit d'abord cinq cellules ,separées les

veau en r01 Z.

CAMALDI.

ancs des autres, dans un lieu escarpé & de difficile accés, ORDRE DES avec un Oratoire en l'honneur du Sauveur du monde, que CES. Theodald Evêque d’Arezzo , à qui celieu appartenoir, consacra dans la fuite , car il ne fut point Evêque d'Arezzo avant l'an 1022. Saint Romuald y mit pour Prieur Pierre Dagnin. L'on prétend que ce saint Fondateur eut en ce lieu une vision pareille à celle de Jacob, qui fut une échelle dont le pied étoit appuïé sur la terre, & le sommer s'élevoit au Ciel, sur laquelle fes Religieux revêtus d'habits blancs montoient vers Dieu, & que ce fut la raison qui l'obligea à faire changer à ses Religieux la couleur noire pour la blanche qu'ils ont conservée jusqu'à present. Mais le Pere Grandi rejette cette vision , quoique jusqu'à present, elle ait été universellement reçuë dans son Ordre. La maniere de vivre que saint Romuald prescrivit d'abord à ses Ermites étoit telle. Ils demeuroient tous dans des cellules separées les unes des autres, & se rendoient aux heures marquées à l'Oratoire pour y faire chanter l'Office divin qu'ils pfalmodioienc seulement. Les Reclus étoient dispensés de cette obligation, & ne sortoient point du lieu de leur reclusion. Il y en avoit qui pendant les deux Carêmes de l'année, gardoient un Gilence inviolable,& d'autres pendant cent jours continuels. La Loi de l'abstinence & du jeûne étoit , que chacun devoit manger dans sa cellule , & que pendant tout le tems de chaque Carême , ils devoient jeûner tous les jours au pain & à l'eau excepté les Dimanches

. Quelques-uns ajoûtoient un troisiéme Carême , & tous pendant le reste de l'année , jeûnoient encore au pain & à l'eau les Lundis, les Mercredis & les Vendredis , le plus souvent encore le Mardi & le Samedi: mais le Dimanche & le Jeudi ils mangeoient des legumes. C'écoit aussi la coûtume dans ces premiers tems , que pendant tout le Carême tous les Ermites demeuroient dans leurs cellules sans en sortir , excepté deux ou quatre au plus, qui demeuroient près l'Eglise,& qui recitoient l'Office divin tant de jour que de nuit. Au reste l'usage de la viande fut interdit pour toûjours dans les cellules , aussi bien que l'entrée des femmes dans l'Ermitage , lesquelles n'en doivent pas approcher plus près que du lieu qui leur est marqué.

Saint Romuald , aprés avoir fondé l'Ermitage de Camaldoli , où il laissa pour Prieur Pierre Dagnin , quitta l'Apen

CAMALEU-
LES.

ORDRE DES nin pour se retirer en Sitrie , dans l'Ombrie,proche Saxo Fets

rato. Il y demeura sept ans enfermé, gardant continuelle-
ment le silence. Jamais cependant il ne fit plus de conversions
& ne renferma plus de penitens ; car en peu de tems la Sitric
parut comme une autre Nitrie. Tous les Solicaires qui y de-
meuroient marchoientnuds pieds , étoient pâles , negligés, &
toutefois contens de leur extrême pauvreté. Quelques - uns
demeuroient enfermés dans leurs cellules comme en des fe-
pulchres. Personne n'y goûtoit jamais de vin. Non seulement
les Moines , mais leurs ferviteurs & ceux qui gardoient les
bestiaux, jeûnoient , observoient le silence , le donnoient
la discipline l'un à l'autre , & demandoient penitence pour
les moindres paroles oiseuses. Entre tous les autres Romuald
fe faisoit admirer par son austerité, quoique son grand âge
eût
pu les moderer : pendant un Carême il ne vêcut que

de boüillon fait d'un peu de farine , avec quelques herbes. Il portoit continuellement le cilice , & ne rasoit ni sa tête ni la barbe, coupant seulement avec des ciseaux les extrémités de les cheveux & de sa barbe: Si quelquefois

, on lui prefentoir quelque viande exquise , aprés en avoir seulement fenti l'odeur il la rejettoit. Pendant l'été, de deux semaines il en passoit une jeûnant au pain & à l'eau , & l'autre il ajoûtoit quelque chose de cuit le Jeudi. Mais ces austerités n'empêchoient pas qu'il ne montrât un visage serein & une gaïeté continuelle.

Il eut beaucoup à souffrir dans la Sitrie de la part de quelques faux freres, & il ne fut pas à l'abri de la calomnie, quoiqu'il menât une vie toute angelique. Asant voulu corriger un de ses Religieux de ses impuretés, non seulement par des reprimendes , mais encore par de rudes disciplines, celui-ci l'accusa d'un crime de même genre. La calomnie trouva créance, & les Difciples du saint Homme le mirent en penitence, & lui défendirent de celebrer les saints Mye steres. Il s'y follmit , & fut environ fix mois sans s'approcher de l'Aarel. Enfin Dieu lui commanda de quitter cette fimplicité indiscrete, & de celebrer la Messe. Il le fit le lendemain ; & pendant la Messe il fut long-tems ravi en extase, & reçut ordre de donner une exposition des Pseaumes, que Pon garde encore à Camaldoli écrite de sa main. Il demeura kept ans dans la Sitrie ; & quand il y vit un li grand non

bre

[ocr errors]

CAMALDE:
LES,

n. 16

bre de Religieux, qu'à peine pouvoient-ils demeurer en- ORDRE DES semble , il y bâtit un Monastere pour les y enfermer; & leur aïant donné un Abbé, il se retira à Bifolco,où il garda écroitement le silence : mais aïant voulu obliger l'Abbé de ce Monastere à suivre sa vie austere, il eut beaucoup à souffrir de la part.

L'Empereur faint Henri étant venu en Italie, envoïa prier faint Romuald de le venir trouver , promettant de faire tout ce qu'il lui ordonneroit. Le Saint y alla , & l'on prétend que ce Prince lui donna le Monastere de Montamiat , dont il challa l’Abbé qui étoit coupable de plusieurs crimes. ( Ce Monastere situé en Toscane dans le Territoire de Cluse avoit été fondé l'an 743. par Rachis Roi des Lombards : ) mais le don de ce Monastere fait à saint Romuald ne convient point avec ses titres , par lesquels il paroît que Winison en a été Abbé sans interruption depuis l'an 996. jusqu'en l'an 1036. comme remarque le Pere Mabillon dans fes Annales Benedictines , qui ajoûte qu'il eut plusieurs Annal. Bei procès contre les Evêques de Cluse, pour foûtenir les droits nediä, l.sk de son Monastere , & qu'il eut toûjours les Papes & les Empereurs pour Protecteurs, & qu'on ne lic point qu'ils lui aïent rien reproché sur ses mours & sur sa conduite.

Saint Romuald sentant approcher la fin, revint au Monastere de Val de Castro, où assuré qu'il mourroit bientôt, il fe fit bâtir une cellule avec un Oratoire , pour s'y enfermer & garder le silence jusqu'à la mort. Vingt ans auparavant il avoit prédit à ses disciples qu'il mourroit en ce Monastere sans que personne fût present à sa mort. Sa cellule de reclusion étant faite, il sentit augmenter ses infirmités, qui quoique grandes, étoient si audessous de son zele, qu'elles ne purent jamais l'obliger ni à fe coucher sur un lic, ni à relâcher la rigueur de son jeûne. Un jour comme il s'affoiblilloit peu à peu , le soleil étant vers son coucher , il ordonna à deux Religieux qui étoient prés de lui de sortir & de feriner aprés eux la porte de la cellule : leur recommandant de revenir au point du jour , pour dire auprés de lui Marines. Comme ils sortoient à regret', au lieu de s’aller coucher, ils demeurerent prés de la cellule, afin d'être préts pour le secourir en cas de besoin ; mais quelque tems aprés, comme ils n'entendirent ni mouvement ni yoix , se doutano Tome V.

li

CAMALDULES.

liv. 7.n. 1.

ORDRE DES de ce qui étoit, ils pousserent promptement la porte,& aïant

pris de la lumiere, il le trouverent mort. Saint Pierre Damien qui a écrit sa vie , dit qu'il vécut six vingts ans,dont il en passà vingt dans le monde, trois dans le Monastere & quatre-vingt dix-sept dans la vie Eremitique: mais on croit qu'il y a du méconte , soit par la faute des capiftes qui ont

transcrit les Ouvrages de saint Pierre Damien,ou autrement. Hift. Ecclef.

Car selon M. l'Abbé Fleuri, il ne peut pas avoir vêcu plus de quatre-vingt-dix ans,

il

peut cependant y avoir austi de l'erreur dans le calcul de cer Historien ; puisque mettant sa naissance vers lan 952. & sa mort l'an 1027. Il ne pourroit pas avoir vêcu plus de soixante & quinze ou soixante & seize ansi. On ne peut pas mettre la naissance de ce Saint plâtôt que l'an 951. ou 952. puisqu'il avoit vingt ans lorsqu'il prit l'habit au Monastere de Classe, & que ce fut Honestus Evêque de Ravenne qui commanda aux Religieux de le lui donner , lequel Evêque étoit entré dans le Siege de Ravenne lan 971. selon le calcul de Jerôme de Rubeis,dans son histoire de Ravenne. On ne peut pas non plus differer la mort de saint Romuald aprés l'année 1027. puisque ce fut aprés la mort de ce Saint, la même année & au mois d'Août que

Theodald Evêque d'Arezzo confirma à Pierre Daguin Prieur de Camaldoli , la donation qu'il avoit faite à laint Romuald de l'Eglise de faint Sauveur , située au milieu des Alpes, qu'il avoit consacrée à la priere de ce Saint , qui aïant trouvé ce lieu propre pour la solitude , y avoit bậci cinq cellules, feparées les unes des autres pour autant d'Ermites qu'il y avoit mis. Le Pere Grandi a fait aussi une dilsertation sur l'âge de saint Romuald, où il differe sa mort jusqu'à l'an 1037. & pour ajuster les faits contenus dans la vie de ce Saint, à l'âge de fix-vingts ans qu'il lui donne, il le fait naître l’an 917. mais si faint Romuald n'est mort que l'an 1037. comment accorder cela avec l'acte de l'Evêque Theodald de l'an 1027. dont le Pere Mabillon à vù l'original dans le Monastere de Fonte-Buono , par lequel ce Prelat confirma au Prieur Daguin la donation qu'il avoit faite à faint Romuald de l'Eglise de faint Sauveur , qu'il avoit consacrée à la priere de ce Saint, qu'il appelle un homme de pieuse memoire,pia recordationis patrem Dominum Romualdum ? C'est pourquoi le Pere Mabillon n'a point hesité de

« PreviousContinue »