Page images
PDF
EPUB

faire que

RIOLES D, lant de cet Ordre. Il fe

peut

la Regle de saint S. CESAIRF, Benoît ait éclipse quelques-unes des Regles d'Irlande , dont RILIEN,Sc nous avons parlé dans l'Histoire des Chanoines Reguliers ,

au Chapitre XX. de la secondesartie,quoique la plus grande partie des Monasteres de ces differens Ordres d'Irlande fussent occupés par des Chanoines Reguliers , lors de la deftruction de ces Monasteres. Il nous reste à voir les autresRegles d'Occident,qui ont été suivies dans des Monasteres , où conjointement avec celles de saint Benoît, ou seules, & dont il ne reste plus que la memoire. La premiere qui se rencontre est celle de saint Cesaire, qui aïant passé de l'état Monastique, dont il avoit fait profession dans l’Abbaïe de Lerins , sur le siége Episcopal d'Arles, fonda une Communauté de Religieuses dans cette Ville,dont sainte Cesairę sa four fut premiere Abbesse,

A peine ce Monastere , auquel on donna d'abord le nom de saint Jean, étoit-il commencé, que les François & les Bourguignons aïant assicgé Arles , après la mort d'Alaric; ce qui étoit déja' élevé des bâtimens fut presque entierement renversé. Le siége de la Ville écant fini, saint Cesaire fit achever le Monastere où il y avoiç une grande Eglise , qui en contenoit trois petites, dont l'une étoit consacrée sous l'invocation de la sainte Vierge, & les autres dédiées en l'honneur de saint Jean & de laint Martin. Il fic venir enfuite sa fæur de Marseille où il l'avoit envoïée , pour s'instruire dans un Monastere de filles, des observances Regulieres. Il lui donna le gouvernement du Monastere d’Arles, & y fit observer la Regle qu'il avoit dressée pour les filles qui y étoient enfermées. Un des principaux articles,& même le premier , étoit qu'elles ne devoient jamais sortir du Monaltere. On n'en recevoit aucune avant l'âge de fix ou sept ans. Elles ne mangeoient point de viande , fi elles n'étoient fort malades. Leur habit écoit blanc & leur coëffure ne pouvoit être que d'une certaine hauteur marquée dans la Regle, Toutes apprenoient les Lettres humaines, ausquelles elles emploïoient deux heures le matin : les autres heures du jour écoient destinées pour l'Office & le travail en commun. Quelques - unes transcrivoient les Livres saints , d'autres étoient emploïées aux ouvrages convenables à leur sexe, mais Jur toutes choses à faire des draps pour les habics, car l'Ab

beffe

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]

S. CESAIRE

que

besle devoit tellement pourvoir à cela qu'elle ne fût pas REGLES DE
obligée d'en acheter dehors. Elles jeûnoient les Lundis
Mercredis & Vendredis , depuis le premier Septembre juss
qu'au premier Octobre , & tous les jours depuis le pre-
mier Novembre jusqu'à Noël, excepté les jours de Fêtes
& les Samedis. Avant l’Epiphanie il y avoit encore sept jours
de jeûne , & depuis ce jour là jusqu'au Carême, elles jeû-
poient les Lundis , les Mercredis & les Vendredis. Il n'y
avoit aucun jeûne depuis Pâques jusqu'à la Pentecôte;
mais il étoit permis à l'Abbesse d’en ordonner quelques-
uns, depụis la Pentecôte jusqu'au premier Septembre, si
elle le trouvoit à propos. Sainte Cesaire mourut avant

son
frere, & l'on mit en la place une autre Cesaire qui eut sous
fa conduite plus de deux cens filles. La Regle de S. Cesaire
fue aussi gardée dans le Monastere de sainte Croix de Poi-
tiers , lorsque sainte Radegonde eut fait bâtir ce Monastere
lan 544. & faint Donat s'en servit pour composer celle
qu'il donna aux Religieuses de Besançon. Il y a eu aufli
une Regle de saint Cesaire pour les hommes, l'Abbé
Tedvade son neveu reçut de lui, & qu'il donna par son
ordre à plusieurs Monasteres : elle est à peu près la même
que celle des Religieuses. Les jeûnes y sont seulement or-
donnés tous les jours, depuis le mois de Septembre jusqu'à
Noël. L'on peut rapporter à l'an so6. le commencement
de ce Monastere de saint Jean d'Arles , qui a pris depuis le
nom de faint Cesaire son Fondateur , & où l'on garde pre-
sentement la Regle

de saint Benoît , ausli bien que dans celui de sainte Croix de Poitiers.

Saint Aurelien qui succeda à saint Cesaire au Siege Epis- REGLI DE copal d'Arles après Auxone, bâtit ausli deux Monasteres en cette ville l'an 548. l'un pour des hommes , l'autre pour des filles , ausquels il donna aussi des regles tirées de celle de saint Cesaire en partie, & qui s'accordent ausu en beaucoup de choses avec celle de saint Benoît. Dans celle des hommes, il ordonne que les Moines ne sortiront point sans compagnon , qu'ils ne pourront point être promus aux Ordres sacrés sans le consentement de l'Abbé, qu'aucun ne pourroit être reçu dans le Monastere avant l'âge de dix ou douze ans. Si quelque Moine avoit fait une faute qui meritât une severe punition, telle qu'étoit celle d'être fustigé, Tome V.

D

S. AURL.
LIEN.

!

S. AIRE-
LSIN.

R 2011 DE on ne pouvoit pas passer le nombre ordinaire qui étoit de

trente-neuf coups. L'usage de la viande étoit defendu
tant aux Moines qu'aux Religieuses. Elle n'étoit pera
mise qu'aux malades : & quand l'Abbé ou l'Abbesse le ju-
geoient à propos , ils pouvoient donner du poisson. Les úns
& les autres devoient traviller à quelques Ouvrages pendant
le tems de la lecture, de peur d'être surpris du sommeil. Ils
devoient éviter les procès. 11 leur étoit defendu de tenir les
enfans sur les Fonds de baptême. Ils devoient s'appliquer
à l'étude. Aucun Laïque de quelque condition qu'il fûc ,
ne pouvoit entrer dans les Monasteres , & li l'on demandoic
quelque Moire ou quelque Religieuse, ils devoient aller
au Parloir où ils étoient accompagnés de l'Abbé ou de l’Ab-
besse, ou de ceux qu'ils commettoient à cet effer. Leur ha-
billement étoit blanc ou de laine naturellement noire. Quant
aux jeûnes , ils étoient à peu près les mêmes que ceux qui-
font ordonnés par la Regle de saint Cesaire. L'un & l'autre
de ces Monasteres ont été détruits dans le huitiéme siécle
par les Sarazins , à ce que l'on pretend, & il n'en reste plus-
que

la memoire.

Saint Fereol Evêque d'Usez , aïant ausfi fondé un Mo S. FixŁOl. nastere l'an 558. dont l'Eglise fur dediée à S. Fereol martyr,

composa pour lesReligieux qu'il y mit,uneRegle qu'il soùmit à la censure de Lucrece,Evêque de Die. Dans cette Regle qui est composée de trente neuf Chapitres, les Moines sont appellés quelquefois Religieux. 'H defend qu'aucune femme, soit Religieuse, soit Seculiere , y puisse entrer , & que si les Religieux étoient obligés de leur parler

pour quelque neceslité, ce ne seroit qu'en presence de deux té moins avec la permiffion de l'Abbé, afin qu'il Içût le sujer de leur entretien. Tous les Moines devoient sçavoir les ler. tres Humaines : il leur écoit ordonné à tous d'apprendre par cour tout le Pfeautier , même à ceux qui étoienr emploïés. à la garde des troupeaux , suivant la coûtume de ce temslà. Outre l’Office qu'ils disoient en commun, ils devoient encore tous les jours prier Dieu en particulier. Il ne vouloit pas que l'on donnât le Baptême aux enfans dans son Monastere : quoique ce fût la pratique dans les autres ; parce qu'en plusieurs lieux, tant en Orient , qu'en Occident,

instruisoit les Catecumenes dans les Monasteres, ois

REGLE DE

« PreviousContinue »