Page images
PDF
EPUB

CAMALDE,
LES.

leur tram

repentit de son crime. Pour l'expier,il demanda conseil à ORDREDEN Guarin, Abbé de saint Michel de Cusan en Catalogne, qui se trouvoit à Venise, où il avoit passé , allant en plusieurs lieux de devotion. Ce faint Abbé lui conseilla de renoncer à fa Dignité mal-acquise. Marin & Romuald qu'ils consulterent , furent outre cela d'avis qu'il devoit embrasser la vie Monastique. Urseole se deroba donc secrectement à la femme & à la Famille , & avec un de ses amis nommé fean Gradenic, il alla joindre l'Abbé Guarin, qui étoit resté avec ces deux saints Ermites. S'étant embarqués tous cinq, ils arriverent en Catalogne au Monastere de S. Michel de Cusan. Pierre Urseole & Jean Gradenic se rendirent Religieux dans ce Monastere , auprès duquel Marin & Romuald se retirerent dans un Ermitage, où ils continuerent à mener une vie très austere,& au bout d'un an les deux autres se joignirent à eux. Romuald se distingua tellement par son zele , qu'il devint bien-tôt leur Maître, & Marin lui-même se soumit à sa conduite. Pendant un an Romuald ne prit par jour qu'une poignée de pois chiches cuits, & pendant trois ans , lui & Gradenic vêcurent du bled qu'ils recuëilloient par vail. Outre deux Carêmes que Romuald & fes Disciples observoient très severement, ils jeûnoient deux ou trois fois la semaine pendant le reste de l'année ; il permettoit seulement de manger des herbes ; mais il leur défendoit de passer un jour entier sans manger , quoiqu'il le fît souvent luimême.

Pendant que faint Romuald demeuroit en ce lieu , le Comte Oliban, à qui le Monastere de Cufan avoit appartenu, le vint trouver , & lui raconta toute sa vie, comme en Confession, afin qu'aidé de ses conseils , il pût prendre les moïens de se sauver : ce qui, selon l'avis du Saint, ne le pou vant faire qu'en embrassant la vie Monastique , il renonça à toutes choses ; & sous prétexte de pelerinage,il alla au MontCallin , où il se fit Religieux. Il eut pour Compagnons de fon voïage, l'Abbé Guarin, Jean Gradenic & Marin. Romuald devoit être aussi de ce voïage: mais aïant appris que Serge son pere , qui s'étoit fait Religieux dans le Monastere de saint Severe proche Ravenne , s'en repentoit, & vouloit retourner dans le monde, il refolur d'aller à fon secours. Les Catalans apprenant queRomuald songeoir à quitter leur païs, Tome V,

нь

ORDRE DIS

LES.

en furent extrémement affligés ; & par une conduite assez CAMALDU bizarre, ils resolurent de tuer le Saint , afin d'avoir au moins

ses Reliques après sa mort, puisqu'ils ne pouvoient le retenir vivant. Mais Romuald en étant averci, se rasa entierement la tête ; & comme les Meurtriers approchoient de la cellule, il se mit à manger dés le grand matin avec tant d'avidité, que croïant qu'il avoit perdu l'esprit, ils se retirerent en le méprisant

. Le Saint s'étant sauvé par ce moïen, partit pour l'Italie , nuds pieds, & n'aïant qu'un bâton à la main. Erant arrivé au Monastere de faint Severe, il trouya fon pere qui étoit toûjours dans la resolution d'en fortir , & de recourner au siécle. Ne pouvant rien gagner d'abord sur son esprit, il entreprit sa conversion avec tant de zele , qu'il lui mit les fers aux pieds, & l'enferma dans une prison, où il le recint plusieurs jours ; & à force de jeûnes ; d'oraisons & de pressantes exhortations , il lui fit enfin concevoir une grande douleur & une veritable contrition de ce qui s'étoit passé, & Serge mourut saintement dans ce Monastere,après

avoir vêcu avec beaucoup d'édification. Les Historiens de l'Ordre des Camaldules le mettent au nombre des Saints de leur Ordre: mais cer Ordre n'étoit

pas encore commencé quand il mourut, & il ne demeuroit

pas

dans un Ermitage; mais dans le Monastere de saint Severe , qui étoie situé entre celui de Classe & la ville de Rayenne.

Saint Romuald aïant fait changer de resolution à son pere

& affermi sa vocation , demeura quelque tems au Monastere de Classe: mais l'amour de la solitude fit qu'il se retira proche un marais voisin , dans un lieu appelle le Pont de Pierre, où il bâtit une petite cellule. Il alla ensuite dans un autre lieu appellé Bagno , où il bâtit le Monastere de saint Michel, Un Seigneur lui aïant envoïé sept livres d'argent pour les necessités de fon Monastere, il en envoïa soixante sous à celui de Palaciole, qui avoit été brûlé il n'y avoit pas long-tems. Ce qui aïant irrité les Religieux de saint Michel de Bagno , qui d'ailleurs ne pouvoient s’accoûtumer à ses austerités, ils le frapperent, & l'obligerent à se retirer.

Il alla fur une haute montagne dans le Duché d'Urbia, d'où il passa après à Pereo, perite isle éloignée de douze milles de Rayenne , où il demeura jusqu'à ce que l'Empe

CAMAL DU
LES,

reur Othon III. voulant réformer l'Abbaïe de Claffe, l'o- ORDRE DEI bligea de prendre le Gouvernement de ce Monastere, après qu'il en eut été élu Abbé par les Religieux. Il s'appliqua à Y

rétablir l'Observance exacte de la Regle , sans donner aux cune dispense en faveur de la Noblesle, ni de la science comme on avoit fait jusques-là. Cette severité fit bien-tôt repentir les Religieux de l'avoir élu, & excita leurs murmures;ils murmurerent fortement contre le Saint,qui voïane qu'il ne pouvoit les convertir, vint trouver l'Archevêque de Ravenne & l'Empereur devant Tivoli , qui étoit asliegé par ce Prince , en presence daquel il jetra le Bâton Pastoral; & renonça à l'Abbaïe: il sembloit que la Providence l'eût envoïé

pour sauver les habitans de cette ville , en leur per• fuadant de fe rendre à l'Empereur , afin d'éviter le châtiment que meritoit le crime qu'ils avoient commis, en faisant tuer leur Duc: ce qui leur réüssit heureusement, puisque ce Prince fe contenta qu'ils fiflent abbattre une partie de leurs murailles, lui donnassent des ôtages, & livrallent les meurtriers du Duc à la mere.

Pendant que ce Sajne demeuroit à Pereo , l'Empereur,à fa follicitation, y bâtit un Monastere en l'honneur de saint Adalbert. Boleslas , Roi de Pologne,aïant envoïé aussi dans le même tems des Ambaffadeurs à l'Empereur , pour

lui demander des Missionnaires,qui inltraisissent ses Sujets des Mysteres du Christianisme, ce Prince s'adressa à faint Ra muald

pour lui fournir des hommes Apostoliques. Le Saint qui ne crut pas devoir refuser une demande la juste & fi avantageuse pour l'avancement du Roïaume de Dieu,aïant propofě cette æuyre de charité à ses Disciples,il s'en trouva deux qui s'y offrirent, dont l'un s'appelloit Jean , & l'autre Benoit, qui n'eurent pas le bonheur de mettre en execution leurs bons desseins , aïant été tués par des voleurs en ce païs-là. Saint Boniface, l'un des Disciples de ce saint Fondateur, & qui demeuroit encore à Pereo , fut aussi envoïé pour converar les Russes à la Foi Catholique.

Mais pendant que les Disciples de nôtre Saint s'emploïoient à la converfion des Infideles, il bâtissoit des Monafteres en Italie , il en fonda deux en Istrie , l'un á Bifolco Pautre à Parenzo ; il demeura quelque tems dans ce dernier où il reçut un fi grand don de larmes , qu'il n'osoit celebrer

[ocr errors]
[ocr errors]

CADRE DES la Messe en public. Il en sortit pour aller à Bifolco, sur l'ina

stante priere que les Religieux de ce Monastere lui avoient faite de les venir voir ; mais y trouvant les cellules

trop gnifiques, il ne voulut loger que dans une qui n'avoit que quatre coudées , & n'aïant pû persuader à ces Religieux de le soûmettre à la conduite d'un Abbé, il les quitta & envoïa demander une retraite aux Comtes de Camerino qui lui offrirent avec joïe toutes les Terres de leur Etat: il choisit un lieu nommé Val de Castro , qui est une plaine fertile & bien arrosée , entourée de montagnes & de bois. Il y avoit déja une petite Eglise & une Communauté de Penitentes qui lui cederent la place. Romuald commença donc à y bâtir des cellules & à y habiter avec ses Disciples , il y fit en peu de tems des fruits incroïables. On venoit à lui de tous côtés chercher la penitence : les uns donnoient leurs biens aux pauvres, les autres quittoient le monde entierement pour embrasser la vie Monastique. Et tous à l'exemple de ce grand homme n'étoient plus occupés que de leur salut & de l'éternité.

Saint Romuald quitta Val de Castro, y laissant quelquesuns de ses Disciples & passa au païs d'Orviette , où il bâtic un Monastere sur les terres du Comte Farulfe , où il attira un grand nombre de personnes qui s'y firent Religieux. Il y en eut même plusieurs distingués par leur noblelle, entre lesquels fut Gui, fils du Comte Farulfe, qui ne put résister aux exhortations & au zele de saint Romuald qui étoit fi grand pour la conversion des hommes qu'il sembloit qu'il youlut changer tout le monde en désert, & engager tous les hommes à la vie Monastique,

Asant appris le martyre de saint Boniface fon Disciple cué

par les Russes l'an 1009. il sentit un si grand desir de répandre son sang pour Jesus-Christ , qu'il résolut aussi-tôt d'aller en Hongrie. Mais l'execution de son deffein fur un peu retardé à cause de deux Monasteres qu'il fit bâtir, l'un auprès de la riviere d’Esino & l'autre près la ville d'Ascoli. Ensuite aïant obtenu la permission du saint Siege , il partir avec vingt-quatre Disciples , dont deux avoient été lacrés Archevêques pour cette Mission , aïant tous un sigrand zele pour le salut du prochain qu'il lui étoit difficile d'en mener moins. Mais lorsqu'ils furent entrés en Hongrie, Romuald

CAMALDU
LES.

Eut atraqué d'une maladie qui l'obligea de s'arrêter. Il sé ORDREDES portoit bien lorsqu'il se mettoit en état de s'en retourner , & retomboit malade lorsqu'il vouloir passer plus avant : ce qui l'obligea d'abandonner son dessein. Il n'y eut que quinze de fes Disciples qui resterent dans ce païs', où ils souffrirent beaucoup de maux. Quelques-uns furent fustigés, plusieurs yendus & réduits en servitude ; mais aucun n'arrivā au mar-. tyre.

Romuald revint à son Monastere d'Orviette, dontil trouya que l'Abbé ne suivoit pas ses maximes. Ne pouvant rien gagner sur son esprit , il quitta ce Monastere, & après avoir changé plusieurs fois de demeure , il vint encore à Val de Castro , pour tâcher d'obliger aufli l'Abbé à pratiquer plus exactement le genre de vie qu'il lui avoit enseigné ; mais ses remontrances aïant encore été inutiles , il se retira sur le Mont Appennin dans une petite pleine appellée Camaldoli , arrosée de sept fontaines:& trouvant ce lieu-là propre pour la vie qu'il vouloit faire observer à ses Disciples, & que l'on avoit rejettée dans les autres Monasteres qu'il avoit bâtis, il y fonda son Ordre l'an 1012.

Quelques-uns ont pretendu que ce lieu s'appelloit Aqua Bella,& qu'il ne prit le nom de Camaldoli ouCampo-maldoli; qu'à cause d'un certain Maldoli, bourgeois d'Arezzo,à qui il appartenoit , & qui le donna à S. Romuald. Maurolic pré- Silvek. tend même que ce Maldoli descendoic des Juifs, qui se lau- Maurol, verent de Jerusalem aprés que cette ville eut été détruite par mn. di tutte les Empereurs Tite & Vespasien , & que les ancêtres de ce le Relig.lib. Maldoli étant venus à Arezzo, avoient embrassé le Chri- 2. pag. 101 stianisme & pris le nom de Maldoli , du Château de Magdelon en Bethanie,qui appartenoit à sainte Marie Magdelaine. Mais il étoit inutile que Maurolic allât jusques dans la Judée chercher l'écimologie du mor de Maldoli , puisque ce Maldoli n'a point donné à saint Romuald, le lieu dont touc l'Ordre des Camaldules a pris le nom , comme une infinité d'Historiens ont faussement avancé ; & qu'il est certain que la premiere donation en fut faite par Theodald Evêque d'Arezzo l'an 1027: Il y a même un privilege de l'Empereur Henri I I. selon le Pere Mabillon, où ce lieu est appellé Campus amabilis. L'on avoit toûjours cru jusqu'à présent que le désert de Camaldoli avoit été le lieu où saint Romuald

« PreviousContinue »