Page images
PDF
EPUB

GATION DE
CLUSE.

CONGRE: à un même sacrifice. Il avoit tant de charité pour les hôtes

& les pelerins, que non seulement il les gardoit les semaines,
les mois & les années, mais encore à leur départ il avoit
soin de leur fournir de l'argent & des commodités , pour fa-
ciliter leur voïage. Aussi merita-t'il d'en recevoir des lettres
de congratulation de Gregoire VII. & de l'avoir pour dé-
fenseur contre l'Evêque Cunipert , qui perfecutoit son Mo-
nastere, auquel ce souverain Pontife écrivit une lettre très

forte à ce sujet , dans laquelle il se plaignoir de ce qu'il étoit
» ennemi de la paix & de l'union qui étoient le propre des ser-
» viteurs de Dieu , lui disant de plus que l'on ne donnoit pas

la puissance aux Evêques, pour opprimer à leur fantaisie » les Monasteres qui se trouvent dans leurs Diocèses , & pour » ruiner le culte de Dieu & empêcher les observances regu» lieres par un abus de leur autorité : que ce n'étoit que pour » cette seule raison que l'on exemtoit les Religieux de la ju» risdiction des Evêques : qu’ainsi il prît garde que par les vexations injustes & malicieuses , il ne l'obligeât à soûmet

tre l’Abbaïé de Cluse au saint Siege : qu'il lui ordonnoit » de se présenter au prochain. Sinode , pour y

rendre

compte
de la conduite sur ce sujet , & qu'en attendant il eût à rele-
ver les Religieux de l'interdit qu'il avoit fulminé contre.
eux: sinon,qu'il les déclaroit dès lors absous.

Mais nonobstant la vie sainte & innocente de ce serviteur
de Dieu , & malgré la Lettre du Pape , cet Evêque ne laissa
pas de le persecuter , le fit chasser de son Abbaie , & le fit
prendre prisonnier par les soldats du Roi d'Allemagne qui
lui firent toutes les insultes imaginables , & qui lui en au-
roient fait encore bien d'autres , fi la Marquise Adelaïde
Fille de Manginfroid Marquis de Suze, & épouse d'Odon,
( qui avoient fondé un des Monasteres soùmis à l'Abbaïe
de Cluse ) ne l'eût fait délivrer de leurs mains, dont à peine
fut-il sorti& retourné à son Abbaïe,où il esperoit finir sesjours
en paix , qu'il fut encore persecuté par Willaume succesfeur
de Cunipert , & par Gregoire Evêque de Verceil, auquel
il avoit refusé de dire la Messe dans son Eglise, parce qu'il
étoit Schismatique

Le Monastere de Cluse aïant repris malgré tous ees trout-
bles sa premiere ferveur , redevint la bonne odeur de Jesus-
Christ, ensorte qu'il auroit écé à souhaiter pour son bonheur

que

[ocr errors][merged small]

!

T.V.P. 233

Autre Ancien Benedichin de

L'Abbaie de Cluse

33

[ocr errors]

1

que ce saint Abbé eut vêcu plus long-tems ; mais Dieu qui Congrivouloit récompenser ses travaux & ses souffrances , l'appella CLUSEN à lui le premier jour de Juin , veille de la Pentecôte de l'année 1091. Malgré toutes ses maladies , qui furent très longues & très cruelles, il ne voulut jamais rien diminuer de les austerités , se faisant mênie porter la nuit à Matines par trois Freres , & ne voulant jamais consentir à manger de la viande , dont il avoit besoin, à cause d'une plaže très confiderable, dont il souffroit beaucoup depuis long-tems , ne répondant jamais autre chose à ceux qui l'en follicitoient , finon qu'il n'avoic garde de manger de la viande , étant si proche de la mort, que son corps ne meritoit aucun soulagement ni aucun remede. En effet,il en faisoit tant de mépris, auffi-bien

que de la vie , que voïarft approcher le moment de sa mort, qu'il avoit prédire , & qu'il souhaitoit avec autant d'ardeur que les gens du monde la fuïent & la craignent ; il commença à chanter d'une maniere tout-à-fait mélodieuise , cette Antienne de l'Office de saint André, Domine Jesu, Magister bone , Jufcipe Spiritum meum in pace ; & après l'avoir repeté trois fois, il rendit l'esprit à fon Createur, regreté de tous les Religieux de son Abbaïe, dont il avoit recabli l'honneur , par la pieté & le zele avec lequel il у avoit remis la Regularité & l'Observance, ausla-bien que par

la sainteté de sa vie. Cette Abbaïe devint dans la suite fort celebre & puissante

par les liberalités de plusieurs Empereurs , Rois & Princes qui lui donnerent de grands Privileges & augmenterent beaucoup les revenus : les Evêques de Turin ne contribuerent aussi pas peu à fon agrandissement en lui soûmettant plusieurs autres Abbaïes & plufieurs Eglises : en forte que selon la Bulle de Confirmation que lui donna Innocent III. en 1216. il y avoit plus de 140. Eglises quien dépendoient, entre lesquelles il y avoit les Abbases de Pignerol, de Cavours , de Caramanie , de saint Christophe, dans le Diocese d’Alt en Piémont , & en France , l'Abbaïe de saint André lès Avignon , saint Jean de Narbonne , saint Hilaire de Carcassonne, & faint Pierre de la Cour , autrement dit Masgrenier à Toulouse.

Plusieurs Souverains Pontifes accorderent de très grands Privileges à ce Monastere & aux Abbés qui le gouvernoient Tome V.

Gg

CLUSE

Congre avec titre de Chef & General de l'Ordre de saint Benoît GATION VE aïant tous droit de provision , nomination , approbation,vi

site, correction de meurs & autres privileges & prérogatives dont jouissent les Generaux & Chefs d'Ordre; droits & privileges qu'ils ont toûjours conservés sur tous les Benefices de la dépendance de cette Abbaïe , à l'exception de la nomination de ceux ausquels le Roi de France a droit de nommer , par le Concordat fait entre le faint Siege, & Sa Majesté très Chrétienne : ce qui n'empêche pas que ces Abbaïes ne reconnoissent l'Abbé de Cluse , comme leur Chef & General,& qu'elles ne lui soient soầmises en cette qualité.

Les principaux privileges de cette fameuse Abbaïe , pour le fpirituel, consistent dans la jurisdi&ion dont jouit son Abbé, sur tous les Benefices qui en dependent sur lesquels il a toute l'autorité attribuée aux Evêques & autres Ordinaires restant foầmis immediatement au faint Siege & exemts de la jurisdiction de l'Evêque de Turin & de tout autre Prélat. L'Abbé peucise faire consacrer par quelque Evêque que ce foit avec l'agrément du Pape. Les Moines des Monasteres de la Congrégation ne peuvent être excommuniés ni interdits par aucun Evêque : ils ont droit de se faire ordonner , &i de faire administrer le saint Chrême,consacrer les Autels , dédier les Eglises dans leurs Monasteres & dans le bourg de saint Ambroise par quelque Evêque que ce soit, pourvû qu'il soit Catholique. Les Evêques ne peuvent juger les causes du Monastere , s'ils ne sont deputés du Pape : ils ont droit de pourvoir aux Cures de leur dépendance, & les Evêques; ansquels ils présentent ceux qu'ils ont choisis pour Curés, fond obligés de les approuver; s'ils les trouvent Tuffisamment capables. Cette Abbaïe est exemte par ces mêmes privileges, de païer aucune dîme.

Les droits cemporels de l'Abbé de Cluse ne cedent en rien aux fpirituels ; car it possede le bourg & château de saint Ambroise avec plusieurs Terres qui dépendent de la même Châtellenie;comme sont la Cluse, Vayes , saint Antonin , Celles,Chavres, Novarell, la Terre & le Château de Javen, & quelques Terres qui dépendent de fa Jurisdiction & de son Fief,comme est Valioya, une partie de la Coasse , qui est de fon arriere Fief , & quelques autres Terres qui sont dans le voisinage. Il est yrai que les guerres & les croubles dont

و

« PreviousContinue »