Page images
PDF
EPUB

NEDICTI-
NBS.

que

Origine ques Monasteres de filles voulurent suivre sa Regle ; puis, GIEUSESBE que s'il y avoir eu des filles qui l'eussent suivi de son vivant,

il en auroit fait mention dans sa Regle qui n'a été faite que pour des hommes. Le Pere Mabillon reconnoît bien que lainte Scholastique a été Religieuse ; puisqu'elle est appellée fanctimonialis par S. Gregoire:il la regarde même comme là mere & la conductrice des Religieuses Benedictines jmais en même-tems il avouë qu'il n'est pas certain si elle a eu d'abord des Disciples & des Compagnes qui aïent suivi son Institut.

nous aïons en France, qui suive présentement la Regle de saint Benoît,est celui de fainte Croix de Poitiers, que fainte Radegonde, femme de Childebert I. Roi de France, fit bâtir l'an 544. mais il est certain que la Regle de saint Cesaire y fut d'abord observée. Sainte Clotilde veuve de Clovis J. aussi Roi de France, fit bâtir

peu de tems après celui de Chelles près Paris , mais il y a bien de l'apparence que laRegle de S. Benoît n'y fut pas reçuë, puisque ce Monastere aïant été ruiné, & Ste Batilde femme du Roi Clovis II. l'aïant fait reparer, elle y fit venir des Religieuses du Monastere de Joüarre où l'on gardoit la Regle de saint Colomban , aussi bien

que dans la plupart des Monasteres qui furent fondés dans le feptiéme siécle, comme dans ceux de Remiremont & de Faremoutier qui ont reçu depuis celle de saint Benoît.

Il est vrai que le IV. Concile d'Orleans tenu l'an 549. ordonne, que les filles qui auront écé offertes par fens dans leur bas âge,ou qui viendront volontairement dans les Monasteres où elles doivent être enfermées , demeureront pendant une année en habit seculier , après laquelle elles recevront l'habit de Religion ; & que dans les Monasteres où l'on ne garde pas la clôture, elles demeureront trois ans en habit seculier, devant être plus éprouvées à cause qu'elles devoient être plus exposées ; ce qui semble en quelque façon conforme à la Regle de saint Benoît où il est parlé de l'oblation des enfans & de l'épreuve des Novices ; mais comme il est aussi parlé de l'oblation des enfans dans la Regle de faint Bafile & dans plusieurs autres ; le Pere Mabillon n'a pas voulu tirer de lå une conséquence , qu'il y eût dès ce tems-là des Monafteres de Religieuses Benedictines, dont il ne met l'origine que vers l'an 620.auquel tems il croit

leurs pa

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Anciennė Benedictine de

France avant la Reforme

DES RELI

Flave GIEUSESBE

soit que

[ocr errors]

de tems,

que quelques Religieuses reçurent la Regle. de S. Benoît ; & ORIGINE pour preuve de son sentiment il cite le Monastere

que mere de S. Donat, Archevêque de Besançon, fonda pour des NEDICTIfilles ausquelles ce saint Evêque prescrivit en quelque façon la Regle de saint Benoît , puisqu'en aïant dressé une tirée de celles de saint Cefaire, de saint Benoit &'de saint Colomban,de soixante & dix-septChapitres qu'elle contient, il у en a plus de quarante tirés de celle de saint Benoît. Peu peu l'on s'accoûtuma à suivre la Regle de saint Benoît seule,

les Monasteres l'eussent demandée,ou que l'on les y contraignîc ; car le Concile d'Allemagne tenu l'an 742. ou 743. ordonna que les Religieux & Religieuses qui demeureroient dans les Monasteres ou dans les Hôpitaux , seconduiroient selon la Regle de saint Benoît, ce qui fut aussi confirmé dans le Concile de Lestines au Diocese de Cambrai, qui se tint l’an 743. où les Abbés & les Moines qui y furent presens , reçurent cette Regle ; mais elle ne fut pas observée exactement dans tous les Monasteres tant d'hommes que de filles , ce qui fit que le relâchement s'y étant introduit en peu

l'on n'y connoissoit presque plus la Regle de saint Benoît, lorsque l'Empereur Louis le Debonnaire fit afsembler le Concile d'Aix la Chapelle l'an 817. où l'on établic une discipline uniforme par des Constitutions qui expliquerent la Regle , ce qui n'a pas empêché que le relâchement ne se soit encore introduit dans les Monasteres de l'un & de l'autre sexe. Nous ferons voir dans le sixiéme Volume de cette Histoire, comme la plâpart des Chanoinesses Seculieres ont fecoüé le joug de la Regle de saint Benoît. Plusieurs autres Monasteres auroient peut-être fait la mêmechose, si Dieu n'avoit suscité dans les deux derniers siécles de saintes Filles , qui ont reformé les Monasteres dont elles avoient le gouvernement, & où elles ont fait revivre le veritable esprit de S. Benoît. Avant ces reformes la plûpart des Religieuses Benedi&ines en France avoient déja pris l'habit de Chanoinesses , comme dans les Monasteres de Montmartre, de la Trinité de Caën, de Xaintes & de plusieurs autres où elles portoient des robes blanches , & des surplis de toile bien fine & bien empesée. Il y en avoit d'autres qui en se reformant se contenterent de prendre l'habit , le Breviaire & les Constitutions de l'Ordre de Fonteyraud, comme à saince

DES RELI.
GIEUSES BL-
NES.

ORIGINE Croix de Poitiers, à Faremoutier, à Joüarre & à Chelles :

ce ne fut qu'en 1614. que Jeanne de Bourbon Abbesse de NEDICTI. Jouarre y abolir le Breviaire de Fontevraud : la resistance

des Religieuses empêcha cette Princesfe de leur ôter encore l'habit blanc & le rocher de Fontevraud , qu'elles quitterent enfin sous l’Abbesse Jeanne de Lorraine l'an 1626. Les Religieuses Benedi&tines de saint Pierre de Reims prirent aussi cet habit à la persuasion de leur Abbesse Renée de Lorraine premiere du nom,qui avoit été Religieuse de Fontevraud, & qui ne prit possession de cette Abbase

que l'an 1546. Mais sa niéce Renée de Lorraine qui lui succeda l'an 1602. fit reprendre l'habit noir à ces Religieuses , qu'elle obligea à la Cloture.

Il y avoit ausli des Monasteres où les Religieuses se contentoient de porter l'habit blanc sans rocher , & d'autres où elles avoient des habits noirs avec des surplis de coile noire, comme il s'en trouve encore quelques-unes ,

unes , telles

que

sont les Religieuses de Bourbourg,de Messines,& quelques autres en Flandres dont nous parlerons en particulier : mais presentement, le veritable habillement des Religieuses Benedictines consiste en une robe noire , un scapulaire de même, & une tunique par dessous la robe,d'une étoffe qui n'est point teinte s'il le peut : au Chậur & dans les ceremonies elles ont un grand habit de sergenoire, qu'elles nomment frocou cuculle comme les Religieux. Il y en a quelques-unes qui ont les tuniques noires aussi bien que la robe, d'autres qui portent une cunique blanche. Parmi ces Religieuses Benedictines, il y en a qui gardent exactement la Regle de saint Benoît , qui ne mangent de la viande que dans les infirmités , qui se levent la nuit pour dire Matines , & qui jeûnent très exactement depuis la Fête de l’Exaltation de la sainte Croix jusqu'à Pâques. D'autres qui prennent le nom de mitigées, mangent de la viande trois fois la Semaine , sçavoir le Dimanche , le Mardi & le Jeudi , excepté pendant l'Avent & la Septuagesime , & depuis l'Ascension jusqu'à la Pentecôte, suivant la modification que l'on pretend avoir été approuvée par le faint Siege. Elles ne se levent point la nuit pour

dire Marines , les unes les disent à neuf heures du soir, les autres à quatre ou cinq heures du marin; & comme elles fç song ausli difpensées du jeûne depuis le quatorze Septem

« PreviousContinue »