Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

CLUNI.

Pierre de Bruïs en brûla un grand nombre le jour du Ven- ORDRE DI dredi saint , & avec ce feu fit bouillir des marmites pleines de viande dont il mangea publiquement , conviant les pauvres d'en faire de même. Pierre le Venerable poursuivit de près ce chef des Heretiques, qui fut brûlé vif dans la ville de saint Gilles , aussi bien que son Disciple Henri, Moine de Toulouse qui vers l'an 1147. prêcha les mêmes erreurs, que Pierre le Venerable refuta très solidement

par un Traité qui se trouve dans ses Ouvrages. Enfin après avoir beaucoup travaillé à l'agrandissement de fon Ordre, & à y établir une bome discipline, il mourut l'an 1157. Les Statuts que ce saint Abbé dressa

pour

le gouvernement de l'Ordre de Cluni, contiennent soixante & seize Articles ou Chapitres , & à chaque article il rend compte des raisons qu'il a euës de faire les Reglemens qui y sont portés. Par exemple il défend que l'on mange à l'avenir de la graisse le Vendredi , excepté le jour de Noël. La raison qu'il en donne, c'est que non seulement les Clercs , les Laïques, les enfans , & même les infirmes dans l'Eglise Romaine s'abstenoient ce jour là de manger de la viande à cause que JesusChrist a souffert la mort pour nous à pareil jour , qu'il n'y avoit que les seuls Religieux qui mélassent de la graille dans les legumes & les autres mers ; mais que cela paroissoit fi déraisonnable à tout le monde, que les pauvres même , à qui l'on donnoit les restes de ce qui avoit été serviau refectoire, reservoient au lendemain à les manger , ou les jertoient avec indignation. Ce qui fait voir que du tems de Pierre le Vene . rable on mangeoir encore de la graisse le Vendredi dans les Monasteres de la dépendance de Cluni.

Il défendit encore aux Religieux de manger de la viande: mais l'usage d’en manger ( même les Samedis ) s'introduisic bien-tôt dans cet Ordre, puisque par les Statuts d'Hugues V. qui furent dressés l'an 1204. il est défendu d'en manger le Mercredi & le Samedi,excepté aux malades & aux infirmes, à cause que les feculiers s'abstenoient même d'en manger ces jours là. "Cette défense d’en manger les Mercredis & les Samedis fut renouvellée par l’Abbé Henri I. qui fut élu l'an 1308. car par les Statuts qu'il dressa , il défendit non feulement de manger de la viande le Mercredi & le Samedi ; mais encore pendant l'Avent, dans la Septuagesime & aux

Tome V.

Сс

CLUNI.

ORDRE'de quatre principales Fêtes de l'année , comme aussi en coup

tems dans les Hôtelleries & chez les Seculiers , lorsque les Religieux seroient en voïage.

Jean de Bourbon ( fils naturel de Jean de Bourbon Comte de Clermont, ) qui avoit été Religieux du Monastere de S. André d'Avignon d'où il fut tire pour monter sur le Siege Episcopal du Puy en Vellay, aïant été pourvû en Titre de l'Abbaie de Cluni en 1443. fic encore de nouveaux Statuts l'an 1458. pour le maintien de la discipline Reguliere, ou du moins pour empêcher que le relâchement n'auginencât ; ordonnant entr'autres choses que les Religieux diroient Matines la nuit , ne porteroient point des chemises de lin , coucheroient avec leurs habits, dormiroient dans un même dortoir , mangeroient dans un même refectoire, & ne porteroient point d'habits qui ressentissent la vanité : ce qui fut encore observé sous les Abbés Jacques d’Amboise, Aimard de Poisli , & Godefroi d'Amboise qui étoient encore Reguliers. Mais le Cardinal Jean de Lorraine aïant été postulé pour Abbé de Cluni en 1528. à la recommandation du Roi François Premier , & cette Abbaïe étant tombée en Commende, les Religieux tomberent aussi bien-tôt aprés dans le relâchement, & les autres Maisons de la dépendance de Cluni suivirent malheureusement l'exemple de leur Chef.

Le Cardinal Charles de Lorraine, aïant succedé à Jean de Lorraine, voulut à son retour du Concile de Trente , reformer cet Ordre en vertu du Decret dece Concile qui avoit ordonné la reformation des Monasteres. Il fit assembler

pour cela un Chapitre General, où on fit des Statuts ; mais l'interruption de ce Chapitre en empêcha l'execution. Dom Claude de Guise Abbé Regulier , bâtard de la maison de Lorraine, succeda au Cardinal de Lorraine, & le Cardinal de Guise, Louis de Lorraine succeda à Dom de Guise. Ce Cardinal chargea Dom Jacques de Vesni d'Arbouze , pour lors Grand-Prieur de Cluni, de travailler au rétablissement de la discipline reguliere. Il fit quelques Reglemens pour ce sujet, qui furent approuvés en 1621. & ce Prélat érant mort peu de tems après , Dom d'Arbouze lui succeda , poursuivit Ion projet , & introduisit à Cluni la reforme, dont nous parlerons dans le Chapitre suivant. Dom d’Arbouze qui fut le dernier Abbé Regulier , se voïant avancé en âge, demanda

CLUNI.

pour Coadjuteur le Cardinal Armand Jean du Plellis de Ri- ORDRE DE chelieu , Ministre d'Etat , qui eut pour successeur l'an 1642. Armand de Bourbon Prince de Conti. Le Cardinal Jules Mazarin sur la demission de ce Prince fut postulé pour Abbé l'an 1654. le Cardinal Renard d'Est fut aussi Abbé de Cluni en 1661. mais après sa mort qui arriva l'an 1672. le Siege Abbacial fut vacant pendant quelques années , & l'Ordre pendant ce tems là, fut gouverné par la Voute de Cluni, c'est-à-dire, , par le conseil de l'Abbé, composé de douze Officiers ou Senieurs de l'Abbaïe de Cluni , parce que toutes les affaires qui surviennent pendant l'intervalle des Chapitres Generaux passent par le Tribunal,

le Tribunal, en l'absence de l'Abbé hors du Roïaume, ou pendant la vacance du Siege Abbatial, & il a sur tout l'Ordre toute jurisdi&tion spirituelle & temporelle. Pendant la vacance du Siége Abbatial, on tint par

Ordre du Roi Louis XIV. dans le College de Cluni à Paris deux Chapitres Generaux en 1676. en 1678. en presence de l’Archevêque de Paris François de Harlai , du Pere de la Chaise de la Compagnie de Jesus , Confeffeur du Roi, & de M. Pelissons, Maître des Requêtes auquel Sa Majesté avoit donné l'administration generale du temporel de l’Abbé. Ces Chapitres furent convoqués par' Dom Pierre du Laurens Grand-Prieur de Cluni, depuis Evêque de Bellai. On reçut dans celui de 1676. les Statuts de Jean de Bourbon faits en 1458. Les Religieux de l'ancienne observance promirent de les suivre, à l'exception des explications , modifications & restrictions dont ils convinrent dans leur deffin itoire, c'està-dire, en retranchant tout ce qui leur parut trop austere & trop gênant ; & les Reformés promirent reciproquement de les executer en ce qui seroit conforme à leur observance ; c'est-à-dire, en ce qui ne diminueroit rien de leur austerité, fans que ni les uns ni les autres pussent être obligés à davantage. Le Roi approuva les Reglemens de ce Chapitre, par ses Lettres paréntes du mois de Septembre de la même année ; & en accorda d'autres au mois d'Avril 1679. pour confirmer ce qui s'étoit passé au Chapitre General de l'an 3678.

Après que le Siege Abbatial eut été vacant pendant olize ans, l'on proceda à l'élection d'un nouvel Abbé l'an 1683,

ORDRE DE le Cardinal de Boüillon, Emmanuel Theodose de la Tour CLUNI.

d'Auvergne , pour lors Grand Aumônier de France, qui est mort Doïen du sacré College l'an 1714. fut postulé & reconnu pour Abbé Chef de l'Ordre le 5. Mars de la même année 1683. & sur le refus que fit le Pape Innocent XI. d'accorder des Bulles à ce Prélat, le Roi par un Arrêt du Conseil d'Etat du mois de Decembre de la même année, lui permic de prendre posseffion de cette Abbaïe , en vertu d'une Bulle du Pape Leon X. de l'an 1518. qui donne pouvoir aux Religieux de Cluni de proceder à l'élection de leur Abbé, le Siége étant vacant , & à l'Abbé le droit d'en prendre l'administration , & de disposer des Benefices à la nomination, fans attendre aucune confirmation, pour laquelle il se pourvoiroit en Cour de Rome dans les six mois après son éle¿tion.

Le Cardinal de Boüillon tint un Chapitre General l'an 1685. & obrint enfin les Bulles du Pape Alexandre VIII, l'an 1690. Il fut delegué en 1693. par le Pape Innocent XII. pour travailler à la reformation de cet Ordre , & presida en certe qualité au Chapitre qui se tint la même année , où il crut être en droit de changer quelque chose aux Reglemens du Chapitre de 1676.qui avoient été confirmés dans celui de 1678. IÌ tint encore quatre autres Chapitres en 1697:1701. 1724. & 1708. qui ne se passerent pas sans contestacions, & même celui de 1708. fut rompu pour les raisons que nous dirons dans le Chapitre suivant. Ce Cardinal étant oblige d'aller à Rome en 1697. par Ordre du Roi, demanda un Coadjuteur pour l'Abbaïe de Cluni. Sa Majesté envoïa ses ordres à M. Ferrand , Maître des Requêtes & Intendant dans la Province de Bourgogne & de Bresse , afin qu'il per. mît aux Religieux de cette Abbase de s'assembler

pour nommer un Coadjuteur au Cardinal de Boüillon. Les Religieux s'étant assemblés le 22. Avril de la même année, M. Henri Oswald de la Tour d'Auvergne, Grand-Prevôt de l'Eglife de Strasbourg, fut poftulé pour Coadjuteur avec future succession au Cardinal de Boüillon son oncle. Quelques Religieux de l'étroite Observatice s'opposerent d'abord à cette poftulation , ce qui n'empêcha pas le Pape Innocent XII. d'accorder des Bulles à l'Abbé d'Auvergne, au mois de Seprembre de la même année. Quatre ans après, c'est-à-dire,

« PreviousContinue »