Page images
PDF

i

[ocr errors]
[ocr errors]

CoNGREGA T ION D E S. VICTOR.

les uns contre les autres , obligerent le Pape Innocent III. de nommer en 12o8. son Legat Guillaume Evêque de Seez, Foulques Evêque de Toulouse, & Guillaume de Aligno

Prieur de saint Honorat d'Arles, pour terminer ces diffe- .

rens. Michel de Moriers Archevêque d'Arles se trouva par
forme de visite à leur Assemblée, comme aussi Reinier Evê-
que de M arseille, l'Abbé de Toronet,Pierre Prévôt de Mar-
seille, Etienne Prévôt d'Arles, le Prévôt & le Sacristain
d'Aix, & quantité d'autres personnes Religieuses qui firent
tant par leurs exhortations qu'ils les reconcilierent, & leur
firent promettre d'observer les Reglemens qui seroient faits
r l'Assemblée. Ceux qui furent dressés † défendirent
entre autres choses de manger de la viande devant les Secu-
liers , quand même ils seroient malades, de peur de scan-
dale, & fixerent le nombre des Religieux à soixante.
Il y eut dans la suite d'autres Reglemens. Le Cardinal
Trivulce qui en étoit Abbé en 1531. aïant été delegué en
qualité de Commissaire Apostolique par le Pape §
VII. pour reformer cette Abbaïe, fit pour cet effet des Re-
glemens,dans lesquels il étoit fait mention de deux autresRe-
glemens , qui avoient été faits par le Chapitre de cette Ab-

· baïe, dans les années 1517. & 1526. Mais ces Reglemens

aïant été encore inutiles, on en fit d'autres par ordre du Pape Jules III. l'an 1549. qui portent entr'autres choses, que les Religieux de ce Monastere mangeroient de la viande le Dimanche, le Lundi, le Mardi & le Jeudi de chaque semainesque l'Abbé,le Prieur & leurs Serviteurs auroient pendant le tems qu'ils resideroient dans l'Abbaïe, une certaine portion de pain & de vin de la table conventuelle, & de la cellererie leur portion de viande,de poisson, d'huile & autres denrées i que les Religieux quitteroient leurs habits pour se

| mettre au lit 5 qu'ils coucheroient dans des linceuls, & se

serviroient de chemises de toile : enfin le nombre des Reli-
gieux qui étoit autrefois de soixante & dix, fut fixé à qua-
rante, y compris l'Abbé. Ainsi ces Reglemens furent bien
differens de ceux de 12o8. qui défendoient de manger de la
viande devant les seculiers, même dans les maladies, de
peur de causer du scandale. Ces mêmes Reglemens de 1549.
accorderent encore aux Religieux, l'entiere disposition des
revenus de leurs benefices & dans la Bulle de Jules III.

[ocr errors]

qui confirme ces Reglemens, il y est fait mention d'une au- coNoREtre Bulle de Gregoire IX. qui confirme les anciens usages † de cette Abbaïe.

Cependant quelque adoucissement que l'on pût apporter par ces Reglemens si doux & si humains, pour faire vivre ces Religieux dans quelque apparence de regularité, ils furent encore inutiles dans la suite. Le Parlement de Provence, par un Arrêt du 26. Mars 16o2. ordonna que l'Abbé de saint Victor feroit reformer son Monastere, à faute de quoi , il y seroit procedé par le Procureur General ; & ce Parlement confirma cet Arrêt par un autre du 14. Juin 1614. Le Pape Paul V. l'an 1615. ordonna au Vice-Legat d'Avignon de visiter & de reformer cette Abbaïe, tant au Chef qu'aux membres. Le Parlement de Grenoble aïant par un Arrêt du 12 Juin 162 I. reglé quelques differens arrivés entre ces Religieux, ordonna en outre qu'ils se pour. voiroient en execution de la Bulle de Paul V. pour la reformation de ce Monastere. Tout cela aïant encore été inutile, celui qui étoit en ce tems-là Abbé commendataire de cette Abbaïe, la voulut unir à la Congregation des Religieux Benedictins reformés de saint Maur ; & pour cela passa un Concordat avec eux le 18. Mars 1662. qui fut authorisé par un Arrêt du Conseil d'Etat du quatre Avril de la même année. Mais cela ne réüssit pas, par l'opposition qu'y formerent les Religieux de cetteAbbaïe,à l'exception de quelquesuns qui avoient signé le Concordat. Le Parlement de Provence par un Arrêt du 19.Janvier 1664. fit plusieurs Reglemens pour ce Monastere,tant provisionnels,que définitifs: ce qui fit que le Roi Loüis XIV. toûjours attentif à ce que les Religieux ne s'éloi nassent pas de leur devoir, & à maintenir par son autorité la § Monastique dans les Cloîtres , voulant travailler efficacement au rétablissement des Observances Regulieres dans l'Abbaïe de saint Victor, commit par un Arrêt du Conseil d'Etat du 7. Mars 1665. l'Archevêque d'Arles, l'Evêque de Marseille, & le Premier Président du Parlement de Provence , pour s'informer des differens arrivés entre les Religieux de cette Abbaïe, & des causes du relâchement de la Discipline Monastique, pour ensuite donner leur avis à saMajesté de ce qu'ils estimeroient necessaire pour la rétablir.

[ocr errors]

Il paroît par les procès verbaux qui furent faits par ces Commissaires, en execution de cet Arrêt, que ces Religieux avoient reconnu par leurs propres confessions & leurs dépositions, que partie d'entr'eux ne faisoient point de Noviciat ; que d'autres le prolongeoient autant qu'ils vouloient : que si ,quelques-uns l'avoient fait, ce n'avoit pas été avec les circonstances essentielles & necessaires,quel'on ne leur donnoit aucune connoissance de la Regle, qu'ils ignoroient absolument celle de saint Benoît , que jusqu'àlors la Bulle même de Jules III. de 1549. qu'ils prenoient pour fondement ou pour † de leur mitigation & qui d'ailleurs étoit inutile, se trouvant revoquée par le Concile de Trente, n'avoit été connuë que par très peu d'entr'eux, que leur Profession étoit § , non seulement par les considerations cidessus rapportées 5 mais même par la forme des vœux que faisoient ces Religieux,qui étoit extraordinaire,particulierement à l'égard de celui de chasteté : que celui de la pauvre:é étoit absolument détruit, tant par la libre disposition qu'ils avoir de leurs biens & facultés , † même de eur mort, à la réserve des ornemens & de l'argenterie d'Eglise, que par l'occasion que cela avoit donné à leurs parens de prétendre qu'ils pouvoient prendre & recuëillir leurs suc§ ab intestat : qu'enfin le vœu d'obéïssance n'y étoit presque point observé, chacun méprisant les ordres & l'autorité du Superieur : que ces Religieux n'avoient aucune table commune, excepté celle des Novices, & qu'ils n'étoient pas même tous logés dans l'enceinte du Monastere: d'où les Commissaires concluoient que ce Monastere avoit besoin de réforme, & qu'il n'y avoit que deux moïens pour y parvenir , ou par eux-mêmes, ou par leur union à une Congregation Réformée. Mais d'autant que les Commissaires en suggerant à sa Majesté ces deux moïens d'établir l'Observance Reguliere, lui firent connoître en même tems les difficultés qui se pouvoient rencontrer dans leur execution 5 le Roi voulut avoir encore l'avis de quelques autres personnes pieuses,sçavantes & constituées en Dignité. Pour eet effet,sa Majesté commit l'Archevêque d'Arles & l'Evêque de Mende, conjointement avec MM. Grandin & Morel, Docteurs de Sorbonne, qui projetterent un Reglement, conforme à l'Institut de l'Ordre de saint Benoît, # la CrtC

« PreviousContinue »