Page images
PDF
EPUB

éviter la malignité de la calomnie. Saint Lulle avoit succe- CONGREdé à saint Boniface dans l'Archevêché de Maïence. On FULDŁ6. prevint ce Prélar contre ce saint Abbé ; il se trouva des faux freres dans sa Communauté , qui l'accuserent de n'être pas affectionné au service du Roi qui étoit alors Pepin le Bref, ce qui le fit reléguer dans le Monastere d’Unnedice , où plûtôt Jumieges, au Diocèse de Roüen. Saint Lulle en son absence obrint du Roi que le Monastere de Fuldes lui seroit soầmis, & y nomma pour Abbé un de ses Domestiques appellé Marc. Mais les Religieux refusant de se soûmettre à ce Pasteur , qui étoit étranger & qui ignoroit leurs usages & leurs loix', sortirent du Monastere pour en aller porter leurs plaintes au Roi , qui leur permit de choisir un Abbé. Celui qu'ils élurent fut le venerable Preszolde , qui aïant été disciple de faint Sturme dès sa plus tendre jeunesse, chercha aussi-tôt les moïens de procurer le retour de son maître, qui fut rappellé d'exil deux ans aprés par Pepin. Ce Prince ne se contenta pas même de le renvoïer avec honneur à Fuldes ; il voulut encore qu'il fût rétabli dans sa dignité d'Abbé, il retira aussi ce Monastere de la jurisdiction de l'Evêque de Mayence, & confirma le Privilege que le Pape Zacharie lui avoit accordé, en le soûmettant immediatement au Saint Siege. Il le prit de plus sous la protection, & lui donna Omstar avec ses dépendances.

Le Pere Mabillon rapporte tout au long ce Privileg du Mabillon, Pape Zacharie, afin que personne n'en puisse douter , & fait nedict.Tom. oblerver ensuite, aprés le Pere Thomaslin, qu'avant ce

1. p. 156. Pape il n'y avoit aucune Abbaïe qui fùt soûmise immedia

Discipl.Ectement au faint Siege. Elles étoient pour lors reputées ou clef. part. I. exemtes de la jurisdiction de l'Evêque Diocésain , ou soùmises au Metropolitain , ou aux Asemblées des Evêques qui étoient frequentes en ce tems là , ou au Patriarche par une condition tacite , quoique cela ne fût pas marqué precisément

par le Privilege. Nous en rapporterons quelques exemples. Saint Theodore Siceote Evêque d'Anastasiopole, aïant renoncé à l'Episcopat, reprit la conduite des Monasteres qu'il avoit fondés, & dont il avoit été tiré quelque tems aprés fa retraite. Vers l'an 597. étant venu à Constantinople, il obtint de grands privileges pour ses Monasteres , qui furent exemtés de la jurisdiction de tout autre Evêque, &

II.
Thomafl

lib. 3. cap.

30. n. 8,

GATION DE
FULDES,

CONGRE- follmis seulement à l'Eglise de Constantinople. Le Pape saint

Gregoire accorda l'an 598. un Privilege à l'Abbaïe de Classe dans le Diocese de Ravene , par lequel entr’autres choses il défendit à l'Evêque de prendre connoissance des revenus de ce Monastere,&

d'en rien diminuer, de foustraire aucun titre, d'ordonner aucun Clerc sans le consentementde l'Abbé, & d'en tirer aucun Religieux malgré lui pour gouverner d'autres Monasteres. Trois ans après le mêine Pape dans le Concile de Rome , où souscrivirent vingt & un Evêques & treize Prêtres , fit une Constitution en faveur de tous les Moines , qui n'est qu'une confirmation & une extension du Privilege accordé à l’Abbaïe de Classe: car il défen dit de plus aux Evêques de celebrer des Messes publiques dans les Monasteres, d'y mettre leurs Chaires, ou d'y faire le moindre Reglement, à moins que ce ne fût à la priere de l'Abbé qui devoit toûjours avoir les Moines en la puissance.

Les Monasteres fondés par les Empereurs tant d'Orient que

d'Occident, étoient entierement exemts de la jurisdiction des Evêques & des Archevêques. Nous avons un exemple de cette exemption en Occident dans le Monastere de

Pescara au Roïaume de Naples , qui a été autrefois le plus Mabillon, celebre en Italie , qui fut même appellé la Maison d'Or, tant

à cause de la magnificence de ses bâtimens que de ses reveII. p. 132. nus immenses. Il fut fondé par l'Empereur Louis II. l'an

866. & lui fut entierement follmis , & les Evêques de la Penna n'y prétendirent jamais aucune jurisdiction spirituelle avant l'an 95 1. que Jean Evêque de la Penna tenta, mais inutilement, de le soûmettre à son autorité : & même les Religieux de ce Monastere avant le Poixificarde Leon IX. ne s'étoient point adressés à Rome pour avoir des Privileges , croïant que l'autorité de l'Empereur suffisoit pour

maintenir leurs immunités. Une des prérogatives dont joüissoit l'Abbé de ce Monastere, c'est qu'il se fervoit du Sceptre de l’Empereur Louis , au lieu de bâton Pastoral, comme on le peut voir dans la figure que nous donnons d'un de ses anciens Abbés , que nous avons fait graver d'après celle, que le P. Mabillon a donnée dans le cinquiéme Tome de ses Annales Benedictines. Les Rois de France one'prétendu aussi avoir le même pouvoir sur les Monasteres de leurs fondations , & le Doge

de

Annal. Bea nedict. Tom.

[ocr errors][ocr errors][merged small]
[ocr errors]

?

de Venise est encore aujourd'hui protecteur du Monastere CONGREdes Religieuses dites Delle Vergini * qui n'ont point d'autre SATION DE juge que lui non pas même le Patriarche : en forte que s'il arrive quelque désordre parmi ces Dames, c'est au Doge . Ham, de seul d'y urvoir , comme s'il étoit leur Evêque, le Pa- la Houflase triarché du Venise n'aïant aucune jurisdiction sur elles , Histoire de comme « 's avons dit ailleurs , en parlant de l'origine de ce Veniser Monastere. Le Lecteur nous pardonnera cette digression à laquelle le Privilege d'exemption accordé à l'Abbaje de Futdes a donné lieu.

Saint Scurme ažant reçu ordre du Roi Pepin de reprendre le gouvernement de son Abbaïe, les Religieux allerent au devant de lui avec leur Croix d'or & leurs Reliques & le reçurent avec beaucoup de joïe. Sa premiere application fue de bien regler sa Communauté & de corriger ce qu'il y avoit de défectueux dans la vie & les moeurs de ses Disciples. It embellit ensuite l'Eglise : il changea le cours de la riviere de Fuldes & la fit entrer dans le Monastere; afin que l'on y pût avoir plus abondamment de l'eau pour exercer les arts necessaires à la vie , & que les Religieux qui y seroient occupés , ne fussent pas obligés de sortir hors du Monastere.

C'est une chose surprenante de voir combien les richesses de cette Abbaïe augmenterent sous le gouvernement de ce faint Abbé, aussi bien que le nombre des Religieux qui étoit de plus de cinq cens. Les quatre Evêchés de Baviere qui avoient été fondés par saint Boniface, en reconnoissance, & pour memoire de leur Fondateur , offrirent immediatement aprés la mort de ce Saint à l’Abbaïe de Fuldes , comme à leur mere chacun un don. Premierement celui de Saltzbourg lui donna une faline qui lui appartenoir dans le Bourg d'Hall, qui pouvoir produire tous les ans douze talens. L'Eglise de Ratisbonne lui donna quatre vignes & quatre metairies Roïales avec tous les Serfs qui y étoient,qui devoient envoïer tous les ans à Fuldes un Estourgeon, & la charge de deux chevaux d'huile. L'Eglise de Paslaw s'obligea de donner tous les ans de l'huile & du poisson. Celle de Frifingue , promic de donner tous les ans de grands fromages , & il n'y avoit presque point de fidele, qui ne donnât quelques metairies à cette Abbaïe. Elle en avoit trois mille dans la Turinge , autant dans la Province de Hesse & de Westphalie , autant dans Tame y.

R

« PreviousContinue »