Page images
PDF

[ocr errors]

p, oes,', que des viandes de vil prix & qui ne flatassent pas le goût, D E L'O R- eut † à ceux qui se portoient bien de manger de #* la volaille, que l'on ne servoit pour lors que sur la table des Rois , comme des metz exquis, au rapport de Gregoire de Tours. Cette diversité de sentimens qui a toûjours été dans l'Ordre de saint Benoît a fait que la pratique des anciens Monasteres sur ce sujet, a été differente : ce que l'on doit entendre après la mort de saint Benoît,où ceux qui ont mangé de la volatille ont presumé que ce S. Fondateur n'avoit pas exclus ces sortes de viandes, puisqu'il ne défendoit que

celle des animaux à quatre pieds,

- Les enfans même que l'on offroit dés l'âge de cinq ans dans les Monasteres étoient aussi tenus à l'abstinence, & le Concile d'Aix-la-Chapelle les y obligea encore, ordonnant # # qu'ils ne mangeroient § la viande que dans les maladies. La maniere de recevoir les enfans est ainsi ordonnée par la Regle de S. Benoît, où ce Saint aprés avoir prescrit dans le Chapitre 58. la Formule des Vœux de ses Religieux,quiconsistent - en une promesse de stabilité & d'obéïssance & de conversion des mœurs,il dit dans le Chapitre suivant,que si l'enfant qui est offert est en trop bas âge , ses parens doivent faire pour lui cette promesse , en enveloppant leur offrande & leur demande, avec la main de l'enfant, dans la nappe de l'Autel. Après cette cerémonie, ces enfans étoient tellement engagés, qu'étant parvenus à l'âge de puberté , ils ne pouvoient plus quitter l'Ordre sansêtre traités comme apostats cequifut aprouvé par plusieurs Conciles, entr'autres par le IV. de To•Ann. 633. § il fut decidé que ceux qui dès leur enfance auroient " * été offerts aux Monasteres par leur pere & qui y auroient reçu l'habit de la Religion, ne le pourroient plus quitters & demeureroient Religieux le reste de leur vie. Mais cette maniere d'engager les enfans parut un peu trop dure aux Peres du X. Concile tenu en la même § l'an 656. car par le sixiéme Canon ils ordonnerent que les enfans en bas âge ausquels leurs parens auroient donné ou la tonsure, ou l'habit monachal , pourroient reprendre leurs habits seculiers , & défendit en même tems aux parens d'offrir leurs enfans à l'avenir, avant l'âge de dix ans, donnant la liberté à ceux qui auroient été offerts,ou de rester en Religion,ou de retourner , dans le monde,lors qu'ils seroient parvenus à l'âge de puberté.

[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]

PRoGRE's

[ocr errors]

[ocr errors]

p oo # cile a determiné,auquel âge ceux qui s'engagent dans la Re

ligion, bien-loin d'y avoir été amenés & offerts par leurs pa-
rens, leur resistent le plus souvent pour suivre † attraits de
la grace & se consacrer de bonne heure à Dieu?
Quant aux habillemens , ils étoient reglés à la discre-
tion des Abbés suivant la qualité du païs , plus chaud ou
lus froid. Dans les climats temperés c'étoit assez d'une cu-
culle & d'une tunique, la cuculle plus épaisse pour l'Hyver,
plus rase pour l'Eté , & un scapulaire pour le travail. Le sca-
pulaire étoit l'habit de dessus pendant le travail , on l'ôtoit
pour prendre la cuculle que l'on portoit le reste du jour.
Chacun avoit deux tuniques & deux cuculles, soit pour
changer les nuits, soit pour les laver. Les étoffes étoient cel-
les qui se trouvoient § le païs à meilleur marché. Pour
ôter tout sujet de proprieté, l'Abbé donnoit à chacun tou-
tes les choses necessaires; c'est-à-dire, outre les habits, un
mouchoir, un couteau,une aiguille, un poinçon pour écrire,
& des tablettes. Leurs lits consistoient en une natte ou pail-
lasse, un drap de serge, une couverture & un chevet.
Saint Benoît n'a rien determiné sur la couleur de l'habil-
lement ; mais il paroît par d'anciennes peintures que la robe
ue les anciens Benedictins portoient étoit blanche , & le
capulaire noir.Ce scapulaire n'avoit pas la même forme que
ceux dont on se sert presentement dans cet Ordre.Il ressem-
bloit plûtôt aux capotes de Matelots , excepté qu'il n'étoit
point ouvert par devant, mais un peu par les côtés; comme
on peut voir dans la figure que nous donnons d'un de ces
anciens Benedictins, & que nous avons tirée de celles que le
Pere Mabillon a données dans ses Annales Benedictines. Ces
sortes de scapulaires étoient depuis long-tems l'habit ordi-
naire des Pauvres & des Païsans. -
· Il y a encore un grand nombre de Monasteres dont les
Religieux prennent # titre d'anciens Benedictins , plûtôt
pour recevoir les revenus qui † de leurs Monaste-
res, que pour observer la Regle de S.Benoît,qui est presque
inconnuë dans la plûpart de ces Monasteres,qui se disent du
Ordre,& qui § soûmis aux Ordinaires des lieux où
ils sont situés, ne formant entre eux aucune Congregation,
si on excepte neanmoins celles des Exemts en France, en

[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors][graphic]
« PreviousContinue »