Page images
PDF
EPUB

ment venus,

celebroit la Fête de la Translation de ce saint Martyr , ils CONGREassisterent avec une pieté édifiante à l'Office de Matines. Les GATION DE anciens Religieux aimerent mieux abandonner le Monastere DE D110Nw que

de se foảmettre aux Observances Regulieres ; ceux de Cluni s'y firent admirer par la fainteté de leur vie ; & cette Abbaïe qui avoit été des honorée par la corruption des meurs de ceux qui y demeuroient, devint une Ecole de vertu par la sage conduite de ceux qui y étoient nouvelle

Saint Mayeul y nomma pour Abbé faint Guillaume, & jamais cette Abbaïe ne fut plus forissante que fous son gouvernement. Sa réputation se répandit de tous côtés. Henri Roi de Bourgogne lui donna la conduite de l'Abbaïe de faint Vincent de Vergi, où il rétablir en peu de cems la Vie Reguliere , aussi-bien qu'à Beze, à Reomai, à S. Michel de Tonnerre, à Molome, & đans plusieurs autres Monaiteres qui le demanderent pour Superieur comme ceux de Fecam, de S. Germain-des-Prez à Paris, de S. Arnoul de Metz, de saint Eure de Toil, de Gorze , du Mont saint Michel, de Jumiege, de saint Oüen , de Bernay, & plusieurs autres qu'il réforma pareillement ; se trouvant en même tems Superieur de plus de quarante Monasteres , entre lesquels fut auii celui de Fructuaro en Piémont ; qui avoit été bâti par ses

parens sur leur Terre, ce Saint étant originaire de ce païs. Il est même surprenant qu'il ait eu un li grand nombre de Disciples pour envoïer en tant de Monasteres , voulant qu'il y en eût toûjours dans celui de Dijon plus de quatre-vingt. Cette Abbaïe eut encore befoin de réforme dans: la suite ; mais à present que les Benedictins de la Congregation de saint Maur la possedent depuis l'an 1651. l'on y voit revivre le veritable esprit de saint Benoît , aussi bien que dans les autres Maisons qu'ils ont réformées , du nombre desquelles sont celles de Fleury, de saint Benoît-surLoire, dont nous avons ci-devant parlé, & la Chaise-Dieu , dont nous allons rapporter l'origine.

Cette Abbaïe, qui a été encore regardée comme Chef LAC#4784 d'Ordre, eut pour Fondateur le Bienheureux Robert, Cha-Diev, noine de saint Julien de Brioude , qui se retira l'an 1043. dans un Ermitage pour y vivre dans la retraite , & separé: da commerce des hommes. Il étoit originaire d'Auvergne , Iome V.

N

ز

[ocr errors]

Dieu.

au

ز

rer,

CONGRE- d'une Famille noble, qui étoit la même dont étoit sorti le, LA CHALSE- Bienheureux Geralde", Comte d'Aurillac. Sa mere étant

grosse de lui , & se trouvant pressée des douleurs de l'enfantement, le mit au monde dans une solitude, comme par un présage que celui qu'elle venoit de mettre au monde, devoit un jour aimer la solitude. Il fut élevé dans l'Eglise de saint Julien de Brioude , dont il fut Clerc , & ensuite Chanoine ; mais voulant renoncer entierement au monde, il se mir en chemin

pour

aller Monastere de Cluni, dans le dessein d'y prendre l'habit ; mais ses amis & ses Domestiques aïant appris son départ, coururent après lui, & le ramenerent: ce qui lui donna tant de chagrin,qu'il en tomba malade. Aïant recouvré sa santé, il alla à Rome, & à son retour voulant executer le dessein qu'il avoit toûjours conservé de se reti

s'étant associé deux jeunes Gentilshommes, ils allerent dans une solitude , & s'arrêterent auprès d'une Eglise à demi-rujnée. Ils obtinrent ce lieu de deux Chanoines du Puy en Velai, ausquels il appartenoit, le défricherent , & y bâtirent de petites cabanes. Robert encourageoit ses deux Disciples, & tandis qu'ils travailloient de leurs mains

pour avoir de quoi subsister , il s'appliquoit à la lecture & à la priere, pour avoir de quoi les instruire. Ils avoient neanmoins les heures marquées, tant de jour que de nuit, pour faire leurs prieres en commun dans un Oratoire. Les habitans des environs s'opposant à leur dessein, les incommodoient beaucoup, & les chargeoient même d'injures & de ménaces : mais la patience & la charité de Robert & de ses Compagnons, adoucirent tellement ces esprits farouches , qu'il y en eut plusieurs qui se joignirent à eux. Leur nombre s'augmentant, l'Observance Reguliere se pratiquoit avec plus de ferveur : en sorte que ce lieu acquit en peu

de tems beaucoup de réputation , & qu'il falut ý bâtir un Monastere. Les fondemens en furent jetcés l'an 1046. il fut , promptement

les liberalités de plusieurs personnes qui y contribuerent. L'an 1952. le Bienheureux Robert le fit ériger en Abbaïe , & il en fut le premier Abbé : cette Abbaïe devint en peu de tems si recommandable, qu'il eut sous sa conduite jusqu'à trois cens Religieux ; & il repara environ cinquante Eglises abandonnées depuis long-tems, Ce Monastere , qu'on nommoit dès lors la Chaise-Dieu, en

achevé par

[ocr errors]

Latin Casa Dei, c'est-à-dire, la Maison de Dieu, devint CONGRE. dans la suite Chef d'Ordre, & une Congregation de plu- LACHAISE fieurs Monasteres qui en dépendoient, d'où fortirent plusieurs Personnages illustres. Robert mourut l'an 1067. & il est honoré comme Saint. Entre les Prieurés qui dépendoient de ce Monastere, il y en avoit quelques-uns en Espagne,

dont celui de Saint Jean de Burgos qui fut érigé en Abbaïe, est encore à present un des plus considerables de la Congregation de Valladolid , à laquelle il a été uni , comme nous le dirons en parlant de cette Congregation. Le Prieuré de Montauban dans le Querci , étoit si riche, que le Pape Jean XXII. l'érigea en Evêché, & fit le Prieur premier Evêque.Clement V I.avoit été Religieux de la ChaiseDieu ; il avoit toûjours conservé beaucoup d'affection pour cette Maison,où il avoir fait profession, & il voulut même У être enterré. Il fut inhumé au milieu du Cheur de l'Eglise, dans un superbe Mausolée: mais les Heretiques environ l'an 1563. étant entrés dans cette Eglise, où ils commirent beaucoup d'impietés , la ruinerent entierement,& pillerent le Monastere, où les Benedi&tins Réformés de la Congregation de saint Maur furent introduirs l'an 1640.

Voïez Joann. à Bosco, Biblioth. Floriacen. Bulteau, Hift. de l'ordre de saint Benoît, Joan. Mabillon, Annal. Bened. A&t. SS. Fleury, Hift. Ecclef. Tom. XII. & Yepés, Chronique generale de l'ordre de saint Benoît.

[ocr errors]

C# A PITRE X I.
De l'ancienne Congregation de saint Denis en France.

I l'on a donné le titre de Chefs d'Ordres & de Congre

gations aux Abbaïes dont nous venons de parler dans le Chapitre précedent, l'on ne peut sans injustice refuser le même titre à celle de saint Denis en France, puisqu'outre qu'elle est la plus celebre du Rožaume, & même de l’Europe ; elle a non seulement été Chef d'une veritable Congregation, qui a été érigée sur la fin du seixiéme siécle ; mais dle a encore eu de tout tems un grand nombre de Monasteres & d'Eglises de sa dépendance. Quoiqu'on attributë la: fondation de cette illustre Abbaïe au Roi Dagobert ... il I

NE Con.
GREGA-

ANCIEN. avoit déja neanmoins un Abbé & des Religieux dans cette

Eglise de saint Denis, avant que ce Prince eût fait jecter les ITO N DE fondemens des nouveaux édifices; comme il paroît par une FRANCE. Charte datée de la quarante-troisiéme année du regne de

Clotaire II. c'est-à-dire, l'an 627. d'une donation faite par une Dame nommée Theodetrude , auquel tems Dodon en en étoit Abbé. Cependant quoique Dagobert n'en ait pas été le premier Fondateur, nul autre que lui n'a mieux merité ce titre, par les grands biens dont il a enrichi cette Abbaïe. L'on ne peut dire certainement en quelle année elle fut fondée pour la premiere fois, ni en quel tems Dagobert entreprit de rebâtir avec une magnificence Roïale l'Eglise de ce Monastere, où il emploïa un grand nombre de colomnes de marbre, & d'autres ornemens de même matiere. Elle étoit même , selon quelques Historiens, toute pavée de marbre, & brilloit au dedans de l'éclat de riches tapisseries, toute rehaussée d'or , de perles , & de pierres précieuses. Aų milieu de toutes ces richesses , il fit construire sur la sepulsure de saint Denis , Apôtre des Gaules , dont le corps se conserve dans cette Église, avec ceux de ses Compagnons Rustique & Eleuthere, un magnifique Tombeau , dont il donna la conduite à saint Eloi. Comme son deffein étoit d'établir la Psalmodie continuelle dans cette Eglise , à l'exemple des Abbaïes de saint Maurice d’Agaune & de S. Martin de Tours, il fit faire des bâtimens suffisans pour loger les Religieux qui devoient vacquer à ce saint exercice,ausquels il fit de grands biens ; & tant qu'il vêcut, il ne laissa échapper aucune occasion de favoriser ce Monastere , & de le combler de nouveaux bienfaits. Enfin , ce Prince étant mort l'an 638. dix ans ou environ après la fondation de cette Abbaïe, autant qu'on peut le conjecturer ; il voulut y être enterré: ce qui servit d'exemple à nos Rois, qui ont coûjours depuis élu leur sepulture dans ce lieu , à la reserve de quelques-uns , qui ont été enterrés en quelques autres lieux. Clovis 11. fils de Dagobert , regardant l'Abbaïe de saint Denis comme l'ouvrage de la pieré & de la magnificence de son pere, ne manqua pas de lui donner la protection, & confirma toutes les donations que ce Prince y avoit faites. Il lui procura aussi l'affranchissement de la Jurisdiction de l'Eyêque de Paris, par le Privilege d'exemption qu'il demandą

saint Landry, & qu'il fit confirmer l'an 653. dans un AncienSynode ou Assemblée de plusieurs Evêques & des Grands GREGA du Roïaume. Charderic en étant Abbé en 674. fit bâtir TION sur son propre fonds le Monastere de Toussainval dans le FRANCE Chambli

. Il en fit dedier l'Eglise sous les noms de saint Denis & de faint Marcel , & y mit des Religieux de saint Denis , qui furent comme le premier eslain qui sortit de cette Maison. Le Roi Thierri premier autorisa ce nouvel établissement & lui donna même avec beaucoup de privileges

la terre de Noisi , pour l'entretien des Religieux ; mais ce Monastere n'est plus connu , & le P. Dom Felibien dans l'Histoire de l’Abbaïe de saint Denys , dont nous avons tiré la plus grande partie de ce que nous dirons dans ce Chapitre, croit que

c'est peut-être , l’Abbaïe du Val près Pontoise , possedée par les Feüillans.

La Psalmodie continuelle qui avoit été établie dans cette Eglise par le Roi Dagobert avoit été interrompuë ; mais l'an 723. Thierri II. ordonna qu'elle seroit rétablie : Et pour y engager les Religieux, il confirma leurs anciens Privileges accordés par les Evêques de Paris & les Rois ses predecesseurs. Une chose digne de remarque qui se trouve dans les Lettres que ce Prince en fit expedier , c'est que

l'on y lit

que saint Denis & ses deux Compagnons ,

saint Rustique & saint Eleuthere, furent les premiers Apôtres des Gaules & qu'ils vinrent à Paris

par

ordre du Pape saint Clement , pour y prêcher l'Evangile. Déja les biens dece Monastere avoient été usurpés en partie , lorsque Fulrad en fut Abbé l'an 750. Un de ses premiers soins, fut de les recouvrer : ce qu'il fit aisément avec le credit de Pepin qui n'étoit encore que Maire du Palais, mais qui avoit déja la souveraine autorité, & qui étant parvenu à la couronne, protegea certe Abbaïe comme auparavant : il honora même l'Abbé Fulrad de la dignité de Maître de la Chapelle,

En cette qualité cet Abbé fut obligé de suivre le Roi en Italie, lorsqu'il y porta la guerre pour remettre le Pape Etienne 111. en possession des terres de l'Eglise , dont Altofe Roi des Lombards s'étoit emparé. Ce Pontife qui étoit venu en France implorer le secours du Roi, avoit sacré de nou. yeau ce Prince & ses deux fils Charles & Carloman dans f'Abbaïe de saint Denis , où il avoit séjourné quelque tems:

« PreviousContinue »