Page images
PDF
EPUB

CHANOI-
NES REGU-

Le malheur des Commendes fur une fuite & une punition LIERS DE LA de ces desordres , & l'Abbaïe de saint Vincent y fue assujettie CONGRE: des premieres ; le dereglement dans lequel on y vivoic en 1492. FRANCE.“ fut li grand, que le Parlement de Paris fut obligé d'en prendre

connoillance. Il estoit plus grand en 1595. Il y eut des Commissaires nommés pour y faire une visite dans les formes ; & tous ces desordres n'approchoient pas encore de ceux qui y regnoient lorsque le Reverend Pere Faure y prit l'habit en 1614. Ce jour' fi faint & fi heureux pour lui , ne fut, pour ainsi dire , qu'un jour de débauche & de profanation pour les autres qui assisterent à cette ceremonie. On vit dans ce faint lieu des festins , des danses , & d'autres divertissemens. Les Femmes mangerent avec les Religieux dans le Refectoire , elles entrerent par tout , joüerent dans les Cloistres & dans le Chapitre ; & ce ne fut qu'un jour de licence & de defordre.

Le jeune Novice estoit pendant tout ce tems-là enfermé dans sa Cellule. On ne le vit paroistre que lorsqu'il fallut aller à l'Office, & il ne parla à ses parens sur le soir, que pour leur dire adieu. Comme ce n'est ici qu'un petit abregé de la vie, je ne rapporterai point toutes les mortifications qu'il exerça sur fon corps , & celles qu'il eut à souffrir de la part des Religieux, qui vivant dans le libertinage , ne pouvoient voir sans rougir de honte la vie exemplaire qu'il menoit , & les austerités qu'il pratiquoit; & sans l'autorité de l’Evefque de Rieux Abbé de cette Maison , & dont les Religieux dépendoient à cause de certains avantages temporels qu'ils esperoient pouvoir obtenir de lui , le jeune Novice eut esté renvoïé chez ses parens.

Enfin l'année de probation estant finie , il prononça ses Voux le premier jour de Mars 1615. tout s'y passa à l'égard des Religieux comme à la prise d'habit ; mais à l'égard du nouveau Profez , il redoubla son zele & la ferveur. Il ne fongea plus qu'à s'aquitter de ses obligations, & quelque tems après il vint à Paris pour y finir ses études. ll fit fon cours de Philosophie sous François Abra de Raconis, qui fut depuis Evefque de Lavaure; & après avoir reçu à la fin le bonnet de Maistre és Arts, il étudia en Theologie fous Philippes de Gamaches, & André du Val. Il fit un merveilleux progrès fous de fi habiles Maistres i de forte qu'au bout de deux ans ils le contraignirent de prendre le degré de Bachelier. Ilfuc

NES REGU.

CONGBE-
GATION DE

forcement follicité de continuer ses études afin de paller juf

CHANOI ques au Doctorat. Mais le defir de la Reforme de son Mo- LIERS DE LA nastere de faint Vincent, & les follicitations continuelles de deux de les Confreres , dont Dieu avoit touché les cæurs, FRANCE. qui le pressoient de retourner au plustost , l'emporterent sur toutes les raisons qu'on lui put

donner

pour continuer ses étu. des. Ces faints Religieux eurent d'abord beaucoup à souffrir de la part

de leurs Confreres , qui ne vouloient point entendre parler de Reforme; & la protection que le Cardinal de la Rochefoucaut , pour lors Evefque de Senlis , voulut bien leur donner , feryit à les mettre à couvert des mauvais traitemens que le Prieur de cette Maison leur faisoit. Leurs discours & leurs bons exemplos en attirerent quelques-uns ; mais les inorts funestes & tragiques de cinq Religieux, qui s'oppofoient forrement à leurs bonnes intentions avec le Prieur , & qui furent suivies

par

celle de ce mesme Prieur en moins d'un an, fureng ce qui donna entierement naissance à la Reforme. On chercha dès lors des mesures pour y parvenir; & quoique le Pere Faure n'eust encore aucune Charge, ni aucun Caractere, parce que fon âge ne le lui permettoit pas ; c'estoit néanmoins par les ayis que furent dresfés la plufpart des Reglemens necessaires, & des pratiques qui ont depuis serviau grand Ouvrage de la Re. forine ; & un des principaux Articles , fut qu'à l'avenir les Prieurs feroient triennaux au lieu qu'auparavant ils estoient perpetuels.

Lorsque ces Reglemens eurent esté dressés, les Religieux solliciterenr fi fort le Pere Faure, pour prendre l'Ordre de Prestrife , qu'il ne pur s'en défendre. Ce fut le 22. Septembre de l'année 1618. qu'ille reçur des mains du Cardinal de la Ros chefoucaut. On lui donna ensuite le gouvernement de cette Maison , & Dieu versa une fi grande abondance de Benedictions sur ses travaux que cette Abbaïe répandit par tout une odeur de fainteré qui lui acquit autant d'eftime, qu'elle s'estoit attirée de blâme.

Il vine de toutes parts des personnes de tout âge & de toutes conditions pour embrasser la vie Religieuse dans une fi fainte Compagnie. On y voïoit souvent venir des Religieux de plu

pour y obferver la regularité, s'instruire des veritabiaisons

des Chanoines Reguliers , & apprendre fous la conduite du Pere Faure les regles de la vie fpirituelle.

Bbb üj

CHANOINES REGU. LIERS DE LA GATION DE FRANCE,

Le Reverend Pere Pierre Fourier Curé de Macaincourt tra.

vaillant pour lors à lą Reforme des Chanoines Reguliers de Congre. Lorraine, y enyoïa exprès un Religieux, qui fut depuis Ger

neral de la Congregation, pour s'instruire des Reglemens de cette nouvelle Reforme, & pour consulter ceux qui l'entreprenoient. L'Abbaïe de Notre-Dame d'Eu y envoïa ausli quatre Novices , pour y estre élevés dans la regularité. Enfin le Cardinal de la Rochefoucaut aïant esté fait Abbé de fainte Gene. vieve du Mont à Paris en 1619. & aïant refolu de la Reformer & de la mettre sur le mesme pied qu'estoit celle de saint Vin, cent de Senlis, il crut qu'un des moiens dont il pouvoit se seryir pour cela,

cela , estoit d'obliger quelques Religieux de cette Abbaïe d'aller à saint Vincent pour voir ce qui s'y passoit , & pour y prendre l'idée d'une vie Reguliere.

Nous avons montré en parlant des Chanoines Reguliers de faint Victor, comme ce Cardinal avoit tâché de relever les an ciennes Congregations ; mais n'aïant pas réüffi dans son del, sein, c'est ce qui lui fit naître la pensée d'en ériger une nou, yelle , dont son Abbaïede sainte Genevieve a toujours esté le Chef, quoi qu'elle ne soit que la troisiéme qui reçur la Reforme , qui

avoit esté auparavant introduite dans celle de saint Jean de Chartres ; & nous rapporterons en peu de mots l’Ori gine de cette celebre Abbaïe.

Elle fut fondée par le Roi Clovis au commencement du fixiéme siécle vers l'an sil. à la priere de la Reine Clotilde fon Epouse, qui avoit procuré la converfion de ce Prince, & à qui toute la France est redevable de la foi Catholique. L'Eglife fut confacrée par faint Remi en l'honneur des Apostres faint Pierre & saint Paul, dom elle retint les noms jusqu'à ce que fainte Genevieve y aïant esté enterrée ; on ajouta, celui de cette fainte à ceux des saints Apostres. Mais la ville de Paris, aïant reconnu cette petite Bergere pour sa Patrone,& le Roïaume de France aïant experimencé dans plusieurs occafions par des miracles visibles la protection decette sainte Vierge; certe Eglife n'est plus connuë prefentement que sous le nom de cette illustre Patrone de la Capitale du Roiaume de France.

Clovis y aïant mis d'abord des Chanoines Seculiers, ils s'acquitterent de leurs obligations pendantun tems considerable, jusqu'à ce que les Normands n'aïant pu prendre Paris en 845: & 846. fe contenterent de faccager les Fauxbourgs. Leur

ر

CHANOK NES REGULITRSDE LA

cruauté n'aïant pas épargné ce saint lieu', ils le pillerent par deux fois ; de forte que les Chanoines aïant esté obligés de prendre la fuite , le service divin ne s'y fit plus avec tant d'e- CONGRExactitude. Ils tomberent insensiblement dans le relaschement, FRANCE. qui s'augmenta beaucoup dans la suite principalement dans le douziéme siécle qu'ils en furent chassés", & l'on mir en leur place des Chanoines Reguliers 5 y aïant donné lieu par

le Icandale qu'ils cauferent , lorsque le Pape Eugene III. alla dans leur Eglise l'an 1148. Ce Pontife qui estoit Religieux de l'Ordre de Cisteaux & disciple de saint Bernard , avoit esté élu

pour Chef de l'Eglise universelle après la mort de Lucius 11. I'an 1145. une fedition qui s'éleva aussi-tôt à Rome l'obligea

d'en sortir avec les Cardinaux, qui le couronnerent au Monastere de Farfe le quatre Mars de la mesme année. Il revint à Rome après que la revolte eut esté appaisée ; mais la paix & la tranquillité n'y durerent pas long-tems. Le Pape fatigué par les fedicions des Romains, vint en France l'an 1148. & fut reçu à Paris, par le Roi Louis VII. dit le jeune & l'Evefque Thibaut auparavant Prieur de saint Martin des Champs. Ils allerent au-devant de ce Pontife, & l'emmenerent en grande solemnicé à l'Eglise de Nostre-Dame. Quelques jours après, Eugene voulut aller dire la Mesle à sainte Genevieve à cause que cette Eglise estoit immediatement soumise au saint Siege. Quand il y fut arrivé, les Officiers de l'Eglise érendirent devant l'Autel un tapis de soïe , où il fe profterna pour faire fon Oraison. Ensuite il entra dans la Sacristie & le revestit pour la Messe. Cependant les Officiers du Pape prirent le tapis prétendant qu'il leur appartenoit selon la coutume ; les Chanoines au contraire pretendirent qu'il devoit rester à leur Eglise, & prirent querelle avec eux. Des paroles ils en vinrent aux mains : les Officiers du Pape furent si maltraités par les Chanoines, qu'il y en eur plusieurs de blessés, & le Roi mesme penfa l'estre aussi voulant appaiser le deforde. Le Pape & le Roi, pour punir ces Chanoines de leur insolence, resolurent de mertre des Benedictins en leur place & de leur oster cette Eglise. Néanmoins comme il y avoit parmi eux des personnes distin

leur Noblesse & leur science , on ne voulut pas d'abörd les priver de leurs Prebendes ; mais seulement lexir et laisser le revenu pendant leur vie, pour estre réüni après leur mort à la mense Conventuelle. L'Abbé de sains Victor & fes

guées par

NES REGU.
LIERS DE LA

Princes pour

GATION DE
FRANCE

que

SS. pas

$26,

CHANOI Religieux en aiant eu ayis firent tant d'instances auprès de ces

leur accorder cette Eglise , alleguant pour raiCongre- fons que les Chanoines Seculiers s'accoutumeroient mieux à

leur maniere de vivre qu'à celle des Benedictins , qu'ils obtinrent leur demande. On tira de l'Abbaie de saint Victor douze Chanoines , qui furent conduits à sainte Genevieve , & l'un d'eux nommé Odon en fut élu premier Abbé. Ainsi d'un Chapitre Seculier , cette Eglise fur erigée en Abbaïe l'an 1148.

C'est ainsi l'Histoire de ce differend est rapporté dans Apud Bol- la vie de saint Guillaume , qui aïant esté du nombre des Anland, Tom. ciens Chanoines Seculiers , fe joignit aux Reguliers , & fut 1.April.act.

dans la suite Abbé de Roschildein en Dannemarc ; néanmoins Suger Abbé de faint Denis , qui avoit eu commission du Pape de faire ce changement en cette Eglise, rendant compte à ce Pontife de ce qu'il avoit fair , dit que ce fut pour le bien de la paix qu'il n'y mit pas des Benedičtins comme fa Sainteté l'a voit ordonné, & que ce fut à la priere des Chanoines Seculiers qu'il y mit des Religieux de saint Victor,

Ils y vécurent conformément à leur état jusqu'aux guerres des Anglois ; mais les desordres qu'elles causerent donnerent occasion au relâchement , qui s'introduisit encore en cette Maison aussi-bien que dans plusieurs autres , comme nous avons dit ailleurs ; & il s'augmenta de relle forte,

, que

sous le Regne de François Premier , le Parlement fut obligé de donner Commission à Pierre Brulard Conseiller pour informer des desordres qui y estoient, Mais bien loin

que

cela servist à retablir le bon ordre , le relâchement alla jusqu'à un tel point, que quelques années après Christophle de Thou Premier Prelident, & Charles de Dormans Conseiller, s'y transporterenc pour tâcher d'y retablir la paix. Leurs bonnes intentions ne furent point secondées, au contraire le desordre

augmenta dans la suite par une circonstance qui ne devoit pas

naturellement produire cet effet.

Joseph Foulon qui gouvernoit cette Abbaïe depuis l'an 1557. voulant empêcher qu'elle ne tombast en Commende , cruc que le meilleur expedient estoit de resigner son titre à quelque personne de qualité qu'il pust faire agréer au Roi, & à les Religieux par la consideration de sa naissance. Pour cet effet il yeux sur Benjamin de Brichanteau fils du Marquis de

Nangis

jetta les

« PreviousContinue »