Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

HOSPITA-
LIERES DE
STE. CA-

Anciennement leur habillement estoit noir, tel qu'on le peut"

voir dans la figure que nous avons fait graver & qui represente THERINE A une de ces anciennes Religieuses; mais Eustache du Bellay

Evesque de Paris, qui mourut l'an 1565. leur aïant donné des Constitutions, ordonna qu'elles se conformeroient pour l'habillement aux Religieuses de l'Hostel-Dieu, ou à celles de l'Hôpital saint Gervais. Surquoi le P. du Breuil dans ses Antiquités de Paris, & qui escrivoit en 1612. dit que bien loin que celles de sainte Cacherine se deussent conformer à celles de saint Gervais , les choses estoient tellement changées que c'estoit au contraire à celles de saint Gervais à suivre l'exemple de celles de sainte Catherine. Mais si dans ce tems-là les Religieuses de faint Gervais ne vivoient pas dans une observance exacte de leur Regle, elles ont esté depuis reformées , & la clôture y est plus exactement observée qu'à sainte Catherine, où les Religieuses ne parlent point à des grilles , mais reçoivent les visites des personnes qui les viennent voir dans des salles , & peuvent sortir pour aller tour à tour passer plusieurs semaines dans une Maison de recreation qu'elles ont proche la Porte faint Denis; au lieu que celles de saint Gervais ne sortent jamais, & ne par. lent qu'au travers d'une grille, où elles sont toûjours accompagnées d'une écoute. Il n'y a presentement que la clôrure qui puisse mettre quelque difference entre les Religieuses de ces deux Hôpitaux qui exercent également l'Hospitalité avec beaucoup de charité & d'edification , & qui vivent dans une grande observance de leur Regle.

Ce fut dans cet Hôpital de Sainte Catherine qu'une fainte fille nommée Sæur Alix la Bougotre demeura quelques années au service des pauvres : mais voulant mener une vie plus recirée sans avoir aucun commerce avec les creatures , elle fut pour ce sujet renfermée dans une chambre haute de cer Hô. pital pour y faire l'epreuve de ce genre de vie pendant un an, ,

, après lequel elle fut conduite au Cimetiere des SS. Innocens & renfermée comme recluse dans un petit logis joignant l’Eglise sur laquelle repondoit une fenestre d’où elle entendoit la sainte Meffe & l'Office divin. Elle vêcut si faintement dans ce lieu , que le Roi Louis XI. lui fit elever un tombeau de bronze ou elle est representée avec l'Epitaphe suivante.

[ocr errors]

Ancien Religieux Hospitalier

, de l'Hôpital de S. Gervais à Paris.

76.

c. Difles

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

HOSPITALIERES DE STE. CATHERINE A PARIS.

En ce lieu gift Sæur Aliz la Bongotte
A fon vivant recluse rrès devote
Renduë à Dieu femme de bonne vie
En cet Hostel voulu testre afservie,
Ou a regnée humblement long-tems
Et demeuré biex quarante-six ans
En fervant Dieu augmenté en renom.
Le Roi Loüis unZiéme de ce nom
Confiderant fa tres grande parfe&tare
A fait lever ici fa sepulture.
Elle trepaffa ceans en fon sejour
Le Dimanche vingt-neuviéme jour
Mois de Juin , mille quatre cens foixante-fix

Le doux Jesus la metie en Paradis. Amen. Conformement à leurs Constitutions elles doivent dire cous les jours l'Office de la Vierge, s'abstenir de viande les Mercredis, jeûner tous les Vendredis de l'année, & tous les Mercredis depuis la Feste de l'Exaltation de sainte-Croix jusqu'à Pâques , tous les jours de l'Avent & toutes les veilles des Festes de la sainte Vierge , outre les jeûnes ordonnés par l'Eglise. Leur habillement confiste presentement en une robe de lerge blanche avec un rochet de toile blanche pardessus serré d'une ceinture noire , au Chaur & dans les ceremonies elles mettent un grand manteau noir,

Les Religieuses de l'Hôpital de saint Gervais anciennement Hospitaappellé l’Hostel-Dieu saint Gervais , sont habillées de mesme à SIERES DR.

S. GERVAIS l'exception de la ceinture qu'elles n'ont point. Cet Hôpital n'a A Paris, esté appellé de saint Gervais qu'à cause qu'il estoit contigu à la Paroisse dediée en l'honneur des SS. Martyrs Gervais & Prochais. Il fut fondé l'an 1171. sous le titre de saint Anastase, par Girin Masson, qui conjointement avec son fils nommé Archer Prestre , donna une maison qu'il avoit proche faint Ger

estre convertie en un Hôpital, où les pauvres passans & pelerins seroient logés

. Il paroist par une Bulle de Nicolas IV de l'an 1290.adressée au Maistre & aux Freres de l'Hôpital de l'Ordre de saint Augustin , qu'il les prend sous la protection du saint Siege & la fienne avec tous leurs biens presens & à venir , & cet Hôpital fur desservi par des Religieux jusqu'en l'an 1300. ou environ,que Foulques II Evesque deParisordonna

[ocr errors]
[ocr errors]

vais pour

LIERES DES.

a PARIS.'

[ocr errors]

HOSPITA, qu'il y auroit quatre Religieuses avec un Mailtre & un ProviGERVAIS. * seur pour l'administration du temporel, lesquels Maistres ont gouverné cet Hospital jusqu'en l'an 1608.

que

les Religieuses de l'Ordre de saint Augustin au nombre de quatorze en prirent entierement le gouvernement par ordre de Pierre de Gondy Cardinal & Evesque de Paris , qui informé du mauvais gouvernement des Maistres & Proviseurs , exemta les Religieuses de leur dépendance, & se reserva de commettre qui bon lui sembleroit pour recevoir leurs Væux & oüir les comptes de l'Hospital, ce qui subsiste encore à present.

Le nombre des Religieuses s'estant beaucoup augmenté,& n'aïant pas assez de logement où elles estoient, elles ont acheté l’Hostel d'O, dans la vieille ruë du Temple où elles demeurent presentement , & sont au nombre d'environ soixante. Elles exercent à l'égard des hommes la mesme charité que

les Hospitalieres de sainte Catherine exercent à l'égard des femmes. Les Religieux qui demeuroient anciennement dans cer Hospital estoient habillés de vert , ils avoient une robe, une chape, & un petit capuce. L'on voit encore la representation d'un de ces Freres Hospitaliers à genoux au pied d'un Crucifix en relief sur la muraille de la Chapelle de l'ancien Hospital de saint Gervais qui est dans la ruë de la Tixeranderie." Ainsi comme le Pere du Moulinet prétend que c'estoit les Chanoines Reguliers qui desservoient les Hospitaux de France, il y auroit donc eu selon lui des Chanoines Reguliers habillés de vert.

Voiez pour ces deux Hospitaux de Sainte Catherine ew de saint Gervais, du Breüil & Malingre, Antiquités de Paris.

Comme on donnoit anciennement aux Hospitaux les noms

d'Hostels-Dieu & de Maisons-Dieu, on appelloit aussi ceux PARIS.

& celles qui y demeuroient Filles-Dieu & Enfans-Dieu ; c'est pourquoi Marguerite Reine de Navarre, Sæur de François Premier Roi de France, voïant la grande pauvreté & la misere extrême de l’Hostel-Dieu de Paris, qui , outre les malades , entretenoit encore les enfans de ceux qui y mouroient , & aïant fait bâtir un Hospital pour y recevoir ces Orphelins , le Roi voulut qu'ils fussent habillés de drap rouge en ligne de charité, & qu'ils fussent toujours nommés les Enfans-Dieu. Il y a eu plusieurs Maisons sous le nom de FillesDieu. Le Roi faint Loüis en establir une à Paris en 1232. où il

FILLES
DIEU DE

« PreviousContinue »