Page images
PDF
EPUB

LIERS DE S.

premiers qui obtinrent l'administration de cet Ordre. Elle CHITA: fut accordée au Roi Jean II. après la mort du Prince George JACQ!!ES DE Duc de Conimbre son fils , qui en a esté le dernier Grand- L'EPEE. Maistre en Portugal, & le Pape Jule II. l'annexa à la Couronne en la personne du Roi Jean III.

Comme nous avons déja parlé du Conseil des Ordres,& que nous aurons encore lieu d'en parler dans la suite de cette Histoire , il est à

propos de rapporter l'origine de ce Conseil, qui est maintenant comme le Superieur General non seulement de l'Ordre de saint Jacques, mais encore de ceux de Calatrava & d’Alcantara. Le Pape Adrien VI. ne réünit les Grandes-Maistrises de ces Ordres à la Couronne d'Espagne, qu'à condition, qu'en ce qui regardoit le spirituel, le Roi n'agiroit point par lui-mesme, mais commettroit pour cela des personnes des mesmes Ordres : c'est pourquoi l'Empereur Charles V. Roi d'Espagne establir un Conseil, qu'il appella le Conseil des Ordres , lequel doit estre composé d'un Prelident, & de six Chevaliers, ( dont deux de chacun de ces trois Ordres ) qui ont le mesme pouvoir & la mesme autorité que le Roi peut avoir sur ces Ordres en qualité d'Administrateur perpetuel, tant en ce qui concerne la Jurisdiction Temporelle ou Seculiere , que la Jurisdiction Ecclesiastique , pourveu qu'elle ne soit

pas purement spirituelle , comme de conferer les Ordres, administrer les Sacremens , fulminer des Censures & autres choses semblables, dont les fonctions sont exercées

par des personnes Ecclesiastiques de l'Ordre, & qui sont deputées par le Conseil qui connoift des causes Civiles & Çriminelles des Chevaliers & de leurs Vassaux , & qui fait executer les Ordonnances faites aux Chapitres Generaux. Il donne avis au Roi des Commanderies , Dignités, Prieurés, Benefices, Gouvernemens , & Charges qui vaquent , afin qu'il y pourvože. Cette Jurisdiction qui ne forme qu’un Tribunal avec le Roi , est Ecclesiastique & Reguliere ; quoi qu'exercée par des personnes Laïques. Elle elt Souveraine, Juge en dernier ressort , & on n'en peut appeller qu'au Saint Siege. Clement VII. l'approuva par des Bulles des années 1924. & 1525. & ajouta à son pouvoir, celui de connoistre des Decimes, des Benefices , des Mariages & autres choses semblables dont la connoissance appartenoit aux Evesques comme Ordinaires. Elle fut aussi approuvée par le Pape Paul III. Tome 11.

Mm

[ocr errors]
[ocr errors]

CHEVA

[ocr errors]
[ocr errors]

LIERS VES. en 1542. & dans la fuite par le Pape Pie V.
JACQUES DE Le pouvoir de ce Tribunal s'étend sur deux Villes , deux
L'EPE'E.
cens vingt Bourgs & soixante & quinze Villages , dont il y a

y
deux Villes & cene soixante & dix-huit tant Bourgs que
Villages qui appartiennent à l'Ordre de saint Jacques , soi-
xante & quatre à celui de Calatrava , & cinquante trois à
celui d'Alcantara. Non seulement les Chevaliers , les Cha-
ndines, les Chapelains , & les Religieuses de ces Ordres, sont
foumis à l'obéissance & correction du Conseil des Ordres ;
mais la jurisdiction de ce Conseil tant pour le Temporel que
pour le Spirituel , s'étend aussi sur tous les Prestres Seeuliers
qui ont des Benefices, & les Religieuses des autres Ordres qui
ont des Monasteres situés dans les lieux qui appartiennent à
ceux de saint Jacques de Calatrava & d’Alcantara. Le Pre--
sident de ce Conseil est ordinairement un des plus Grands Sei-
gneurs d'Espagne. Il y a encore plusieurs Offices qui dé-

y
pendent de ce Confeil, dont les plus considerables sont celui
de Secretaire des Ordres , le Contador Mayor , ou grand Tre-
sorier des Ordres , le grand Huissier des Ordres , trois Pro-
eureurs Generaux , trois Chevaliers Fiscaux & un grand

:
Tresorier du Conseil , qui dans les Actes publics ont tous
féance dans ce Tribunal. Les autres Offices qui sont en grand
nombre , font moins considerables, comme l'Agent, le Fiscal,
l'Avocat , & le Procureur des pauvres, les Treloriers de cha-
cun de ces Ordres en particulier, leurs Chanceliers , les Huis-
fiers & quelques autres.

Nous avons vû par le nombre des Villes, Bourgs & Villa-
ges qui appartiennent à l'Ordre de saint Jacques, qu'il possede
lui seul plus de biens que les deux autres. A l'égard des Com-
manderies , il y en a quatre-vingts quatre, dont il y en a trois
Grandes, qui sont les Grandes Commanderies de Castille, de
Leon & de Montaluan en Aragon. Ces quatre-vingrs quatre
Commanderies ont deux cens-trente mille Ducats de revenu,
outre deux cens Prieurés , Cures, & autres Benefices simples
qu'on peut donner avec Dispense du Pape à des personnes qui ne
sont pas de l'Ordre. Il y a treize Bourgs qui sont des Vicariats.
avec des Jurisdictions Spirituelles ; sçavoir, Villa-Nueva de
los Infantes , Villa-Rodriguo, Villalua , Estriana , Xerés,
Einerita , Tudia , Jeste, Caravacca', Veas, Segura , de la
Sierra , Aledo , & Totana. Il a encore quatre Ermitages,

1

[ocr errors]
[ocr errors]

LIERS DE S.

L'Epe'a.

tend pas

cinq Hospitaux , & un College à Salamanque. Cet Ordre el CHEVAdivilé en quatre Provinces qui font Castille , Leon , la Vieille- JACQUES DE Castille, & l'Arragon, où le Roi comme Administrateur , & le Chapitre General envoïent des Visiteurs. Celui de la Province de Leon est élu par le Prieur & le Chapitre du Couvent de saint Marc de Leon,& doit estre confirmé par le Conseil des Ordres. Outre ces Visiteurs Generaux , le Roi en députe encore d'autres pour s'informer si les Chevaliers, les Chapelains & les autres observent leur Regle & les Statuts de l'Ordre. Ces Visiteurs sont toujours Chevaliers", & sont accompagnés de quelques Chapelains : leur pouvoir ne s'é

leulement sur les Chevaliers ; mais aussi sur ceux qui poffedent des Benefices dans les lieux qui appartiennent à l'Ordre. Les Chevaliers doivent obeïr au Conseil des Ordres & aux Superieurs des Monasteres lorsqu'ils у.

demeurent, ou qu'ils y font leur Noviciat,ou lorsqu'on les a obligés de s'y renfermer pour quelques fautes.

Pour eltre reçu Chevalier, il faut faire preuve de Noblesse de quatre Races, tant du costé paternel que du costé maternel; & quoiqu'anciennement la Noblesse maternelle ne fust pas requise, elle est néanmoins presentement necessaire depuis qu'elle a esté ordonnée dans le Chapitre General de l'an 1653. Il faut encore faire preuve que les mesmes Ancestres n'ont point esté Juifs , Sarasıns , Heretiques , & qu'ils n'ont point esté punis comme tels par le Tribunal de l'Inquisition. Ces preuves se doivent faire devant un Chevalier & un Chanoine de cet Ordre ; & fi elles sont approuvées par le Conseil des Ordres , le Roi commet quelqu'un pour donner l'habit à celui qui doit estre reçu. Les Novices sont obligés de servir sur les Galeres pendant fix mois, & de demeurer pendant un mois dans un Monastere pour y apprendre la Regle ; mais on les dispense aisément de ces obligations moïennant une fomme d'argent ; le Roi & le Conseil des Ordres accordent ces Dispenses.

Ils estoient autrefois veritablement Religieux & faisoient Vau de chasteré; mais le Pape Alexandre III. leur asant permis de se marier, ils ne le peuvent faire sans la permission du Roi qu'ils doivent avoir par écrit. On leur impose un an de Penitence , s'ils se marient sans cette permission ; & fi c'est un des treize , il est privé de cette Dignité. La raison de

CHEVAL
LIERS DE S.

L'EPLE.

cette défense ; c'est

que

les femmes des Chevaliers doivene JacQ ls de faire les mesmes preuves que leurs maris , & que le Conteil

des Ordres doit nommer des Commissaires pour en faire les informations. Ils estoient obligés de s'abstenir de leurs feinines à certaines Festes de l'année,comme à celles de la Vierge, de saint Jean-Babtiste , des saints Apoftres & quelques autres , & les veilles de ces Festes, comme aussi les jours de jeûne prescrits par la Regle, qui estoient, outre le Caresme de l'Eglife universelle , depuis le huit Novembre jusqu'à la Nativité de Nostre-Seigneur, & tous les Vendredis depuis le preinier Septembre jusqu'à la Pentecoste. Le Pape Innocent Iv. dispensa du jeûne , depuis le huit Novembre jusqu'au premier Dimanche de l'Avent les Chevaliers qui estoient à la guerre. Martin V. les dispensa emierement de la Regle & de l'obligation de se retirer dans des Monasteres aux jours qu'ils devoient se separer de leurs femmes, laissanc cela à leur volonté. Innocent VIII. aïant esté consulté pour sçavoir si les Cheva: liers qui n'estoient pas à la guerre estoient obligés aux jeunes de la Regle, declara l'an 1486. que les uns & les autres n'y estoient pas obligés ; & sur ce que l'Ordre representa encore à ce Pontife , qu'il y avoir plusieurs points de la Regle qui obligevient à peché mortel, comme de s'abstenir des femmes à certains tems , de reciter certaines Prieres, & autres choses semblables ; ce Pape declara encore la mesme année que la transgression de la Regle n'obligeoic point à peché mortel.

Ces Chevaliers ne font plus presentement que les Vaux de pauvreté, d'obeïssance & de chasteté conjugale, ausquels ils en ajoutent un quatrieme de défendre & de foutenir l'Immaculée Conception de la sainte Vierge. Les trois Ordres de saint Jacques , de Calatrava , & d'Alcantara prirent cette resolution dans leurs Chapitres Generaux , qu'ils vinrent l'an 1652. Ils consulterent à ce sujet le Roi Philippes IV. comme Administrateur perperuel de leurs Ordres, & ce Prince qui avoit une grande devotion à la sainte Vierge , approuva la refolution que ces Ordres avoient prise. Ils voulurent s'engager à ce dernier Væu publiquement & par une Ceremonie éclatante. Ils indiquerent des neuvaines qui se firent à Madrid, dans trois Eglises differentes qui estoient magnifiquement pas rées, & dans lesquelles il y eut tous les jours Predication sur le Mystere de la Conception, & une Melle celebrée Pontificale

[ocr errors]

LIERS DE S.

ment par les Prieurs de ces Ordres,& par des Abbés de ceux de CHEVE S.Benoist & de Cisteaux ; ce qui se fit dans differens tems afin JACQUES DE qu'une ceremonie n'empeschait pas l'autre. L'Ordre de faint L'EPFE, Jacques commença le premier dans l'Eglise du College de s. Augustin appellée de Dona Maria de Aragon. L'Ordre de Caldtrava fic la sienne dans l'Eglise de faint Martin de l'Ordre de faint Benoist; & celui d’Alcantara dans l'Eglise de saint Bernard de l'Ordre de Cisteaux. Dans chacune de ces Eglises, les Chevaliers de chaque Ordre aflisterent en habit de Ceremonie. Après l'Evangile de la Messe un Chevalier prononça au nom de tout l'Ordre à haute voix la Formule du Væu , & ensuite chacun, en presence du Celebranc, fit la mesme chose en mettant la main fur la Croix & fur les Evangiles, & l'on fit un Reglement dans les Chapitres Generaux , que tous ceux que l'on recevroit à la profession , feroient le mesme Væu. C'est pourquoi dans la Formule de la Profession de ces Ordres, après les trois Væux de Pauvreté, d'Obéissance & de Chalteté conjugale , celui qui fait Profession ajoute: y asimesmo hago

de tener , defender jy guardar en publico, y en fecreio, que la Virgen Maria Madre de Dios y Señora nuestra , fue concebida fen mancha de pecado original.

Il y a aussi plusieurs Commanderies de cet Ordre en Portugal , & il y en avoit aussi une en France dans la ville d'Etampes. L'habit de Ceremonie des Chevaliers tant d'Espagne que de Portugal, confiste en un manteau blanc avec une Croix rouge sur la poitrine, avec cette difference que les Chevaliers d'Espagne la portent en forme d'Epée, fleurdelisée

par

le pommeau & les croisons, & que celle des Portugais n'est pas en forme d'Epée, mais est aussi fleurdelisée par le bas. Lors qu'un Chevalier de cet Ordre meurt, le Commandeur de la Commanderie la plus proche de la demeure du Chevalier, est* obligé, outre les Prieres ordinaires , de nourrir un pauvre pendant quarante jours.

Voiez les Auteurs cités au Chapitre précedent.

voto

« PreviousContinue »