Page images
PDF
EPUB

CHANOK
NES RE-

[ocr errors]

nous apprenons d'un Concile tenu à Paris, ou il est dit: Statuimus , ce sont les Peres du Concile qui parlent, & provi- « GULIERS fione Concilii diximus ftatuendum , quod Canonici Cathedralium « DES

JEAN DE S a Collegiatarum Ecclefiarum utantur almutiis nigris.

Aujourd'hui que l'Aumuce n'est plus en usage pour couvrir la teste ; mais que les Chanoines la portent, les uns sur le bras gauche, qui est l'usage le plus universellement reçu , & les « autres sur les épaules, l'on se sert du bonnet quarré pour cou- « vrir la telte pendant l'esté. Le bonnet estoit fait d'abord en ce forme de calotte , à la reserve qu'il estoit plus large en haut « qu'en bas. La coustume est venuë ensuite de les faire encore « plus amples ; mais ronds & plus petits, presque semblables à ceux que portent encore aujourd'hui les Novices des RR.PP. Jesuites. On appelloit autrefois ces bonnets du mot Latin c. Birretum , & c'elt encore aujourd'hui l'usage en France de dire que le Pape a envoie la Barrette à quelqu'un de ses Nonces ou autres, lorsqu'il lui envoïe le Bonner de Cardinal. Enfin on a donné il y a plus de deux cens ans à ces bonnets la figure quarrée , estant tous tissus de laine, & aïant quatre especes de cornes qui paroissoient fort peu au-dessus. Pour ce qui est de ceux qui sont faits de carte , couverts d'étoffe, & qui sont tous quarrés, l'invention en est assez modernes.

Voila , Monfieur, quel est l'habit que nous portons au co Chưur pendant l'esté ; voions presentement celui dont nous sommes revestus au Chaur pendant l'hiver. Nous portons au Cloistre en hiver par - dessus la Soutane blan- . che & le Rochet , une Chappe d'étoffe noire. Cette Chappe co dont nous allons parler est aussi un habit essentiel aux Chanoines comme le Rochet. La Chape est un vestement qui co prend à la teste & va jusqu'aux pieds. Ce vestement a tous jours esté en usage parmi les Chanoines, & nous apprenons » d'un ancien Ordinaire ou Ceremonial de Nostre Dame de Paris, que l'on ne recevoit aucun Chanoine au Chapitre qui ne fut . revestu d'un habit Canonique, c'est-à-dire d'une Chappe, ainsi qu'il est marqué dans ce Ceremonial , où il est dit quand un Chanoine se présentera en Chapitre pour estre reçu, « ' i sera revestu d'une Aube sur la Soutane , & aura une Chappe d'étoffe noire pardessus avec le Capuchon. Le mesme Ordinaire porte qu'on n'enterrera pas un Chanoine sans Chappe. Nous vožons même encore aujourd'hui que le Doñen des En

que «

NES RE-
GULIERS
DE S.
JFAN DES
Vignes.

[ocr errors]

رز

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

CHANOI » fans de Cheur de cette Metropole portent une Aube fans plis

» autour du cou fur sa Soutane , & une Chappe noire en este & » en hiver à tous les Offices du jour & de la nuit.

On commençoit autrefois à prendre cette Chappe dans notre Maison de saint Jean le premier jour d'Octobre , comme il est marqué dans un ancien Ordinaire escrit du tems de nos Abbés Reguliers

. Elle estoit differente pour la figure de celle que » nous portons aujourd'hui ; car le chaperon & le manteau te

noient ensemble', & elle estoit semblable à celle que portent

les Chanoines de Notre-Daine de Rheims, à la reserve que le » manteau descendoit plus bas & n'estoiç point fourré. Nous » avons changé la figure de cette Chappe en 1676. & nous en »avons pris de semblables à celles que portent les Chanoines de la Cathedrale de Soissons.

Après vous avoir fait voir,Monsieur,quel est l'habit que nous portons dans la Maison &au Chậur en elté & en hiver,il faut „vous parler de celui que nous devons porter à la campagne

lorsque nous sommes en voïage. On a veu dans les liécles pallés plusieurs Chanoines Reguliers , d'ailleurs très regles

dans leur conduite , porter l'habit noir tout simple , c'elt-à„ dire , sans aucune marque de Chanoine Regulier , lorsqu'ils estoient hors de leur Maison. Il est vrai que les Chanoines Reguliers qui sont élevés à l'Episcopat

, peuvent quitter l'habit de leur profession qu'ils portoient dans le Cloistre&prendre l'habit noir ou violet , comme le portent Nofseigneurs les Evesques , à la difference des Moines , qui, quoi qu'elevés à cette haute & „ sublime dignité de l'Eglise, mesme à la pourpre , ne peuvent

quitter l'habit de leur profession , ainli qu'Innocent III. la defini dans le Concile de Latran l'an 1215. Voici comme parle „, ce Concile : Manachos, ad Epifcopatum euectos gerere debere fuum habitum Monachalem. Mais le mesme Pape n'a pas jugé de mesme à l'égard des Chanoines Reguliers , quia Regule

inferviunt laxiori, ut pronuntiavit Innocent. III. cap. quod Dei » timorem in caufa Zacharie Silii. Cette decision du Concile de » Latran auquel presidoit Innocent III. ne se pratique plus en.

France à l'égard des Moines élevés à l’Episcopat, depuis que le » Clergé de France en 1665. les en a dispensés, comme remarque „ M. Godeau dans son Histoire de l'Eglise, en exposant le regle» ment du huitiéme Concile Oecumenique.

La difficulté est de sçavoir si les Chanoines Reguliers pour

[ocr errors]

)

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

veus de Benefices, ou les Cloistriers mesmes , lorsqu'ils sont «CHANOLenvoiés par leurs Superieurs dans les Universités pour y étu- "LIERS DE dier , ou en Campagne pour se promener , peuvent quitter SE EN tout-à-fait l'habit de Cloistre, & s'habiller tout de noir com- «GN E S. me font les Seculiers. Nous ne vožons point non plus de Sta- «. tut dans nostre Maison qui l'autorise, ni de decision d'aucun Docteur qui l'approuve. Il est vrai que l'on garde dans le « Cartulaire de l'Abbaïe des Chanoines Reguliers de saint Bar-thelemy de Noyon, un Privilege de Martin IV.qui vivoit en ce 1296. par lequel , sur la requeste de l'Abbé & de la Communauté, il leur accorde la permission de porter l'habit noir « hors de la Maison, & mesme aux Beneficiers qui en dépendent. Voici ce Privilege.

Martinus Episcopus , fervus fervorum Dei , Dilectis filiis Abba-as
ti & Canonicis Monasterii sancti Bartholomæi propè Noviodunum .
Ordinis sancti Augustini salutem , & Apoftolicam Benedictionem.«
Sincera devotionis affectus , quem ad nos & Romanam geritis
Ecclefiam , promeretur ut petitionibus vestris, quantùm cum Deo «
poffumus , favorabiliter annuamus : Hinc eft quod nos vestris
fupplicationibus inclinati , ut Abbas & Religiofi Monafterii veftri,
etiam Parrochialium Ecclefiarum Rectores , qui ex dicti Ordinis -
Institutis , veftem superiorem albam gestare confueverant , quo-
ties ipfos protractandis , procurandis & peragendis Monasteriid
Parrochialium Ecclefiarum negotiis , aliisque rationabilibus &
honestis caufis Monasterium præfatum exire contigerit , veste su-
periori nigri coloris , donec in praefatum Monasterium fint reversi,
liberè & licitè uti valeant , Constitutionibus , & Ordinationi-
bus Apoftolicis, nec non ftatutis & consuetudinibus Monasterii
Ordinis predi&ti , caterisque contrariis nequaquam obftantibus,
Authoritate Apostolica tenore præfentium indulgemus. Datum Geo"
nesiani Prenestinensis Dioces. iv. Id. Augusti Pontificatús nostri «
anno fecundo.
| Erasme qui estoit Chanoine Regulier de l’Abbaïe de Sion & «
qui n'ignoroit pas le Privilege acordé aux Chanoines Reguliers «
de saint Barthelemy de Noyon , se fit néanmoins un fcrupule «
de s'en servir. En effet , comme il estoit obligé d'estre sou-
vent à la Cour des Princes & parmi les personnes de distinc-
tion de son tems,qui cherchoient sa compagnie avec empresse-
ment ,

&
que

son habit blanc l'incommoduit , il écrivit au Superieur de son Monastere, qui trouvoit mauvais de ce qu'il“ Tome II.

N

[ocr errors]

ce

CC

[ocr errors]

GULIERS

[ocr errors]
[ocr errors]

CHANOI » portoit un habit noir , & lui manda qu'il en avoir obtenu læ

permission de Jules II. qui la lui avoit accordée à condition JEAN DES ” qu'il garderoit toûjours dans ses habits quelque marque de VIGNFS. » celui de la Profession : Vt pro arbitrio quodcumque fignum infti

» tuti , vere gestarem. En effet il n'est pas permis à un Cha

noine Regulier de cacher de telle maniere fon habit qu'il ne paroisse point du tout : c'est pour cette raison & dans cette vûë,que nos Peres assemblés dans un Chapitre General au mois de Juin de l'an 1623. parlant de l'habit que nous devons porter quand nous allons en campagne , ordonnent que nous aurons des bas noirs ou bruns , une culotte, une veste noire, & pardessus un petie Rocher de toile avec une soutanclle noire pardessus. Ce Statut & certe Ordonnance faite pendant que le Siege Episcopal de Soissons estoit vacant par la mort de Monfieur Charles de Hacqueville, fut ensuite confirmé par

Monsieur Simon le Gras son Successeur en 1626. dans une visite » qu'il fit

pour exercer les droits que les Evesques de Soissons » ont sur notre Maison. On dira peut-estre qu'un Prestre ni » un Clerc ne doivent jamais quitter la foutane", & que quand ils vont en campagne ils la doivent trousser, mais jamais la quitter

Il est vrai que les Souverains Pontifes & les Conciles obligent tous les Clercs à porter toujours l'habit clerical ; mais il est aussi à remarquer que les Clercs doivent avoir trois sortes d'habits, l'un pour le Ministere, l'autre pour l'usage ordinaire , & le troisiéine pour la campagne. Celui-ci

porté plus court que les autres, selon que saint Charles Borro» mée l'a decidé dans un de ses Conciles de Milan dont il estoit

Archievesque en 1568. où il est dit. ; Clericis iter habentibus, quovis veftitu contrattiori uti licebit a decentem tamen illum atque hujusmodi

effe opportet , ex quo vos effe Ecclefiaftici Or» dinis homines facile poflint agnosci : cùm verò eo venerint quò pervenire contendunt , talarem togam induant.

Cette soutanelle est aussi approuvée par son Eminence M. » le Cardinal le Camus Evesque de Grenoble dans ses Statuts

Synodaux à la page 34. article 4. D'où l'on peut conclure “ 1o. que ce n'est que dans les voïages qu'il est permis de porter » un habit court , & en second lieu que cette foutanelle ne doit » rien avoir que de modeste. Il est aisé de conclure de tout ce

que nous venons de dire, que nous devons dans nos voïages

peut estre

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

nous tenir à l'Ordonnance de notre Chapitre de l'an 1623. .CHANOIoù il est dit que nous aurons toujours un Rochet qui est "GULIERS notre habit essentiel, avec une soutanelle noire pardessus. DAN DES Je suis, &c.

Cette decision en faveur du Rochet seul que Monsieur de Louën regarde comme la seule marque essentielle de l'habit des Chanoines Reguliers n'a pas plû à tous ses Confreres ; car j'ai une Lettre d'un Chanoine de saint Jean des Vignes , qui aïant lû cette dissertation, marque qu'il n'approuve nullement cette decision,& que la Soutane est encore l'habit essentiel des Chanoines Reguliers ; en effet ils ne doivent pas se conformer aux Ecclesiastiques en toutes choses, & si ceux-ci portent dessoucanelles.ce n'est pas une consequence que les Chanoines Reguliers en doivent porter , ou du moins en porter pardeslus le Rocher sans avoir encore leur Soutane sous le mesme Rocher : c'est ce que pratiquent les Religieux de la Congregation de France, & les plus reformés d'entre les Chanoines Reguliers. Nous ajousterons encore que Monsieur de Louën s'est trompé lorsqu'il dit que la reforme que fit le Pape Benoist XII. ne regardoit que les Chanoines Reguliers de Latran, puisqu'il n'y

avoit point de Congregation de Latran en 1339.
& qu'elle n'a commencée que plus de cent ans après, ou plus-
toit que celle de Sainte Marie de Frisonaire fut establie à saint
Jean de Latran, dont elle prit pour lors le nom qui lui fut
donné par Eugene I V. l'an 1445. Cette Reforme de Benoist
XII. regardoit tout l'Ordre Canonique; puisque ce Pape or-
donna à tous les Chanoines, en quelque lieu qu'ils fussent,de
tenir des Chapitres Provinciaux tous les quatre ans.

Voïez P. le Gris , Chronic. abb. s. Joann. ad Vineas.
Sammarth. Gall. Christian.

[merged small][ocr errors]
« PreviousContinue »