Page images
PDF
EPUB

CHANOI » deux aubes, une qu'ils ne devoient jamais quitter,& une autre LIERS DES. » de toile plus fine qu'ils mettoient pardessus quand ils celeJEAN DES » broient les divins mysteres: Prohibemus. Presbyteris noftris sri

cadem alba in facris myfteriis qua utuatar foris in qanidiano en » exteriori culta : & c'est apparemment pour garder & observer » cet ancien Staçut du Diocese , qu'il est ordonné aux Doyens » Ruraux de se trouvet au Synode de l'Evefque revêcus d'une

aube, comme il est marqué dans un ancien Ceremonial impriu

mé en 1532. par ordre de Symphorien de Bullion Evefque de » Soissons.

Cecte aube dont nous parlons a esté diminuée de fa longueur, » & on l'appelle Rocher, que les Eyesques portent encore dans » toutes les fonctions Episoopales, aufà-bien que les Abbés, les • Aumosniers du Roi & les Doïens des Cathedrales de Noyon » & d'Auxere, qui le portent pardessus le furplis quand ils vont

à l'Eglise, comme aussi tous les Chanoines des Cathedrales de » France dessous leurs Chappes pendant l'hiver. ::

La plupart des Chanoines ont retenu l'usage de ce Rochet, » & on s'en est toujours servi dans notre Maison. En effer le Ro

chet est le propre & veritable habit des Chanoines Reguliers, » comme le montre fort bien M.de sainte Beuve dans ses Refolu» tions Morales cas 44. To. 1. & Benoist XII. eftoit rellement per« suadé que le Rocher eftoit l'habic effentiel des Chanoines Re

guliers; qu'au Chapitre 40. des Conftitutions qu'il a faites pour « la reforme des Chanoines de faint Jean de Latran , il ordonne

que si quelqu'un d'eux est assez hardi de paroistre en public • sans cet habit de lin , ou s'il est assez temeraire de le cacher ; » fi après avoir esté averti il ne fe corrige pas , qu'il soit suspen» du de son Benefice pendant quatre mois, s'il elt Beneficier, & » s'il ne l'est pas , qu'il soit declaré inhabile pendant le mesme « tems d'en possederaucun : qui antem fe exhibens in publico , habitum (superindumenta fcilicet linea) temere occuliaverit , si mo» nitus emendare noluerit, juxta premiffam perfonarum distinctio» nem , di&tas fufpenfionis lo inbabilitatis pænas per idem tempus » incurrat.

Après vous avoir parlé des habits que nous portons pour » couvrir le corps,il faut vous parler, Monsieur,de celui » portons sur la tesle. Nous n'avions point autrefois d'autre cou» verture de tefte

que notre aumuce. Cette aumuce,comme celle » que portent encore aujourd'hui nos Novices Improfez, nous

que nous

[ocr errors]

NES RE.

GULIERS « VIGNES.

servoit de couverture de teste pendant l'hiver dans la maison,

CHANOT & pendant l'esté au Chæur & ailleurs.

Nous portons aujourd'hui dans la maison un Camail peri- « JEAN DES dant l'hiver , c'eft-à-dire, depuis la veille de la Toussaints après Vespres , jusqu'à la veille de Pâques à Complies exclufivement. Ce Camail ou możette eft vini ornement fait d'é. toffe noire , qui fert pour couvrir la teste & les épaules. Les Evesques s'en servent encore aujourd'huia la reserve que ce“ Camail ne leur couvre plus la teste , depuis que l'on a trouvé " l'ufage des bonnets quarrés. On ne prenoit autrefois le Camail à faint Jean depuis la Toussaints jusqu'à Pâques, qu'après les secondes Vespres de la Toussaints ; on le quitcoit le matin « tous les autres jours, & on portoit le bonnet quarré jusqu'à ce Vespres. Voila quel est l'habit que

nous portons dans la Maison ; « nous allons montrer à prefent quel est celui que nous portons au Chaur pendant l'esté & pendant l'hiver. Pendant l'elté, c'est-à-dire , depuis la veille de Pâques à Complies, jusqu'aux premieres Vespres de la Toussaints exclusivement, nous portons au Cheur sur la Soutane blanche & le Rochet, un surplis à manches longues, une Aumuce noite sur le bras gauche, & un bonnet quarré sur la teste. Le Surplis avoit alle trefois les manches rondes, comme les portent encore au- « jourd'hui les Chanoines de Noftre-Dame de Rheims. Nous n'avons changé cette forme de Surplis qu'en 1693. pour nous conformer aux Chanoines de la Cathedrale de Soiffons, comme nous avions fait pour nos Chappes d'hiver en « 1676.

Le Surplis s'appelle en Latin Superpelliceum, à cause que les Chanvines le portoient pardessus des robbes fourrées appellées Pellicium , pour fe garentir du froid pendant l'hiver, particulierement dans les Païs Septentrionaux. On voit encore e un reste de cette ancienne coustume dans l'Abbaïe de saint Eloy d'Arras, où les Novices portent des robes fourrées pendant leur Noviciat. On en portoit aussi dans nostre Maifon de saint Jean, puisqu'il est dit dans nos Constitutions que nous aurons des habits fourrés pour aller à Matines à minuit.

Les surplis dont nous parlons avoient la même forme que les Aubes ; puisqu'ils estoienc de pareille longueur , & descen

[ocr errors]
[ocr errors]

NES RE-
GULIERS
DE S.
JEAN DES
VIGNES. »

CHANOI- » doient jusqu'aux talons. Ils ont esté racourcis par Benoist XII.

dans les Constitutions qu'il fit pour la reforme des Chanoines

de saint Jean de Latran en 1339. dans lesquelles il ordonne que » le Surplis ne passera pas par la longueur la moitié de la jambe: » ultra mediam tibiam vel circa,

Le Surplis aussi-bien que le Rochet , ou les Aubes qui servoient pour l'Autel, n'estoient point plissés autour du cou. On » a retenu cet usage à Notre Dame de Paris, où les Ministres de » l'Autel, portent des Aubes qui ne sont point plissées autour du » cou , non plus que celles des Enfans de Cheur de cette Me

tropole. Dans notre maison de saint Jean , nos Novices por» tent encore des Rochers qui ne sont point plissés autour du

» Cou.

Pendant l'esté nous portons au Chour une Aumuce noire sur le bras gauche. Nous devons regarder cet habit dans no» tre Maison de saint Jean , comme un habit que l'on y portoit » en esté & en hyver ; puisqu'avant l'usage des bonnets quarrés » on le portoit toûjours sur la teste , & quand on le mettoit sur

le bras, l'extremité d'enhaut qui fervoit à couvrir la teste, se mettoit toujours en dehors ; comme le portoient les Chanoines Reguliers de saint Remy de Rheims, ainsi qu'on le peut voir dans la figure qu'en a donnée au public le R. P. du

Moulinet Chanoine Regulier de sainte Genevieve de Paris sen 1666.

Nous avonsgardé long-tems à saint Jean l'usage de porter l’Aumuce sur le bras dans la maison, même pendant l’hiver; » car on ne prenoit le Camail que le soir après Vespres, comme » nous avons dit ci-dessus. Le changement du contraire ne s'est

fait qu'en 1676. aujourd'hui pendant l'esté, nous portons

l’Aunuce sur le bras gauche, non seulement au Chour , mais » encore par tout dans la maison , tant la nuit que le jour.

L’Aumuce que nous portons est noire au dehors , & blanche en dedans, c'est-à-dire , qu'elle est faite de » gneaux de Lombardie de couleur noire au-dehors, & fourrée » de

peaux d'agneaux blancs en dedans. Nos Novices la portent » encore noire, mais d'étoffe fourrée de peaux d'agneaux blancs

en dedans, & ils la mettent sur la teste à l'Eglise & ailleurs. Il semble

que les Aumuces noires soient celles qui aïent elté le » plus en vogue dans l'antiquité, & dont l'usage a estéplus uni

versellement reçu, mesme dans les Cathedrales , c'eịt ce que

patte d'a

CHANOK
NES RE-

[ocr errors]

nous apprenons d'un Concile tenu à Paris, ou il est dit: Statuimus , ce sont les Peres du Concile qui parlent, & provi- « GULIERS fione Concilii diximus ftatuendum , quod Canonici Cathedralium « DES

JEAN DE S a Collegiatarum Ecclefiarum utantur almutiis nigris.

Aujourd'hui que l'Aumuce n'est plus en usage pour couvrir la teste ; mais que les Chanoines la portent, les uns sur le bras gauche, qui est l'usage le plus universellement reçu , & les « autres sur les épaules, l'on se sert du bonnet quarré pour cou- « vrir la telte pendant l'esté. Le bonnet estoit fait d'abord en ce forme de calotte , à la reserve qu'il estoit plus large en haut « qu'en bas. La coustume est venuë ensuite de les faire encore « plus amples ; mais ronds & plus petits, presque semblables à ceux que portent encore aujourd'hui les Novices des RR.PP. Jesuites. On appelloit autrefois ces bonnets du mot Latin c. Birretum , & c'elt encore aujourd'hui l'usage en France de dire que le Pape a envoie la Barrette à quelqu'un de ses Nonces ou autres, lorsqu'il lui envoïe le Bonner de Cardinal. Enfin on a donné il y a plus de deux cens ans à ces bonnets la figure quarrée , estant tous tissus de laine, & aïant quatre especes de cornes qui paroissoient fort peu au-dessus. Pour ce qui est de ceux qui sont faits de carte , couverts d'étoffe, & qui sont tous quarrés, l'invention en est assez modernes.

Voila , Monfieur, quel est l'habit que nous portons au co Chưur pendant l'esté ; voions presentement celui dont nous sommes revestus au Chaur pendant l'hiver. Nous portons au Cloistre en hiver par - dessus la Soutane blan . che & le Rochet , une Chappe d'étoffe noire. Cette Chappe co dont nous allons parler est aussi un habit essentiel aux Chanoines comme le Rochet. La Chape est un vestement qui co prend à la teste & va jusqu'aux pieds. Ce vestement a tous jours esté en usage parmi les Chanoines, & nous apprenons » d'un ancien Ordinaire ou Ceremonial de Nostre Dame de Paris, que l'on ne recevoit aucun Chanoine au Chapitre qui ne fut . revestu d'un habit Canonique, c'est-à-dire d'une Chappe, ainsi qu'il est marqué dans ce Ceremonial , où il est dit quand un Chanoine se présentera en Chapitre pour estre reçu, « ' i sera revestu d'une Aube sur la Soutane , & aura une Chappe d'étoffe noire pardessus avec le Capuchon. Le mesme Ordinaire porte qu'on n'enterrera pas un Chanoine sans Chappe. Nous vožons même encore aujourd'hui que le Doñen des En

que «

NES RE-
GULIERS
DE S.
JFAN DES
Vignes.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

CHANOI » fans de Cheur de cette Metropole portent une Aube fans plis

» autour du cou fur sa Soutane , & une Chappe noire en este & » en hiver à tous les Offices du jour & de la nuit.

On commençoit autrefois à prendre cette Chappe dans notre Maison de saint Jean le premier jour d'Octobre , comme il est marqué dans un ancien Ordinaire escrit du tems de nos Abbés Reguliers

. Elle estoit differente pour la figure de celle que » nous portons aujourd'hui ; car le chaperon & le manteau te

noient ensemble', & elle estoit semblable à celle que portent

les Chanoines de Notre-Daine de Rheims, à la reserve que le » manteau descendoit plus bas & n'estoiç point fourré. Nous » avons changé la figure de cette Chappe en 1676. & nous en »avons pris de semblables à celles que portent les Chanoines de la Cathedrale de Soissons.

Après vous avoir fait voir,Monsieur,quel est l'habit que nous portons dans la Maison &au Chậur en elté & en hiver,il faut „vous parler de celui que nous devons porter à la campagne

lorsque nous sommes en voïage. On a veu dans les liécles pallés plusieurs Chanoines Reguliers , d'ailleurs très regles

dans leur conduite , porter l'habit noir tout simple , c'elt-à„ dire , sans aucune marque de Chanoine Regulier , lorsqu'ils estoient hors de leur Maison. Il est vrai que les Chanoines Reguliers qui sont élevés à l'Episcopat

, peuvent quitter l'habit de leur profession qu'ils portoient dans le Cloistre&prendre l'habit noir ou violet , comme le portent Nofseigneurs les Evesques , à la difference des Moines , qui, quoi qu'elevés à cette haute & „ sublime dignité de l'Eglise, mesme à la pourpre , ne peuvent

quitter l'habit de leur profession , ainli qu'Innocent III. la defini dans le Concile de Latran l'an 1215. Voici comme parle „, ce Concile : Manachos, ad Epifcopatum euectos gerere debere fuum habitum Monachalem. Mais le mesme Pape n'a pas jugé de mesme à l'égard des Chanoines Reguliers , quia Regule

inferviunt laxiori, ut pronuntiavit Innocent. III. cap. quod Dei » timorem in caufa Zacharie Silii. Cette decision du Concile de » Latran auquel presidoit Innocent III. ne se pratique plus en.

France à l'égard des Moines élevés à l’Episcopat, depuis que le » Clergé de France en 1665. les en a dispensés, comme remarque „ M. Godeau dans son Histoire de l'Eglise, en exposant le regle» ment du huitiéme Concile Oecumenique.

La difficulté est de sçavoir si les Chanoines Reguliers pour

[ocr errors]

veus

« PreviousContinue »