Page images
PDF
EPUB

NES Regula

GHA N 01- 11 y en å trente trois dans l'Evesché de Soissons, & deux dans
LIERS DE S. celui de Meaux,qui ne peuvent estre poffedés que par des Cha-
JUAN DES noines Reguliers Profés de cette Maison, & qui ne font poine

-S.
sujet aux indults & aux grades, comme il a elté jugé par Ar-
rest du Grand Confeil du dernier Decembre 1683.

Quant à l'habillement de ces Chanoines, l'on verra les
changemens qui ont esté faits de tems en tems dans cet ha-
billement, & celui qu'ils portene presentement, dans la let-
tre qui fuit, qui m'est tombée entre les mains, & que j'ay
inserée tout au long dans cette histoire, puisque cette lettre
est une efpece de Dissertation sur l'habillement de tous les
Chanoines Reguliers en general : elle est de Monsieur de
Loüen, Chanoine de cette Abbaye, & Prieur Curé de La-
tilly, de qui.j'ay rçeu des mémoires touchant les obfervan-
ces regulieres, qui se pratiquent à faint Jean des Vignes ,
dont j'ay parlé cy-dessus.
LETTRE DE M. DE LOVEN, CHANOINE REGULIER

de Saint Jean des Vignes , & "Prieur Curé de Látilly , fur -Thabit des Chanoines Reguliers de cette Abbaye ,' écrite en -'1708

1

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

Pour m’acquiter de la parole que je vous ay donnée, de » vous faire voir 1o. quiel est l'habit que nous devons porter

dans la Maison defaint Jean; 20. dans nos Benefices; 30. lorsque » nous fommes'eix voyage', & resoudre 'en peu de möts les

fcrupules que vous avez pu avoir far cette matiere ; je vous » dirai que l'habit que nous portons dans la maison & par tour

ailleurs, est par deffous un habit noir, c'est-à-dire des bas noirs » ou bruns, une culotte & une veste de mesme couleur; &

dellus nous portons' une foutane blanche. Cette foúrane » n'estoit point ferinée autrefois pardevant ;" & c'est » cette raison que quelques-uns de nos confreres Beneficiers » la portent encore fermée avec des boutons: mais l'usage d'aujourd'hui le plus regulier, c'est de la porter fermée fans bouCette loittane a toûjours esté de couleur blanche, car

.

» par

22 tons.

iyisi L'011

VIGNESH

[ocr errors]

PARTIE CHAP' XIII. nous n'avons aucune preuve du contraire. Il est vrai que les CH'AN 012 Chanoines Reguliers ont droit de porter des soutanes rou-LIERS DE S. ges, comme la portent ceux de faint Maurice en Suisse , & JEAN DES comme en portoient autrefois ceux de l'Abbaye de saint Vincent de Senlis, fondée en 1061. par Anne Reyne de France, . femme d'Henry I. qui y mit des Chanoines , & ordonna qu'à la difference des autres , ils portassent des robes & capuchons . rouges

de couleur de sang, en memoire de saint Vincent Martyr ; d'autres portent la soutane violette, comme ceux « de saint Aubert de Cambray, & de faint Eloy d'Arras, & comme la portoient les Freres Convers dans nostre Maison de laint Jean, lors que l'usage estoit d'y'en recevoir. D'autres la portent noire comme les Chanoines Reguliers de Cantipré en Flandres ; & en Lorraine ceux de la Congregation de S. Sauveur, instituée par le B.Pierre Fourrier, Curé de Matincourt, & confirmée par Bulle du Pape Urbain VIII. de l’an 1628. Mais dès qu'une Communauté a pris une couleur d'habit , il ne lui est pas permis de changer une couleur en une . autre, à moins que de prendre la blanche

que

les anciens Chanoines Reguliers ont portée plus qu'aucune autre. Cette verité est incontestable, puisque Benoist XII. qui, après avoir esté Moine de Cifteaux,fut élu à la dignité de Cardinal,& en suite à celle de Souverain Pontife en 1334. dans les Constitutions qu'il fit en 1339.pour la Reforme des Chanoines Reguliers de saint Jean de Latran , qui avoit commencé à s'establir en Italie en 1063. sous Alexandre II. dit ces paroles : Quilibet color semel affumptus, non poteft mutari nifi in album.

Pardessus cette foutane blanche, nous portons un Rocher. Le Rochet est un surplis à manches estroites comme celles d'une aube ; il est plus court aujourd'hui qu'il ne l'estoit autrefois ; car le Rochet

. est ce qu'on appelloit , Tunica talaris linea , il ce comboit jusqu'aux talons, comme les aubes que nous portons « à l'autel : ce Rochet .ow cerce aube estoit l'ornement que portoient autrefois les Prestres pardessus leurs fouitanes, comme « l'on voit encore dans beaucoup de Cathalrales , & particulierement dans celle de Soissons ; où les Chanoines mineurs & les enfans de Chæur en portent une.

Nous voyons dans les Conciles de France, qu'unEvefque de Soissons nommé Riculphe, ordonna dans ses Itacuits Syno-'daux de l'an 885. à tous les Prestres de son Diocese d'avoir

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

99

[ocr errors]

CHANOI » deux aubes, une qu'ils ne devoient jamais quitter,& une autre LIERS DES. » de toile plus fine qu'ils mettoient pardessus quand ils celeJEAN DES » broient les divins mysteres: Prohibemus. Presbyteris noftris sri

cadem alba in facris myfteriis qua utuatar foris in qanidiano en » exteriori culta : & c'est apparemment pour garder & observer » cet ancien Staçut du Diocese , qu'il est ordonné aux Doyens » Ruraux de se trouvet au Synode de l'Evefque revêcus d'une

aube, comme il est marqué dans un ancien Ceremonial impriu

mé en 1532. par ordre de Symphorien de Bullion Evefque de » Soissons.

Cecte aube dont nous parlons a esté diminuée de fa longueur, » & on l'appelle Rocher, que les Eyesques portent encore dans » toutes les fonctions Episoopales, aufà-bien que les Abbés, les • Aumosniers du Roi & les Doïens des Cathedrales de Noyon » & d'Auxere, qui le portent pardessus le furplis quand ils vont

à l'Eglise, comme aussi tous les Chanoines des Cathedrales de » France dessous leurs Chappes pendant l'hiver. ::

La plupart des Chanoines ont retenu l'usage de ce Rochet, » & on s'en est toujours servi dans notre Maison. En effer le Ro

chet est le propre & veritable habit des Chanoines Reguliers, » comme le montre fort bien M.de sainte Beuve dans ses Refolu» tions Morales cas 44. To. 1. & Benoist XII. eftoit rellement per« suadé que le Rocher eftoit l'habic effentiel des Chanoines Re

guliers; qu'au Chapitre 40. des Conftitutions qu'il a faites pour « la reforme des Chanoines de faint Jean de Latran , il ordonne

que si quelqu'un d'eux est assez hardi de paroistre en public • sans cet habit de lin , ou s'il est assez temeraire de le cacher ; » fi après avoir esté averti il ne fe corrige pas , qu'il soit suspen» du de son Benefice pendant quatre mois, s'il elt Beneficier, & » s'il ne l'est pas , qu'il soit declaré inhabile pendant le mesme « tems d'en possederaucun : qui antem fe exhibens in publico , habitum (superindumenta fcilicet linea) temere occuliaverit , si mo» nitus emendare noluerit, juxta premiffam perfonarum distinctio» nem , di&tas fufpenfionis lo inbabilitatis pænas per idem tempus » incurrat.

Après vous avoir parlé des habits que nous portons pour » couvrir le corps,il faut vous parler, Monsieur,de celui » portons sur la tesle. Nous n'avions point autrefois d'autre cou» verture de tefte

que notre aumuce. Cette aumuce,comme celle » que portent encore aujourd'hui nos Novices Improfez, nous

que nous

. NES RE.

GULIERS « VIGNES.

fervoit de couverture de teste pendant l'hiver dans la maison, « CHANO & pendant l'esté au Chæur & ailleurs.

Nous portons aujourd'hui dans la maison un Camail pen- « JEAN DES dant l'hiver , c'eft-à-dire, depuis la veille de la Toussaints après Vespres , jusqu'à la veille de Pâques à Complies exclufivement. Ce Camail ou możette est un ornement fait d'é- " toffe noire , qui fert pour couvrir la teste & les épaules. Les « Evesques s'en servent encore aujourd'hui, à la reserve que ce s Camail ne leur couvre plus la teste, depuis que l'on a trouvé " l'ufage des bonnets quarrés. On ne prenoit autrefois le Camail à faint Jean depuis la Toussaints jusqu'à Pâques, qu'après les secondes Vespres de la Touffaints ; on le quitcoit le matin « tous les autres jours, & on portoit le bonnet quarré jusqu'à ce Vefpres.

Voila quel est l'habit que nous portons dans la Maifon ; « nous allons montrer à prefent quel est celui que nous portons au Chaur pendant l'esté & pendant l'hiver. Pendant l'elté, c'est-à-dire , depuis la veille de Pâques à Complies, jusqu'aux premieres Vespres de la Toussaints exclusivement, nous portons au Cheur sur la Soutane blanche & le Rochet, un surplis à manches longues, une Aumuce noite sur le bras gauche, & un bonner quarré sur la reste. Le Surplis avoit alia trefois les manches rondes, comme les portent encore au- « jourd'hui les Chanoines de Noftre-Dame de Rheims. Nous n'avons changé cette forme de Surplis qu'en 1693. pour nous conformer aux Chanoines de la Cathedrale de Soiffons, comme nous avions fait pour nos Chappes d'hiver en « 1676.

Le Surplis s'appelle en Latin Superpelliceum, à cause que les Chanvines le portoient pardessus des robbes fourrées appellées Pellicium , pour fe garentir du froid pendant l'hiver, particulierement dans les Païs Septentrionaux. On voit encore e un reste de cette ancienne coustume dans l'Abbaïe de saint Eloy d'Arras , où les Novices portent des robes fourrées pendant leur Noviciat. On en portoit aussi dans nostre Maifon de saint Jean ; puisqu'il est dit dans nos Constitucions ca que nous aurons des habits fourrés pour aller à Matines à minuit.

Les surplis dont nous parlons avoient la même forme que les Aubes ; puisqu'ils estoienc de pareille longueur , & descen

[ocr errors]
[ocr errors]

NES RE-
GULIERS
DE S.
JEAN DES
VIGNES. »

CHANOI- » doient jusqu'aux talons. Ils ont esté racourcis par Benoist XII.

dans les Constitutions qu'il fit pour la reforme des Chanoines

de saint Jean de Latran en 1339. dans lesquelles il ordonne que » le Surplis ne passera pas par sa longueur la moitié de la jambe: » ultra mediam tibiam vel circa,

Le Surplis aussi-bien que le Rochet , ou les Aubes qui servoient pour l'Autel, n'estoient point plissés autour du cou. On » a retenu cet usage à Notre Dame de Paris, où les Ministres de » l'Autel, portent des Aubes qui ne sont point plissées autour du » cou , non plus que celles des Enfans de Cheur de cette Me

tropole. Dans notre maison de saint Jean , nos Novices por» tent encore des Rochers qui ne sont point plissés autour du

[ocr errors]

» Cou.

Pendant l'esté nous portons au Chour une Aumuce noire sur le bras gauche. Nous devons regarder cet habit dans no» tre Maison de saint Jean , comme un habit

que

l'on y portoit » en esté & en hyver ; puisqu'avant l'usage des bonnets quarrés » on le portoit toûjours sur la teste , & quand on le mettoit sur

le bras, l'extremité d'enhaut qui fervoit à couvrir la teste, se mettoit toujours en dehors ; comme le portoient les Chanoines Reguliers de saint Remy de Rheims, ainsi qu'on le peut voir dans la figure qu'en a donnée au public le R. P. du

Moulinet Chanoine Regulier de sainte Genevieve de Paris » en 1666.

Nous avons gardé long-tems à saint Jean l'usage de porter l’Aumuce sur le bras dans la maison, même pendant l’hiver; » car on ne prenoit le Camail que le soir après Vespres, comme » nous avons dit ci-dessus. Le changement du contraire ne s'est

fait qu'en 1676. aujourd'hui pendant l'esté, nous portons

l’Aunuce sur le bras gauche, non seulement au Chour , mais » encore par tout dans la maison , tant la nuit que le jour.

L’Aumuce que nous portons est noire au dehors , & blanche en dedans', c'est-à-dire , qu'elle est faite de » gneaux de Lombardie de couleur noire au-dehors , & fourrée » de

de peaux d'agneaux blancs en dedans. Nos Novices la portent » encore noire, mais d'étoffe fourrée de peaux d'agneaux blancs

en dedans, & ils la mettent sur la teste à l'Eglise & ailleurs. Il » semble

que les Aumuces noires soient celles qui aïent elté le » plus en vogue dans l'antiquité, & dont l'usage a estéplus uni

versellement reçu , mesme dans les Cathedrales , c'est ce que

patte d'a

« PreviousContinue »