Page images
PDF
EPUB

CHANOI ŅEs ReguLIERS DE S.ELOY, ET DE S. Aus BERT,

CHAPITRE X I.

ز

Des. Chanoines Reguliers du Mont Saint-Eloy d'Arras, est

de saint Aubert de Cambray. LA

E Mont Saint-Eloy, qui est une fameuse Abbaïe ftuée près d'Arras, a esté ainsi appellé à cause que

saint Eloy, suivant l'ancienne tradition, s'y retiroit quelquefois lorsqu'il fe separoit du monde pour vaquer plus librement aux exercices de l'Oraison & de la contemplation.. Il y en a qui prétendent qu'il y fit bâtir une Chapelle. D'autres disent que ce fut faint Vindicien Evêque de Cambray, à cause de la dévotion qu'il portoit à saint Eloy; mais Gazet dans son Histoire Ecclesiastique des Païs-Bas rapporte ainsi cette fondation. Il dit que saint Eloy fit dresser un Oratoire sur une montagne à deux lieuës d’Arras,qui recient encore le nom de saint Eloy,& qu'il y assembla dix ou douze personnes qui y vivoient comme des Ermites. Saint Vindicien Evêque de Cambray édifié de leur conversation s'y retiroit souvent, & voulut même être enterré dans cette Eglise, qui aïant depuis esté brûlée & ravagée avec tout le Païs par les Normans , environ l'an 880. fut abandonnée ; enforte que ce lieu devint un desert plein d'épines & de ronces , dont la fepulture de saint Vindicien fut couverte. Elle demeura inconnuë jusqu'à ce que Dieu l'eût miraculeusement découverte du tems de l'Evêque Fulbert l'un de ses succesfeurs, qui y fit bâtir une nouvelle" Eglise qu'il consacra en l'honneur des Apôtres saint Pierre & saint Paul, ażant esté allisté

par les liberalités del’Empereur, Othon fon parent. Et au lieu des Ermites qui y étoient par le passé, il y mit huit Chanoines feculiers qui y demeurerent jusqu'en l'an 1066. ou environ, que faint Lietbert aufli Evêque de Cambray, vožant qu'ils s'acquittoient mal de leur devoir, les en fit sortir, & substitua en leur place des Chanoines qui vivoient en com-mun , ausquels il donna pour premier Abbé Jean Robert le: Frison Comte de Flandres augmenta la Fondation de cette : Eglise, comme avoient fait l'Evêque Fulbert & les Seigneurs. de Coussy. L'Abbé Jean gouverna cet Abbaïe pendant quarante-ans , & l'an 1219. Richard de Sally l'un de ses luca

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

!

NES REGU
LIERS DE

BERT

[ocr errors][ocr errors]

sesseurs fit bâtir l'Eglise en l'état qu'on la voit présente-CHANOR?
ment.
Ce Monastere devint comme un Seminaire de saints Evê_ S.Eloy,

DE S. Au-
ques:& de grands Hommes. Hugues, troisiéme Abbé, allista
au Concile de Latran tenu sous le Pape Innocent II. Radul-
phe son successeur aslista à celui de Tours sous le Pape Alexan-
dre III. Jean II. obtine du Pape Lucius III, la permission de
pouvoir porter la mitre & les autres ornements Pontificaux, &
fut pourvû par le Pape Urbain III. d'un Evêché en Orient.
Etienne de Firmomont seiziéme Abbé affifta au Concile
de Lyon , & ne voulur point accepter l'Evêché d'Arras
qu'on lui offrit. Le Pape Adrien FV. fut élevé pendant
la jeunesse dans cette Abbaïe , d'où sont fortis Jean Evê-
que

de Teroüenne, Ursion de Verdun, Gerard de Tournay , Guillaume de Viaison, & Pierre de Colmieu Cardinal, de Rouen. Elle avoit des Conftitutions particulieres qui fu-rent reçuës par plusieurs autres Communautés de Chanoines reguliers des Païs-Bas, & en France par ceux de saint Jean des Jumeaux. Ils sont habillés de violet, & ont un rochet pardessus leur foutane : au caur ils mettent une aumuce noire sous le bras pendant l'été, & la chappe noire pendant l'hyver: avec un grand Camail. Ley Novices de cette Abbaïe portent encore la robe de peaux, qui étoit autrefois commune à tous les Chanoines, & s'appelloit Pelliceum , d'où vient le nom Superspelliceum surplis, comme remarque le Pere du Mouliner.

La même année 1066. que saint Lietbert mit des Chanoines) vivant en commun & dans une enciere desapropriation , au: Mont saint-Eloy, il en-mic aussi dans l’Abbaïe de saint Aubert, située à Cambray, dont il osta les Chanoines qui ne voulurent point renoncer à la proprieté & vivre en commun : il. donna à ces nouveaux Chanoines Bernard

pour premier
Abbé, & ses Successeurs deyoient estre élus & tirés du corps.
du chapitre auquel il donna pouvoir de conferer les Prében-
des. Hy a de l'apparence que ces Chanoines ayoient les mê.
mes constitucions que ceux de saint: Eloy, puisqu'ils estoiena.
aufli habillés de violet &avoient le même Fondateur.

Sanmarth. Gall. Christian. du Mouliner , Hab. des Chanoin..
Regul. & Gazet, Hift. Ecclef. des Païs-bas..

[ocr errors]

CHANOI. NBS ReguLIBRS DE S. MAURI, CE D'Ą. GAUNA.

CHAPIT R E

XII.
Des Chanoines Reguliers de Saint Maurice d' Agaune.

'ABBAY E de saint Maurice en Wallais,au Diocese de Sion
LA
en Suisse , est très-illustre & très-ancienne. Le corps

de faint Maurice , qui y repose avec ses Compagnons, lui a fait donner le nom de ce faint Martyr, & on la nomme aussi d'Agaune à cause qu'elle est située dans un Bourg qui porte ce nom. Sigismond Roi de Bourgogne , fur le Fondateur de cette Abbaie , ou plutôt il n'en fut que le restaurateur ; car il y avoit déjà une Eglise dediée en l'honneur de saint Maurice , qui avoit esté bâtie vers la fin du cinquiéme siécle s & même il y auroit eu un Monastere, si l'on pouvoit ajoûter foi à la vie de faint Severin, qui en a esté Abbé, laquelle a esté écrite par Fauste , où il est remarqué que le grand Clovis aïant elté malade pendant deux ans, & sa maladie aïant commencé dès la vingt-cinquiéme année de son regne, il ne fut gueri que par les prieres de saint Severin, que l'on fit venir d'Agaụne à Paris. Mais le docte Pere Dom Mabillon fait remarquer que cela ne peut-être ; puisque selon le cémoignage de Gregoire de Tours, ce Prince

regna trente-ans, & mourut la cinquiéme année d'après la L'an.514. bataille de Vovillé, qui n'arriva que dans la vingt-cinquiéme

de son regne. Après cette bataille , où les troupes de Clovis

remporterent la victoire sur celles d’Alaric, Roi des Visigoths L'an 507. qui y fue tué par Clovis ; ce Prince profitant de sa victoire,

fit plufieurs actions qui n'estoient point d'un homme malade.
Il passa l'hiver suivant à Bordeaux, dont il s'estoit emparé.
AuPrintems il prit Toulouse, où estoient les tresors d’Alaric.
Il vint ensuite assieger

Angoulême. Delà il alla à Tours où aïánt reçu la robe Consulaire & les ornemens Imperiaux, que lui avoit envoïés l'Empereur Anastase , il s'en revêtit dans l'Eglise de faint Martin. Apeine fut-il de retour à Paris, qu'aïant appris la mort de Sigebert Roi de Cologne , il alla pour s'emparer de ce Roïaume. Il songea ensuite à se rendre maître de celui de Cambray, dont Ragnacaire estoit en possesfion. Toutes ces actions ne conviennent point à une personne qui est retenuë au lit à Paris par une fievre qui le mine, & le

« PreviousContinue »