Page images
PDF
EPUB

DES CHA. NOINESSES

RES.

Mabill.

ned Tom. 2.

Ibid.

cile de Rome où presidoit le Pape Nicolas II. l'an 1060. ce qui ORIGINE n'avoie jamais elté permis à aucunes Religieuses depuis le tems des Apoftres julqu'à Loäis le Debonnaire qui avoit fait Regulieassembler ce Concile d'Aix la Chapelle.

Le Concile de Rome reconnoist que jusqu'à cette année Annal. Be1060. l’Insticut de ces fortes de Chanoinesses n'avoit esté

reçu

pag. 430, dans aucun endroit de l’Afie, de l'Afrique & de l'Europe s finon dans un petit coin de l'Allemagne, & dit qu'il estoit certain qu'avant cet Empereur, toutes les Religieuses, en quelqu'endroit qu'elles fussent, n'avoient point eu d'autre Regle que celle de saint Benoist. Il y a eu toûjours cependant des Religieuses en Asie qui ont fuivi la Regle de faint Basile. Il y en avoit mesme en Occident du tems de ce Cons cile, il y en a eu aufli qui ont suivi d'autres Regles ; mais il est vrai que les Monasteres qui faisoient profeffion de la Rea gle de faint Benoist estoient en plus grand nombre , & apparemment que le Concile prit la plus grande partie des Monasteres pour le tour parce qu'en effet dans quelques Provinces d'Italie, il n'y avoit que des Religieuses Benedictines, & le Concile qui s'estoit tenu à Pavie l'an 855. sous l'Empereur Loüis fils de Luthaire, n'admit que deux Regles, l'une de faint Benoist pour les Moines & Moinesses, & l'autre des Caz nons pour les Chanoines , & ne parla point des Chanoinesses, quoiqu'il yén euft pour lors...!

Penor pretend faire remonter l'antiquité de ces Chanoinesfes jusqu'au tems de la primitive Eglise, aussi-bien que

celle des Chanoines Regaliers, & dit : que dès ce tems-lå , ou au moins du tems de faint Augustin ; les uns & les autres estoient diftingués des Moines par leurs habits blancs) & apporte pour garent de ce qu'il avance la Regle de ce Saint, qui ordonne à fes Religieuses de faire laver leurs habits par des Foulons, ou de les laver elles-iesmes. Mais cette preuve n'est pas convaincante;car outre que l'on porte aux Foulons toutes sortes de draps,de quelque couleur qu'ils soient, pour les laver & les rendre plus fermes & plus unis ; & que nous voïons encore aujourd'huy desChan.Reg.& des Chanoinesses Reg.habillées de differentes couleurs ; c'est que les Actes du mesme Concile d'Aix la Chapelle de l'an 816. marquent précisément que les Can. Tõi habits des Chanoinesses estoient noirs. Les Benedictines des Abbajes de faint Pierre de Rheims', de Montmartre près

REGULIEREs.

ORIGINE Paris , de Xaintes, de la Trinité de Caën,& quelques autres, NOINESSES, auroient pû à plus juste titre se qualifier Chanoinesses , fi on

avoit égard à la couleur & à la forme des habits ; car elles ont porté des habits blancs avec des surplis jusqu'à ce qu'elles aïent esté reformées vers le commencement du dernier fiécle. Celles de Rheims assistoient mesme aux Processions avec les Chanoines de la Cathedrale , les Chanoines formant un rang & les Religieuses un autre , & sans rapporter un grand nombre de Religieuses Benedictines qui ont porté des habits blancs, & mesme des habits noirs avec des surplis. Il y a encore l'Ordre de Font-Evraud, où les Religieules sont habillées de blanc avec des surplis ou des rochets, & dans les Congregations du Mont-Olivet, du Mont-Vierge, & des Camaldules, quoi qu'ausli sous la Regle de saint Benoift,les Religieux sont néanmoins habillés de blanc.

Il paroit donc par ce que nous avons dit , qu'on ne doit mettre l'establissement des Chanoinefles qu'à la fin du huitiéme siécle, ou au commencement du neuviéme, & quoique les Chanoines aïent pris le nom de Reguliers & la qualité d'enfans de faint Augustin vers la fin du onziéme liécle', lorsqu'on les eut oblige à la delappropriation, il paroist néanmoins que ce n'est que vers le milieu du douziéme siécle que les Chanoinesses furent soumises à la Regle de ce S. Docteur de l'Eglise , puisque le deuxiéme Concile de Latran cenu

fous le Pape Innocent II: l'an 1139. défend aux Religieuses de Can. 16. demeurer dans des maisons separées, sous pretexte d'hospita

lité, comme estant contraire aux Regles de faint Bafile, de faint Benoist & de faint Augustin,& le Concile deRheims louis le Pape Eugene III. l'an 1148i oblige les Chanoinelles qui vivent lous la Regle de faint Augustin de renoncer à toute proprieté. C'est à l'occafion de ces deux Conciles que le P.Thomaslin dit,qu'il se peut faire que c'eftoient les mesmes Chanoinesses du Concile d'Aix la Chapelle, dont les dereglemens fcandaleux obligerent enfin les Papes & les Conciles de leur prescrire une reformation qui en fit des Chanoinesses Régulieres, & les obligeât à la désappropriation.

Comme dans le mesme teins il le forma des Congregations de Chanoines Reguliers, qui pour le maintenir dans l'obser, vance, dresserent des Reglemens & des Constitutions ; il y a de l'apparence que quelques Chanoiuelles se loumirenta kelią

la pluspart

direction,& embrasserent les mêmes Reglemens.LesChanoines ORIGINE de la Congregation de Latran s'estoient imposé une loi de ne NOINESSES se point ingerer dans le gouvernement des Religieuses, & de REGULIEn'en point prendre la conduite;ils ne purent néanmoins refilter aux sollicitations des Souverains Pontifes & des Seigneurs qui fonderent des Monasteres de Chanoinesses. Il y en a environ trente qui font soumis à des Abbés de cetteCongregation,dont

sont considerables. Dans celui de sainte Marie de l'Etoile à Spolette, il y a ordinairement cent Religieuses. Le corps

de la B. Marine s'est conservé sans corruption dans le Monastere de saint Matthieu de la mesme ville. Le corps de la Bienheureuse Euphrosine est en veneration à Vicenze dans un Monastere de Chanoinesses, La Mere Baptiste Venace Religieuse Professe de celui de sainte Marie des Graces, a donné au public plusieurs ouvrages de piecé qui font renfermés en quatre volymes imprimés à Venise & à Verone. Il y avoit autrefois un plus grand nombre de ces Monasteres qui dés pendoient de cette Congregation, & que les Chanoines Reguliers ont abandonnés, comme celui du S. Esprit à Rome, qui est maintenant sous la protection des Rois de France. Il eltoit soumis à l'Abbé de Nostre-Dame de la Paix de la mefme ville , qui en remit la direction au Cardinal Vicaire l'an 1606. Ces Chanoinesses de Latran sonç habillées de serge blanche avec un rochier de toile par dessus leur robe , & elles mettent encore un surplis par dessus le rochet , quand elles aslistent au Cheur. La Congregation de Windeseim en Flandres a aussi plusieurs Monalteres de Chanoinesses qui Ignt habillées de mesme. Il y en a aussi en France qui ne font d'aucune Congregation, comme celles de saint Estienne de Rheims, de Nòtre-Dame de la Victoire à Picpus prés Paris , de Sainte Perine de la Vilette, & en plusieurs autres lieux, qui ont le mesme habillement que celui des Chanoinefles de Lacran , aussi-bien

que celles d'Espagne, &s'il y a quelque difference,ce n'est que dans les manches de la robe & du rochet , qui sont ou plus larges ou plus estroites , & la pluspart de ces Chanoinefles portent ausli dans les Ceremonies & au Chæur pendant l’Hyver, un grand manteau noir. En Languedoc & en Guienne, il y a des Chanoinesses qui sont babillées de noir avec une bande ou banderole de toile blanche large de quatre doigts qu'elles mettent en écharpe , ou ban

REGULIE-
RES.

ORIGINE doüilliere, ce qui leur sert aussi d'habillement de Cheur; NOINESSES mais il y en a quelques-unes qui mettent encore des surplis

par dessus lorsqu'elles y vont. Enfin il y en a beaucoup d'autres qui ont des habillemens differens , nous parlerons d'elles en traitant des Congregations ausquelles elles sont soumises ou ausquelles elles ont quelque rapport

. On n'est pas surpris de voir ces Chanoinesses en rocher & en surplis, & mesme avec une bande ou banderole de toile; puisque, comme nous avons dit , en parlant des Chanoines Reguliers, ces rochets , surplis & bandes , estoient dans leur origine, & avant qu'on les eust accourcis & étraicis, une aube qui estoit commune à toutes sortes de personnes de l'un & de l'autre sexe, mesme aux Laïques ; mais on est surpris de voir que quelques Chanoinesses aient pris des aumuces , puisqu'il n'y avoit autrefois que les hommes qui s'en servoient pour couvrir leurs testes ; & que les Religieuses des voiles pour cet usage. A la veritě ces fortes de Chanoinesses avec des aumuces sont rares. Les Religieuses Premontrées en portent en quelques Provinces , & on ne trouve que les Chanoinesses de Chailloc prés Paris ( parni celles qui se dit sent purement & simplement Chanoinesses,) qui les aient imitées, à la difference que les aumuces des Religieuses Premontrées sont blanches , & que celles des Chanoinesses de Chaillot font noires, mouchetées de blanc. Elles s'establirent d'abord à Nanterre en 1647. Ce furent des Religieuses de faine Eftienne de Rheims, d'où sont aulli sorties celles de Picpus,qui firent cet establissement ; mais les guerres civiles estant survenuës

peu de tems après, cette Communauté naissante fue obligée de s'approcher plus près de Paris , & vint demeurer à Chaillot, qui est regardé comme un des fauxbourgs de cette grande ville , & qu'on appelle en effet le fauxbourg de la Conference.

[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »