Page images
PDF
EPUB

;

NES REGU
LIERS DE

Basle, qui durerent quelques années , & qui lui donnerent d'au- CHANOItres occupations.

Une autre sedition des Romains , qui follicités par le Duc LATRAN EN de Milan, vouloient se faisir de la personne , l'obligea de fonger plutoft à sa sureté qu'à la reforme de l'Eglise de La tran. Il eut mesme de la peine à gagner l'embouchure du Tibre

pour s'embarquer à Ostie sur une Galere,d'où il vint premierement à Pise , & ensuite à Florence, où il fut honorablement reçu, lorfque les Romains pilloient les biens, & emprisonnoient son neveu le Cardinal Gondelmaire. .. Enfin l'an 1442. après qu'il eut heureusement terminé le Concile de Florence, où assisterent Jean Paleologue Empereur de Constantinople , son frere Demetrius & le Patriarche de la mesme Ville, avec plusieurs Evesques Grecs, qui se réunirent à l'Eglise Romaine, aussi bien que les Armeniens & plusieurs autres Schismatiques ; estant encore à Florence , il ordonna aux Chanoines Frifonaires, qui tenoient pour lors leur Chapitre General à Ferrare, d'envoïer à Rome trente-deux de leurs Religieux pour reformer l'Eglise de Latran. Ils n'en envoïerent que cinq qui logerent d'abord dans le Palais contigu à cette Eglise , & lorsqu'ils se disposoient à bâtir un Monastere, ils tomberent tous malades; il y en eut mesme qui moururent, ce qui fit abandonner aux autres cette entreprise pour retourner dans les Couvents de leur Congregation.

Le Pape cependant persistant dans Ion dessein, envoïa lannée suivante des Lettres adressées à leur Chapitre General , datées de Sienne où il estoit pour lors, par lesquelles il commandoit aux Superieurs d'envoïer à Rome trente Chanoines avec un Prieur. Ils obéïrent à cet ordre , & furent encore reçus dans le mesme Palais de Latran, jusqu'à ce que le Monastere fult achevé. Mais les Chanoines Seculiers qui desservoient cette Eglise, & qui n'estoient qu'au nombre de douze, profitant de l'absence du Pape & de la Feste du S. Sacrement, auquel jour on fait une procession solemnelle, qui attire à Rome tous les païsans des environs , prirent avec eux une troupe de ces païsans,& quelques-uns des plus mal intentionnés d’entre le peuple attaquerent les Religieux dans le Palais de Latran , lorsqu'ils y pensoient le moins , & qu'ils rendoient graces à Dieu à l'issuë de leur dîner ; & aïant rompu les portes, ils en contraignirent quelques-uns de se jetter en bas par les fenestres ; ils en prirent

NIS RFGU-
L!RS DE

!

CHA NOI d'autres, à qui ils firent mille outrages, donnerent tous leurs

meubles à cette canaille pour les emporter, & il y en auroit eu IATRAN EN mesme quelques-uns de tués, sans les Conservateurs du Peu

ple Romain, qui eftant accourus à leur secours , les tirerent
de leurs mains & les conduisirent au Vatican, où ils resterent
jusqu'à ce que le tumulte fuft appaisé,& qu'ils pussent en sureté
retourner dans leurs Couvents.

Cette nouvelle aïant esté portée au Pape qui estoit encore à
Sienne, il en fut fort irrité. Îl attendit à son retour pour punir
les coupables,il avança mesme son voïage pour ce sujet;& eltane
arrivé à Rome sur la fin du mois de Septembre 1443. il or-
donna pour la troisiéme fois à ces Religieux de renvoïer à
Rome trente Chanoines avec un Prieur. Ils furent fâchés de
cet ordre ; ils s'imaginoient que le Pape , après tant de difficul-
rés , fe desisteroit peut-estre de fon dessein: Neanmoins pour
obéir à Sa Sainteré, l'année suivante dans leur Chapitre Ge-
neral qu'ils avoient accoûtumé de tenir tous les ans , ils com-
poserent une famille de trente Religieux qu'ils destinerene
pour S. Jean de Latran , ausquels ils donnerent pour Prieur
D. Nicolas de Boulogne , & qui devoient se mettre en che-
min au premier ordre qu'ils recevroient du Pape , auquel ce-
pendant ils envoïerent le Prieur seulement avec deux Religieux,
pour lui faire d'humbles remontrances sur l'impuissance où ils
estoient de pouvoir surmonter toutes les difficultés qui se ren-
contreroient dans l'execution du deffein qu'il avoit pris, &
dont ils le supplioient de vouloir bien se desister.

Le Pape reçut tres-mal ces remonstrances, & fut plus d'un mois sans les vouloir admettre à son Audience. Cependant aïant elté flechi par le moïen de leurs amis qui avoient parlé en leur faveur, il les fit venir & leur téinoigna beaucoup de tendresse, lorsqu'il apprit que la famille de Latran avoit esté designée dans leur Chapitre, & qu'il n'y avoit que le danger où ils avoient esté exposés l'année precedente, qui les aïant intimidés, les avoient empesché de venir.

Dans cet interval les Chanoines Seculiers tâchoient sous main de foulever le Peuple, en lui faisant accroire que ce Pontife vouloit chasser les Romains de saint Jean de Latran, pour introduire en leur place des Etrangers, qui n'avoient autre dessein que d'emporter les testes des saints A postres qu’on conserve dans cette Église. Le Pape en aïant eu connoissance;

[ocr errors]

les fit venir en la presence, emploïa toutes les vores de dou- CHANOIA ceur pour pacifier ces esprits qui estoient si fort animés contre Nes RiGules Chanoines Reguliers, & voïant que les caresses & les pro- LATRANIN messes qu'il leur faisoit, étoient inutiles, il afsembla les Car- Italie. dinaux dans un Consistoire , ausquels il proposa le dessein qu'il avoit de reformer l'Eglise de S. Jean de Latran,en y mettant des Chanoines Reguliers à la place des Seculiers, qui s'acquittoient mal de leur devoir. Il y en eut quelques-uns qui ne furent pas de cet avis ; mais la plus grande partie approuva le zele du Pape, & consentit qu'il nommast deux Cardinaux pour faire la vilite de cette Eglise , qui furent Thomas Evesque de Boulogne,qui lui succeda fous le nom de Nicolas V.& Pierre Barbo Venitien, qui succeda à Pie II. fous le nom de Paul II.

Ces Cardinaux aïant trouvé parmi ces Chanoines Seculiers plus de desordre qu'on ne s'estoit imaginé, les crurent tout-à fait indignes d'occuper cette Eglise qui est la mere de toutes les autres; & ces Chanoines ne pouvant rien avancer pour leur justification lorsqu'ils furent en presence du Pape , ils se demirent volontairement entre ses mains de tous leurs benefices. Sa Sainteté fit en mesme tems expedier une Bulle, par laquelle elle accordoit aux Chanoines Reguliers la Basilique de saint Jean de Latran, avec tous les Canonicats, les Benefices, les Chapelles, les biens & les droits temporels & spirituels qui en dependoient. Il créa par la mesme Bulle qui est du mois de Janvier 14.45.tous les Chanoines de la Congregation Frigdionienne ou de sainte Marie de Frisonaire, Chanoines de S. Sauveur de Latran, voulant que dans la suite ils en prissent le nom. L'année suivante il leur en accorda une autre, par laquelle, en leur confirmant le titre de Chanoines de S. Sauveur de Latran il les declaroit originaires de cette Eglise, en consequence de leurs anciens titres & privileges qu'il avoit fait examiner.

Les Chanoines Reguliers ne furent pas long-tems paisibles possesseurs de cette Eglife; car deux ans après le Pape Eugene estant decedé, les Chanoines Seculiers voulant profiter de la vacance du S. Siege , se liguerent ensemble pour les en chalser. Les Cardinaux qui craignoient les suites que pouvoit avoir cette affaire pendant le Conclave , les appaiferent en leur promettant qu'ils y seroient restablis immediatement après qu'ils auroient donné un Chef à l'Eglise. Ce fut Nicolas V.fur qui tomba l’élection l’an 1447• qui à la sollicitation des Cardi

NES Rrgu.
LIERS DE
ITALIE

CHAVOC mux, les remit en possession de cette Eglise conjointement avec

les Reguliers ; à condition neanmoins qu'ils ne se melleroient Latrax en point dans les affaires de ceux-cy, & n'assisteroient point au

Clæur avec eux; mais il estoit impossible que des esprits qui estoient si fort aigris les uns contre les autres , pussent vivre long-tems en bonne intelligence & dans une parfaite union, Les differens qu'ils avoient toujours ensemble, obligerent ce L'ape à donner d'autres Benefices aux Chanoines Seculiers , il y en eut mesme quelques-uns qui furent faits Evesques, & il n'en resta qu’unavec

quatre Beneficiers pour la garde des reliques, ausquels on assigna un revenu annuel.

"Les choles ne demeurerent pas long-tems en cet estat; car Nicolas V. estant mort en 1455. & Alphonse Borgia Espagnol de Nation, lui aïant succedé sous le nom de Calixte III. comme'il estoit estranger , il voulut d'abord s'attirer l'amitié des Romains, en renvoïant les Chanoines Reguliers dans leurs Monasteres, il restablir les Chanoines Seculiers, & calla tout ce qu'Eugene IV.avoit fait.

Il sembloit après tant de revolutions qui estoient arrivées à ces Chanoines Reguliers, qu'ils ne devoient plus penser à rentrer dans la possellion de cette Eglise: neanmoins l'an 1464 leurs esperances se renouvellerent , lorsqu'ils virent quaprès la mort de Pie II. qui avoit succedé à Calixte II I. les Cardinaux avoient choisi Pierre Barbo pour Souverain Pontife , qui prit le nom de Paul II. En effet, comme il avoit esté l'un des Commissaires nommés par Eugene IV. pour faire la Visite de l’Eglise de Latran , & qu'il avoit esté témoin de la negligence des Chanoines Seculiers pour le Service Divin, il rendit au commencement de son Pontificat cette Eglise aux Chanoines Reguliers, ordonnant à leur General d'envoïer trente Religieux à Rome, qui y eltant arrivés , & croïant apparemment qu'ils ne devoient plus fortir de l'Eglise de Latran , voulurent que tout Rome fult temoin de leur prise de poffeilion ; car ils y furent en procession, accompagnés des principaux Officiers du Pape, & suivis d'une grande foule de Peuple, qui fut aussi témoin de leur sortie sept ans après, lorsqu'ils y furent contraints par la violence des Chanoines Seculiers , qui l'an 1471. immediatement après le decès de Paul II. estant entrés par. force dans leur Monastere avec un grand nombre de gens Armés, les en challerent pour la derniere fois, pülerent towi

« PreviousContinue »