Page images
PDF
EPUB

les fit venir en la presence, emploïa toutes les vores de dou- CHANOIA ceur pour pacifier ces esprits qui estoient si fort animés contre Nes RiGules Chanoines Reguliers, & voïant que les caresses & les pro- LATRANIN messes qu'il leur faisoit, étoient inutiles, il afsembla les Car- Italie. dinaux dans un Consistoire , ausquels il proposa le dessein qu'il avoit de reformer l'Eglise de S. Jean de Latran,en y mettant des Chanoines Reguliers à la place des Seculiers, qui s'acquittoient mal de leur devoir. Il y en eut quelques-uns qui ne furent pas de cet avis ; mais la plus grande partie approuva le zele du Pape, & consentit qu'il nommast deux Cardinaux pour faire la vilite de cette Eglise , qui furent Thomas Evesque de Boulogne,qui lui succeda fous le nom de Nicolas V.& Pierre Barbo Venitien, qui succeda à Pie II. fous le nom de Paul II.

Ces Cardinaux aïant trouvé parmi ces Chanoines Seculiers plus de desordre qu'on ne s'estoit imaginé, les crurent tout-à fait indignes d'occuper cette Eglise qui est la mere de toutes les autres; & ces Chanoines ne pouvant rien avancer pour leur justification lorsqu'ils furent en presence du Pape , ils se demirent volontairement entre ses mains de tous leurs benefices. Sa Sainteté fit en mesme tems expedier une Bulle, par laquelle elle accordoit aux Chanoines Reguliers la Basilique de saint Jean de Latran, avec tous les Canonicats, les Benefices, les Chapelles, les biens & les droits temporels & spirituels qui en dependoient. Il créa par la mesme Bulle qui est du mois de Janvier 14.45.tous les Chanoines de la Congregation Frigdionienne ou de sainte Marie de Frisonaire, Chanoines de S. Sauveur de Latran, voulant que dans la suite ils en prissent le nom. L'année suivante il leur en accorda une autre, par laquelle, en leur confirmant le titre de Chanoines de S. Sauveur de Latran il les declaroit originaires de cette Eglise, en consequence de leurs anciens titres & privileges qu'il avoit fait examiner.

Les Chanoines Reguliers ne furent pas long-tems paisibles possesseurs de cette Eglife; car deux ans après le Pape Eugene estant decedé, les Chanoines Seculiers voulant profiter de la vacance du S. Siege , se liguerent ensemble pour les en chalser. Les Cardinaux qui craignoient les suites que pouvoit avoir cette affaire pendant le Conclave , les appaiferent en leur promettant qu'ils y seroient restablis immediatement après qu'ils auroient donné un Chef à l'Eglise. Ce fut Nicolas V.fur qui tomba l’élection l’an 1447• qui à la sollicitation des Cardi

NES Rrgu.
LIERS DE
ITALIE

CHAVOC mux, les remit en possession de cette Eglise conjointement avec

les Reguliers ; à condition neanmoins qu'ils ne se melleroient Latrax en point dans les affaires de ceux-cy, & n'assisteroient point au

Clæur avec eux; mais il estoit impossible que des esprits qui estoient si fort aigris les uns contre les autres , pussent vivre long-tems en bonne intelligence & dans une parfaite union, Les differens qu'ils avoient toujours ensemble, obligerent ce L'ape à donner d'autres Benefices aux Chanoines Seculiers , il y en eut mesme quelques-uns qui furent faits Evesques, & il n'en resta qu’unavec

quatre Beneficiers pour la garde des reliques, ausquels on assigna un revenu annuel.

"Les choles ne demeurerent pas long-tems en cet estat; car Nicolas V. estant mort en 1455. & Alphonse Borgia Espagnol de Nation, lui aïant succedé sous le nom de Calixte III. comme'il estoit estranger , il voulut d'abord s'attirer l'amitié des Romains, en renvoïant les Chanoines Reguliers dans leurs Monasteres, il restablir les Chanoines Seculiers, & calla tout ce qu'Eugene IV.avoit fait.

Il sembloit après tant de revolutions qui estoient arrivées à ces Chanoines Reguliers, qu'ils ne devoient plus penser à rentrer dans la possellion de cette Eglise: neanmoins l'an 1464 leurs esperances se renouvellerent , lorsqu'ils virent quaprès la mort de Pie II. qui avoit succedé à Calixte II I. les Cardinaux avoient choisi Pierre Barbo pour Souverain Pontife , qui prit le nom de Paul II. En effet, comme il avoit esté l'un des Commissaires nommés par Eugene IV. pour faire la Visite de l’Eglise de Latran , & qu'il avoit esté témoin de la negligence des Chanoines Seculiers pour le Service Divin, il rendit au commencement de son Pontificat cette Eglise aux Chanoines Reguliers, ordonnant à leur General d'envoïer trente Religieux à Rome, qui y eltant arrivés , & croïant apparemment qu'ils ne devoient plus fortir de l'Eglise de Latran , voulurent que tout Rome fult temoin de leur prise de poffeilion ; car ils y furent en procession, accompagnés des principaux Officiers du Pape, & suivis d'une grande foule de Peuple, qui fut aussi témoin de leur sortie sept ans après, lorsqu'ils y furent contraints par la violence des Chanoines Seculiers , qui l'an 1471. immediatement après le decès de Paul II. estant entrés par. force dans leur Monastere avec un grand nombre de gens Armés, les en challerent pour la derniere fois, pülerent towi

CHANOS

leurs meubles, & s'emparerent de tous leurs papiers.

Ils presenterent plusieurs Requêtes à Sixte IV. successeur NES RFGCde Paul II. pour avoir justice de ces violences & estre restablis I ATRAN EN dans S. Jean de Latran. Mais ce fut inutilement, car le Pape Iratie. apprehendoit lai-mesme

pour sa personne , après ce qui lui eitoit arrivé en allant prendre possession de cette mesme Eglise, qui est le Siege des Papes comme Evesques de Rome, lorsqu'il fut en danger de sa vie par les pierres dont il pensa estre accablé par quelques Romains qui estoient poursuivis par

fes Gardes à cheval, avec lesquels ils avoient pris querelle. Il se contenta seulement de leur donner une Bulle au mois de Mai 1472: par laquelle il leur confirmoit le titre de Chanoines Reguliers de S. Sauveur de Latran, avec les privileges qui leur avoient esté accordés par ses predecesseurs , lorsqu'ils eltoient en possession de cette Eglise, pretendant qu'ils en joüiroient comme s'ils estoient encore du corps de ce Chapitre. Il leur en accorda une autre en 1480. par laquelle il érigeoit en Abbaïe plusieurs Monalteres qui avoient perdu ce titre , lorsqu'ils embrasserent la Reforme dont nous avons parlé, & enfin l'an 1483. voïant toute l'Italie en paix , il fit bâtir att milieu de Rome une Eglise sous le nom de Notre-Dame de la Paix, suivant le Væu qu'il en avoir fait

. Il y fit mettre une Image de la Sainte Vierge , qui avoit rendu beaucoup de fang, aïant esté frappée de plusieurs coups de poignard par an foldat impie, qui avoit perdu son argent au jeu, & donna cette Eglise à ces Chanoines Reguliers qui y sont restés jufqu'à present. Le Cardinal Olivier Caraffe leur fit bâtir" un Monastere, & leur laissa par son testament sa Bibliotheque avec une maison de plaisance hors de Rome.

Cette Eglise de la Paix est presentement un titre de Cardinal, & Alexandre VII. l'aïant fait reparer sous fon Pontific

fit mettre sur un des costes de la façade son portrait, avec ce verset du Pseaume 71. Orietur in diebus ejus justitia & alundantia Pacis. Mais comme ce Pape ne manquoit pas d'ennemis, on fit parler Pasquin, on ajoûta un M. au commencement, & on changea le C. de Pacis en N. de sorte qu'on lisoit : Morietur in diebus ejus justitias abundantia panis.

A l'égard des Chanoines Seculiers , ils ont toûjours esté depuis ce tems-là paisibles possesseurs de la Basilique de faine Jean de Latran,qui est depuis plusieurs siécles sous la protection

cat,

ITALIE.

CHANOI de nos Rois, qui l'ont enrichie de plusieurs presens, & Henri
NESS EG- IV. surpassant ses predecesseurs, a donné l'Abbaïe de Clerac
LATäan en en Languedoc à ces Chanoines, qui, pour témoigner leur ré-

connoillance envers leur bienfacteur, luiont érigé une magni-
fique statuë de bronze qui est sous le portique de cette Eglise,
& tous les ans le 13. Decembre, feste de sainte Luce, ils font
chanter une Messe avec une superbe musique, pour le Roi &
le Roïaume de France, à laquelle l'Ambassadeur, les Cardi-
naux & les Prelats de cette faction assistent.

Les Chanoines Reguliers n'ont pas laissé ncanmoins de faire
encore quelques tentatives pour y rentrer. Penot pretend que
Pie IV. les vouloit restablir dans cette Eglise, que les Bulles
en avoient esté dressées; mais que la mort l'empescha d'exe-
cuter son dessein. Il avoit aussi érigé seize de leurs Prieurés en
Abbaïes, dont les Lettres ne purent pas estre aussi expediées
avant sa mort, & elles ne le furent que sous le Pontificat de
Pie V, son successeur. Ce fut aussi sous celui de Pie IV. l'an
1564. qu'ils gagnerent le procès qu'ils avoient avec les Moi-
nes du Mont-Callin , dont nous avons parlé dans le Chapitre
II. de cette seconde Partie ; & en reconnoissance des bien-
faits qu'ils avoient reçus de ce Pape , ils ordonnerent dans un
Chapitre General que l'on feroit tous les ans son anniversaire
dans tous les Monaiteres de la Congregation.

Ces Chanoines Reguliers avoient autrefois quarante-cinq Abbaïes, cinquante-lix Prieurés , vingt-une Prevostés & deux Archiprestrises, outre les Monasteres de Chanoinesses qui leur estoient soầmis. Ils sont Seigneurs des Illes de Tremiti dans la Mer Adriatique, & des dépendances du Royaume de Naples. Ils ont un beau Monastere avec une Eglise dediée à NotreDame, dans la principale de ces Illes , appellée Santa Maria di Tremiti. Plusieurs personnes y vont en devotion, à cause des miracles frequens qui s'y font. Il n'y a aucun Capitaine de vaisseau, qui ose passer devant sans saluer la Vierge de trois coups de canon. Cette Eglise & le Monastere ont de fort bonnes murailles & une forme de Forteresse. La seconde de ces Ines fe nomme San Domino, & la troisiéme Caprara.

Il est sorti de cette Congregation quelques Cardinaux, & elle a fourni à l'Eglise des Archevesques & des Evesques. Barthelemy Colomne qui est reconnu pour le Pere & le Reformateurfjde cette Congregation, a acquis par sa sainteté le

[ocr errors]

titre de Bienheureux, aussi bien que Leon de Caratte & Mar- CHANOCtin de Bergame, qui ont elté du nombre des Chanoines de Nes Regucette Reforme. Penot fait encore mention des Bien-heureux LATRAN EN Theodore de Plaisance, Franciscain de Casal , Blaise de Vi- ITALIE. cenze & André de Novarre: il a fait le catalogue des Escrivains de cette Congregation, dont on pourroit retrancher S. Leon I. Pape, S. Prosper d'Aquitaine, & quelques-autres qu'il y a inserés, comme aïant esté Chanoines Reguliers de cette Congregation,à ce qu'il pretend.

Mais si elle a eu l'avantage d'avoir produir un grand nombre de personnes illustres par leur science & par leur pieté, elle a eu aussi le chagrin d'avoir nourridans son sein un des plus grands ennemis de l'Eglise, Pierre Vermili plus connu sous le nom de Martyr qu'il avoit pris. Il excelloit en esprit & en science, & avoit une éloquence naturelle , qui le fit considerer comme le plus grand Predicateur de son tems en Italie. Il fut fait Visiteur General de fon Ordre en 1554. & ensuite Prieur de Luques. Quelque tems après, la lecture des livres de Zuingle & de Bucer, commença à le pervertir', & s'estant tout à-fait jecté dans le sentiment des Protestans, il pervertit aussi quatre Religieux de la Congregation, sçavoir Emmanuël Tremel Ferrarois, Celfe Martingo, & Paul Lascio, tous trois Professeurs, le premier en langue Hebraïque, le second en langue Grecque, le troisiéme en langue Latine ; & le quatriéme fut Jerôme Lancius de Bergame, qui le suivirent dans son Apoftasie; auss-bien que Bernard Ochin Vicaire General des Capucins, qui fut aussi perverti par cet impie.

Ferrante Palavicini estoit de la mesme Congregation, & est recommandable dans l'Histoire, par ses escrits & par la fin tragique. Il publia diverses pieces contre le S. Siege & la Maison des Barberins, en faveur d'Odoart Farnese Duc de Parme son Souverain , qui estoit en guerre avec le Pape Urbain VIII. ce qui fit que ce Pontife mit sa teste à trois mille ducats. Il fut trahi

par le fils d'un Libraire de Paris, qui se disoit de ses amis, & qui au lieu de le conduire à Orange où il vouloit se retirer, le fit passer sur le Pont de Sorgues dans le Comté Venaissin , pour le faire tomber entre les mains des Officiers de justice du Pape , qui le conduisirent à Avignon, où on lui trancha la teste après quatorze mois de prison Pan 1644. n’estant que dans la : 'vingt-neuviéme année de son âge. Celui qui l'avoit trahi, reçut Tome II.

F

« PreviousContinue »