Page images
PDF

[ocr errors]

mes, d'où ils ne le prennent que lorsqu'il s'agit de faire quelque

, o# fonction particuliere. Cet habillement n'estoit pas seulement · NoiN RE- pour les Ecclesiastiques, il estoit encore commun aux Laïques o pour couvrir leur teste, & l'on trouve dans un Registre de la Chambre des Comptes de Paris , un article de trente· six sols pour avoir fait fourer l'aumuce du Roy. Il semble · mesme que les pauvres gens aïent ramené en France depuis quelques années, la coûtume de porter ces sortes d'aumuces, la plûpart portant comme des especes de perruques de peaux

de moutons ou d'agneaux qu'on nomme moutonnes. Ce fut peu d'années aprés le quatriéme Concile de Latran, que quelques Chanoines quitterent la chape, & ne retinrent ue l'aumuce avec l'aube qui descendoit jusqu'aux talons; & c'est ainsi que les Chanoines Reguliers de S. Pierre de Macon Jacob. Se- sont re § en habit d'Eglise dans un ancien tableau con-\ # servé † le Tresor de ce hapitre ) & qui fait mention de # la Dedicace de cette Eglise, qui fut faite l'an 1245 par le Pape Innocent IV en presence de douze Cardinaux , deux Patriarches, sept Evesques & plusieurs Abbés, du Roy saint Loüis , de la Reine Blanche † mere , & de plusieurs autres Princes & Seigneurs. Et la Couronne que ces Chanoines portoient pour lors, estoit semblable à celle que portent presente

ment les Religieux Minimes.

Ceux qui conserverent la † & l'aumuce ne portoient † apparemment des aumuces de peaux, mais seulement de erge ou de drap pour une plusgrande commodité pendant les Louvet, chaleurs; car Eudes Evêque de F rescati Legat du même InnoA§, cent IV. aïant prescrit l'année suivante 1246. des Regles allX de Beau- Freres & sœurs de l'Hôpital ou Hostel-Dieu de Beauvais, orZ/4/J• donna que les habits des Freres ( qui se disoient Chanoines Reguliers) ne pouroient estre teints , excepté les chapes du Chœur & les aumuces de serge, dont les Prestres se servoient à l'Eglise. Il y avoit cependant des païs où l'on ne portoit que les aumuces en hyver, comme il # marqué par l'acte de la #obino, fondation du Chapitre de Lamballe faite l'an 1435 par Jean oo ooo Duc de Bretagne, Comte de Montfort & de Richemont, qui

[ocr errors]
[ocr errors]

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

o# tous tissus de laine, & aïant quatre especes de cornes qui pt§o Rr roissoient neanmoins fort peu au dessus, & ceux qui sont de o carte couverte d'estoffe & tout quarrés dont on se sert au

jourd'hui, sont d'une invention † moderne. Il est croïable que les Chanoines Reguliers ne s'enservoient † encore en 1339. puisque le Pape Benoist XII. dans ses onstitutions pour la reforme de cet Ordre, n'en fait aucune mention , & ordonne qu'ils porteront des capuchons & des aumuces pour couvrir leurs testes. Les aumuces estoient pour la maison, & ils les devoient porterà l'Eglise, au Cloistre, au Chapitre, au Refectoire & au Dortoir, & ne point se servir de capuces ou capuchons dans ces lieux 3 mais ils les pouvoient oll # porter ailleurs : Infra Ecclesias , Claustrum, Capitulum , Refec# torium ac Dormitorium non capuciis , sed almutiis honestis utanxii 3.4o tur. Caputia vcro si ea per ipsos extra loca predicta deferri contigerit : sint honesta. Il n'y a pas long-tems qu'ils ont introduit parmi eux l'usage du chapeau & du manteau : ce qui leur estoit deffendu par les Constitutions que le Cardinal de la Rochefoucaut dressa en 1623. pour les Chanoines Reguliers de France, qui furent imprimées à Paris la mesme année ; car il leur Dc Vert ordonna de porter en tout tems la chape,allant par la Ville.

§ ' Nous finirons ce qui regarde l'origine des Chanoines Regudoso , liers par une reflexion que fait Dom de Vert sur l'abandon#** nement de la chape à l'égard des Clercs, & de la coule ou froc par rapport à certains Moines, & qui peut regarder les Chanoines Reguliers en particulier 5 c'est que ce changement leur a entierement transformé l'exterieur aux uns & aux autres : car de-là, le rabat de toile fine & empesée, les longs cheveux frisés & poudrés, & au defaut de cheveux naturels, la perruque, la calotte de maroquin, le chapeau de castor, les manchettes, des boutons à la robe, la ceinture de soye , &c.. tous ornemens inutiles ou ajustemens superflus à ceux qui ont conservé la chape ou la coule. C'est en cet équipage qu'on voit quelques Chanoines Reguliers, & mesme quelques-uns qui n'ont pris ce titre que depuis vingt-cinq ou trente ans, qui estoient auparavant vestus comme des Moines. A la verité quelques-uns n'ont pas encore pris le rabat empesé, mais cela viendra dans la suite. Pour les noms de Peres & de Freres que se donnoient les uns aux autres les Chrestiens de la Primitive Eglise, & qui temoignoient l'union & la charité qui

« PreviousContinue »