Page images
PDF
EPUB

TRE's.

CHAPITRE XXV I.

Des Religieuses Chanoinesses Premontrées.

par un fi

ne

E ne furent pas des hommes seuls qui voulurent embraf

ser les Regles étroites de la perfection fous la conduite de iaint Norbert , il y eut aussi un tres grand nombre de veuves & de filles qui suivirent cet exemple. Les premiers Monalteres qu'il establit estoient communs pour les personnes de lun & de l'autre sexe qui n'estoient separés que par un mur de clôture. La Bien-heureuse Ricovere femme d'un Gentil homme nommé de Claftre, fut la premiere qui reçut le Voile des mains de ce saint Fondateur, & elle fut suivie grand nombre de personnes de son sexe , que du vivant de laint Norbert il y avoit plus de dix mille Religieuses de son Ordre.

Elles vivoient dans les commencements avec beaucoup d'austerité & gardoient un étroit filence ; elles ne chantoient pas au Chaur ni à l'Eglise, mais recitoient en particulier le Pleautier ou l'Office de la Vierge. Elles ne pouvoient pas sortir du Monastere lorsqu'elles y estoient une fois entrées. Il leur estoit pas permis de parler à aucun homme , non pas mesme à leurs plus proches parens , qu'en prefence de deux Religieuses & de deux freres Convers qui devoient entendre leur entretien. On leur coupoit les cheveux jusqu'aux oreilles. Un mechant morceau détoffe noire leur fervoit de voile, & leurs habits n'estoient que de laine grossiere ou de peaux de brebis, ce qui n'empefcha pas les Bien-heureuses Anastasie Princesse de Pomeranie, Gertrude fille de Louis Lantgrave de Helle & de Turinge, Gude Comtesse d'Arnstin , Agnés Comtesse de Brienne, & plusieurs autres Dames de mesme distinction,d'embrasser cer Institut, & l'an 12191 huit fæurs file: d'un Gentil homme de Brabant nommé Reinere, prirent en mesme tems l'habit de cet Ordre dans le Monaftere de Pellebergue proche de Louvain. ! Le Bienheureux Hugues des Fossés premier Difciple de faint Spond. ama Norbert qui lui succeda dans le gouvernement dedou Ordre, izigo voïant quocemélange de personnes de l’un & de l'autre sexe >

Ecclef. amo

Tre's.

peli par l'avarice

RELIGIEUSES
PRIMORSES que ce saint Fondateur avoit non seulement establi dans le

Monastere de Premontré, mais encore dans tous les autres de
l'Ordre , pouvoit nuire beaucoup à la Regularité, fic ordon-
ner par un Decret du Chapitre General de l'an 1137. qui fut
confirmé par le Pape Innocent II. que l'on ne recevroit plus à
l'avenir des Religieuses dans les Monasteres d'hommes , & que
celles qui y estoient déja, seroient transferées ailleurs.C'est pour-
quoi Barthelemy Evesque de Laon, dont nous avons déja par-
lé dans les Chapitres precedens , transfera celles qui estoient à
Premontré au Monastere de Fontenelle qui en estoit éloigné
d'une lieuë , comme il paroist par ses Lettres de l'an 1181. Les
Papes Innocent & Celestin II. Eugene III. & Adrien IV. or-
donnerent que

les Religieuses qui avoient esté ainsi transferées seroient entretenuës aux depens des Monasteres d'hommes dont elles estoient sorties.

Mais ce grand nombre de Religieuses que nous avons dit avoir esté de plus de dix mille du vivant mesme de saint Norbert , est presentement bien diminué ; de cinq cens Monasteres qu'elles ont eus , il n'en est resté que fort peli par de plusieurs Abbés,qui recenant leurs revenus, en les unissant à leurs Abbaïes, dont ils estoient sortis , n'ont plus voulu recevoir de Religieuses dans la suite, ce qui fait qu'en France il n'y a aucun Monastere de ces Religieuses. Il n'estoit resté que celui de la Rochelle sous le nom de sainte Marguerite qui à eu le mesme sort des autres , & est maintenant occupé par les Prestres de l'Oratoire.

Quelques Abbés d'Allemagne voulurent aussi les supprimer en ce païs. Dieteric Abbé de Stingade au Diocese d’Ausbourg en 1281. qui n'avoit alors que le nom de Prevost, resolut du consentement de ses Religieux de ne recevoir plus de Religieuses afin de supprimer leurs Monasteres. Conrad quatorziéine Abbé ou Prevost de Marchtal au Diocese de Constance, prit la mesme resolution en 1273. & s'engagea par ferment avec son Chapitre de n'admettre aucune fille à la Professjon Religieuse pendant cinquante ans. Cela n'a pas empesché que la pluspart des Relegieuses d'Allemagne n'y soient toûjours demeurées & qu'elles n'y aïent des Monasteres très considerables. Il se trouve mesme quelques Monasteres dont les Abbesses song Princesses Souveraines. Il y en a auffi plufieurs dans le Brabant, en Flandres, en Polo

gne,

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Chanoine Regulier de la Congregation des croix de Conimbre en Portugal.

43.

[ocr errors]

NES REGU LIERSDESTE,

.

en Boheme, où elles vivent avec édification,quoi qu'un peu de- CHANCE
chuës du premier esprit de severité que saint Norbert leur Inf-
tituteur leur avoit inspiré. On admire encore en elles un desin-CROIX DE
terellement toûjours égal, & elles se font un point essentiel de
leurs observances de ne point prendre de dot des filles qu’on
reçoit dans les Monasteres , à ce que dit le P. Hugo dans la vie
de saint Norbert.Dans quelques-uns de leurs Monasteres,elles
portent seulement au Chaur un grand manteau, & dans quel-
ques autres elles ont aussi une aumuce blanche sur le bras avec
leur manteau. Il y a des Religieuses Premontrées en Espagne
qui ont embrassé la Reforme qui a esté introduite dans cette
Cyrcarie, comme nous avons dit dans le Chapitre precedent.
Voiez le Paige, Biblioth. Premonft

. Bolland, Tom. 1. Junii.
pag. 818. & le P.Hugo, Vie de saint Norbert.

CHA PIIR E XXVII.

Des Chanoines Reguliers de sainte Croix de Conimbre en

Portugal , avec la vie de Dom Tellon leur Fondateur.
C С

à
ETT e Congregation de Chanoines Reguliers n'a pas

la verité tiré son origine de celle de saint Ruf, mais c'est sur cette Congregation qu'elle s'est entierement conformée : elle en a pris les Constitutions , les Reglemens , la forme & la maniere de gouvernement , & elle y avoit appris cette observance Reguliere dont elle a fait profession pendant un longtems , qui l'a rendu si celebre en Portugal, & dans quelques Provinces d'Espagne, avant qu'elle fust tombée dans le relâchement qui y a fait introduire une Reforme en 1527. qui l'a fait mettre au rang des Ordres les plus austeres.

Cette Congregation commença l'an 1131. par le zele d'un Chanoine & Archidiacre de la Cathedrale de Conimbre nommé Tellon, qui fut aidé dans cette entreprise par onze personnes d'une très grande pieré qui avoient resolu de se consacrer à Dieu. Tellon nâquit à Conimbre le trois Mai de l'an 1070. fon pere s'appelloit Odoart , & sa mere Eugenie, qui estoient des personnes illustres par leur noblesse, si on en veut croire D. Nicolas de sainte Marie Chanoine de cette Congregation, qui en a fait l'histoire. Cependant selon plusieurs Auteurs ils Tome 11.

Z

« PreviousContinue »