Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

NORBERT

avancé pour faire choix d'un establissement, il prit le parti VIE DE S. de l'Eglise ; & aïant accepté un Canonicat dans l'Eglise Imperiale de Santen, lieu de la naissance , il fut fait Soudiacre.

Les grands biens qu'il poffedoit & la fortune qui lui estoit favorable l'empescherent de se bien acquitter de son ministere. Il s'abandonna entierement aux plaisirs & aux vanités du siécle , qui se trouvent dans les cours des Princes ; car il suivit celles de l'Empereur Henri V. & de Frideric Archevesque de Cologne , jusqu'à ce que Dieu qui le destinoit pour estre le Chef d'une sainte Congregation qui devoit faire un des plus beaux ornemens de son Eglise, lui ouvrit les yeux pour voir le danger où il estoit de fe perdre au milieu de cette mer orageuse des vanités du siécle , en permettant que la foudre tombast à ses pieds & le renverlast par terre, où il demeura evanoüi l'espace d'une heure , de force qu'estant revenu à lui & repassant sur tous les desordres de sa vie passée , il changea tout d'un

coup de conduite , & aïant pris une ferme resolution de seconvertir entierement à Dieu, il alla trouver l'Abbé Conon, depuis Evesque de Ratisbonne , qui estoit pour lors Superieur d'un Monastere de Benedictins á Sigebern à trois lieuës de Cologne. Il le prit pour son Directeur,& profita si bien de ses conseils, qu'il n'avoit plus d'autre ambition que pour la pauvreté , le mepris du monde , les opprobres & les afflictions. Il ne quitta pas pour cela ses habits precieux ; mais il mortifioit la chair par le cilice , le jeûne & l'abstinence, & passoit les jours & les nuits en prieres.

Le tems estant venu de conferer les Ordres, il fut trouver le inesme Frideric Archevesque de Cologne, à qụi il decouvrit le dessein qu'il avoit de suivre Jesus Christ. Il le supplia instamment de l'admettre au nombre de ceux qui aspiroient aux Ordres, ce qu'il lui accorda, ce Prince s'estonnant de voir une personne demander avec empreslement ce qu'il lui avoit offert plusieurs fois , & qu'il avoit toujours refusé.

Il quitta pour lors ses habits precieux où l'or & les pierreries paroissoient avec éclat , & se revestit", au grand c{tonnement de tout le monde ; d'une tunique qu'il s'estoit faite lui mesme de peaux d'agneaux, qu'il ceignit d'une corde , & reçut en mesme jour avec trop de precipitation le Diaconat' & la Pretrise , dont il demanda dans la suite pardon au Pape Gelase II:

VE DE S. Il retourna ensuite à l'Abbaïe de Sigebern pour y apprendre NORBERT.

toutes les fonctionsde ses Ordres , ou, après avoir demeuré quarante jours , il vint chez lui pour exercer les mesmes fonctions dans l'Eglise Imperiale de Santen dont il estoit déja Chanoine , comme nous avons dit.

Le Doyen & les Chanoines de cette Eglise l'aïant prié de celebrer la sainte Messe un jour de Feste, il fit selon la cousțume après la lecture de l'Evangile, un discours si touchane contre les vanités de ce monde & le peu de durée de cette vie, que plusieurs personnes se convertirent. Il continua ensuite à prescher la parole de Dieu , & reprenoit si fortement les vices,& mesine'exhortoit si puissamment ses confreres à n'avoir point d'autres occupations que celles où il s'agissoit de la gloire de Dieu & de leur propre falut , que cela lui attirá leur haine. Il y eut mesme un Clerc de cette Eglise qui lui cracha au visage, outrage que Norbert fouffrit avec une moderation furprenante. On voulut empescher le fruit de ses Predications en l'accusant auprès de Conon Evesque de Palestrine & Legat du Pape Gelase en Allemagne , de ce qu'il avoit usurpé ce droit qui ne lui appartenoit pas, & qu'il estoit vestu d'un habit extraordinaire qui n'estoit point usicé ; mais il se justifia & donna de fibonnes raisons au Legat que ses ennemis furent confondus.

Pour ceder à l'envie , il resolut de s'éloigner pour quelque tems. Il alla trouver l'Archevesque de Cologne pour remertreentre ses mains cous fes Benefices & ses revenus Ecclesiastiques. Il vendit en mesme tems tout ce qu'il avoit de patrimoine , dont il donna l'argent aux pauvres, & vint trouver le Pape à faint Gilles, ville de Provence , de qui il obrint

permission d'annoncer la parole de Dieu.

Il accompagnoit ses discours de tant de mortifications & d'austerités , qu'il convertit beaucoup de monde ; car il alloic nuds pieds , marchait dans la neige jusqu'aux genoux, estoit yestu très-pauvrement n'aïant que fa tunique de peaux d'agneaux, & gardoit le jeûne du Caresme, c'est-à-dire qu'il ne mangeoit qu'une fois le jour sur le soir,

Preschant à Valenciennes , tous les habitans le supplierent de ne les point quitter & de continuer chez eux le; fonctions de fa mission : il ne voulut point acquiescer à leur demande parce que son intention estoit d'aller à Cologne ; mais il fuç

obligé d'y rester plus long-tems qu'il ne pensoit à cause de la VIL DES

NORBERTA maladie dont trois compagnons qui s'estoient déja joints à hui furent attaqués, & dont ils moururent,

Bernard Evefque de Cambray y estant venu pendant ce tems-là , Norbert voulue lui parler parce qu'ils avoient esté ensemble à la Cour de l'Empereur , & qu'ils se connoissoient familierement. Lorsque ce Prelat le vit nuds pieds, mal vestu, & dans un estat fi different de cette propreté qu'il affectoit autrefois , il l'embrassa avec beaucoup de tendresfe , & ne puc retenir ses larmes. Son Aumônier qui avoit introduit notre Saint , surpris de cet accueil , en demanda le sujet à son maistre. Ce Prelat lui dit qu'il ne devoit pas s'en étonner ; que celui qu'il voïoit en un fi pauvre équipage,avoit esté un des plus propres, & des plus enjoués de la Cour: qu'il avoit refusé beaucoup d'emplois & mesme l’Evesché de Cainbray qu'il n'avoit qu'à son refus. Cette reponse toucha si fort cet Aumônier, que quittant dès lors tous les avantages qu'il pouvoit esperer dans le monde,il se joignit à saint Norbert,& fe fit son Difciple. C'est le bienheureux Hugues des Fossés qui nous a donné la vie de ce saint Fondateur, & qui a esté son Successeur dans le gouvernement de Premontré.

Gelafe eltant mort & Calixte 11. lui aïant succedé, il assem* bla un Concile à Rheims en 1119. pour remedier aux maux dont l'Eglise estoit pour lors affligée. Saint Norberts'y rendit avec son nouveau Compagnon pour demander au Pape la continuation de la permiflion que son Predecesseur lui avoit accordée pour prescher par tout l'Evangile. Il n'y eut personne qui n'admirât son zele Apostolique, son aufterité de vie & son détachement pour toutes les choses de la terre ; ce qui fut cause que Barthelemi Evelque de Laon le retint dans fon Diocese , où le Saint fonda fon Ordre à Premontré dans la forest de Coucy, comme nous avons dit dans le Chapitre precedent. Il auroit fort souhaité ne point quitter ce lieu où il trout

& sa consolation ; mais il fut obligé d'en sortir fouvent malgré lui pour les affaires de fon Ordre qui se multiplioit beaucoup de jour en jour , & l'an 1126. après en avoir obtenu la confirmation d'Honorius II. qu'il avoit esté trouver à Rome pour ce sujet , à son retour il fut sollicité

par l'Evesque de Cambray , qui connoissoit sa charité & fon zele;

yoit fon repos

meres.

Vie de S. pour aller secourir la Ville d'Anvers , qui estoit toute corNORBERT. rompuë des erreurs d'un certain Heretique nommé Than

chelin & de ses Sectateurs qui avoient fait un grand ravage dans les ames.

C'estoit un homme d'esprit , éloquent , magnifique & voluptueux , il enseignoit que le Sacrement de l’Eucharistie estoit inutile pour le salut , & que les Ordres d’Evesque & de Prestre n'estoient qu'une vaine fiction. Il estoit ordinairement suivi de trois mille hommes qui tuoient ceux qui ne vouloient pas embrasser sa doctrine. Il marchoit en grand Seigneur,portoit des habits magnifiques, avoit les Cheveux entortillés avec des petits cordons de soïe, & repliés en trois avec des attaches d'or. Is se servoit de douces paroles pour seduire le peuple & lui faisoit de splendides repas pour gagner fes bonnes graces. Ses Sećtateurs bûvoient l'eau dans laquelle il avoit lavé ses mains, & la conservoient dans des reliquaires qu'ils portoient d'un lieu en un autre, aussi-bien que de Ion urine. Il les avoit fi fort abusés qu'il pouvoit corrompre sans honte les femmes à la veuë de leurs maris & les filles en presence de leurs

Saint Norbert avec ses Religieux eut bien de la peine à détruire cette abominable Herelie ; mais enfin , après plusieurs travaux & beaucoup de fatigues, il tira cette Ville de ce miserable estat , & les Chanoines d'Anvers en reconnoissance lui donnerent leur propre Eglise dediée à saint Michel pour y establir une Communauté de ses Religieux , & se retirerent dans l'Eglise de Nostre-Dame, qui est maintenant la Cathedrale.

Pendant fon abfence les Religieux de Premontré gardoient si fidellement leur Regle & les Constitutions qu'il leur avoit prescrites , qu'ils alloient meline au-delà de ce qu'il eut peutestre fait lui-mesme; car dans une famine ils ne mirent point de bornes à leurs aumosnes ; & aïant resolu de nourrir tous les jours cinq cens pauvres , ils se trouverent tellement épuisés qu'ils n'avoient plus d'argent dans leur maison. Saint Norbert en aïant reçu du Comte Thibaud leur en envoïa ; & parce qu'il avoit temoigné quelque peine de ce qu'ils s'estoient engagés dans de si grandes aumösnes , il leur ordonna d'ajoûter encore lix-vingts pauvres à ceux qu'ils nourrissoient déja, comme aussi plusieurs autres charités qu'il leur prescrivit

. L'année

« PreviousContinue »