Page images
PDF
EPUB

SEPULCRE.

CHANOL stalé à la place de Daibert retrancha une partie de leurs reve-
LIERS DU S. nus, & leur assigna seulement à chacun cent-cinquante bezans

par an dont ils jouissoient en particulier ; que Gibelin avant sa
mort escrivit au Roi Baudouin pour le prier d'appuïer defon
autorité ce qu'il avoit ordonné à les Chanoines, qui estoit de
manger en commun suivant la coustume de plusieurs Eglises,
principalement de celles de Lyon & de Rheims ; qu'Arnoul
contraignit de sortir de son Eglise ceux qui ne voulurent pas
imiter les Apoftres en embrallant la vie commune , & qu'il
donna la Regle de saint Augustin à ceux qui s'y foumirent,
comme nous avons déja dit? D'ailleurs, s'il eltoit vrai que saint
Jacques euft estél’Instituteur des Chanoines Reguliers du saint
Sepulcre , &

que

l'on eult esté dans cette pensée dans le douziéme siécle , comment ce Patriarche Arnoul dans ses Lettres de l'an 1114. par lesquelles il oblige ses Chanoines de vivreen commun, ne leur auroit-il pas proposé l'exemple de leur Pere & Instituteur l'Apoftre faint Jacques ? Enfin,s'il estoit vrai

que le Patriarche Daibert eust adressé ce pretendu Catalogue des Evefques de Jerusalem à Guy Grand Prieur de la Maison de faint Luc de Perouse & Vicaire General de l'Ordre du faint Sepulcre, comment le Pape Celestin II. dans une Bulle de l'an 1143. où tous les Monasteres que les Chanoines de cet Ordre avoient tant dans la Terre sainte, qu'en Europe sont enoncés, auroit-il pu oublier le Couvent de Perouse , où estoit la resis dence du Vicaire General de l'Ordre, & dont il ne fait point de mention ? Les mefines Memoires qui m'ont esté donnés

par les Religieuses de Belle-Chasse ajoûtent, que l'an 1680 le General de cer Ordre en Pologne vinc à Paris, & qu'il leur montra un minuscrit qu'il disoit estre de quatorze cens ans, où l'on vožoit une image de l'Apostre faint Jacquies habillé comme les Chanoines Reguliers de l'Ordre du saint Sepulcre , sçavoir d'une foutane noire ; d'un rochet, un mantelee pardessus , & dessus le mantelet un grand manteau noir crainant à terre avec 'un grand cordon double de couleur de feu , aïant cinq neuds & deux houpes , & la croix Patriarchale du colté gauche du manteau; mais il ne fälit point d'autres preuves de la fuppofition de ce manuscrit , que cet'habillement que l'on a donné à l'Apostre saint Jacques , & qui effectivement elt l'habillement des Chanoines & des Chanoinesses du saint Sepulcre, mais qui est un babillement moderne. Celui d'un de ces Chanoines que

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]
[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

nous avons fait graver avec le manteau trainant à terre ; a esté CHANOIdelliné sur une image du B. André, auquel on donne le titre LIERS DU S. de Prince d'Antioche, d’Archi-Prieur de l'Eglise Patriarchale SEPULCRE. du faint Sepulcre,& de General de tout l'Ordre,&c'est l'habillement que portoient les Chanoines de cet Ordre en Allemagne & en Flandres. Dans la figure que le P.du Moulinec a fait graver d'un de ces Chanoines en Pologne, il lui a donné un rochet comme on le voit sur une image qui est au commencement du Propre des Saints de cet Ordre, imprimé en Pologne en 1663. mais à celle que j'ai fait graver ausli, je ne lui ai point donné ce rocher ; car dans les Memoires que j'ai reçus de Pologne en 1704. il est marqué que très rarement,' mesme dans les fonctions Ecclesiastiques, ils se servent de rochet & desurplis, qu'il n'y a que quelques endroits où dans les fonctions Ecclesiastiques ils mettent un surplis avec une mozette ou camail.Ceux d'Italie & d'Angleterre n'estoient pas habillés comme ceux d'Allemagne , de Pologne & de Flandres : il y avoit mefme encore de la difference entre ces Chanoines d'Italie & d'Angleterre ; car les premiers avoient une foutane noire avec un rochet pardessus, & une chappe à laquelle estoit attaché un capuce , & ils portoient sur le colté gauche une croix rouge un peu grande,accompagnée de quatre petites: ceux d'Angleterre avoient une chappe femblable, sur laquelle il n'y avoit qu'une croix Patriarchale, & leur foutane estoit blanche. Les uns & les autres avoient la barbe longue, & portoient aussi un bonnet quarré sur leurs testes.SilvestreMaurolic fait mention de deux Prieurés de cet Ordre en Sicile , dont l'un hors des murs de Piazza , qui ne sont que des Benefices simples à la nomination du Roi, & dont les Prieurs portent sur leurs habits la croix , rouge cantonée de quatre autres petites. Cet Ordre n'aïant commencé qu'en 1114. les Chanoines du faint Sepulcre ne peuvent pas avoir passé en Angleterre l'an 1119. comme quelques Historiens disent. Ils furent d'abord establis à Warvick', & ce premier Monastere devint Chef de plusieurs autres en ce Roïaume , en Ecofle , & en Irlande. Il y a eu parmi ceux de Pologne des personnes distinguées par leur science & les emplois qu'ils ont eus , comme Mathias Libienski General de cet Ordre en Pologne , qui a esté Archeyesque de Gnelne & Primar de ce Roïaume. Tous les Chanoincs du saint Sepulcre efçoient habillés de blanc lorsqu'ils estoient en possession des Saints

REGULIERES

CHANON: lieux de Jerusalem. Le Pere du Moulinet dit qu'il a trouvé

la raison pour laquelle ils ont quitté le blanc pour prendre le PULSRESE- noir , dans une epistre Latine d'un bon Religieux qui vivoit

dans les Païs-bas', il y a plus de deux cens cinquante ans :
c'est , dit-il, qu'ils portent l'habit noir en ligne de deuil de ce
que l'Eglise du saint Sepulcre de Jerusalem est possedée par les
Infidelles. Cet Ordre fut supprimé l'an 1484. & ses biens fu-
rent unis à celui des Chevaliers de saint Jean de Jerusalem;
comme nous dirons dans le Chapitre suivant ; mais cette sup-
pression & cette union n'eurent point de lieu en Pologne & en
quelques Provinces d'Allemagne,& il n'y a pas long-tems qu'il
y avoit encore de ces Chanoines en Flandres.
Quant aux Chanoinesses Regulieres de cet Ordre, il

y a long-tems qu'elles ont des Monasteres en Espagne, en Allemagne & en d'autres Provinces. Elles ne sont en France que depuis l'an 1620. que la Comtesse de Chaligny , Claude de Mouy, fille de Charles Marquis de Mouy, & veuve d'm Prince de la Maison de Lorraine , fit venir de ces Religieuses du Païs de Liege pour les établir à Charleville. A peine cette Dame fut-elle née, que plusieurs Seigneurs de la Cour, charmés de sa beauté, la voulurent avoir pour Epouse. Estane encore fort jeune, elle fut promise & fiancée au Duc d'Epernon. Ce mariage ne se fit pas néanmoins ; elle épousa à l'âge de onze ans George de Joyeuse l'un des fils de Guillaume Vicomte de Joyeuse Mareschal de France. Quinze mois après son mariage elle demeura veuve , & épousa en secondes nôces l'an 1585. Henry de Lorraine Comte de Chaligny, dont elle eut

quatre

enfans. Elle resta encore veuve de ce Prince à l'âge de vingt-sept ans , & demeura dans le monde jusqu'à ce que ses enfans fuffent pourveus , s'emploïant à toutes sortes d'æuvres de charité. Elle prit enfin la resolution de se retirer dans un Cloistre , & fit choix de l'Ordre du saint Sepulcre qui estoit peu connu. Il y en avoit quelques Maisons à Aix-la-Chapelle, à saint Leonard près de Ruremonde, à sainte Croix proche de Lymborch , à la Cavée, deux à Liege, & à Viseit au Pais de Liege ; mais elle en voulut fonder encore une à Charleville : ce fut l'an 162 2. qu'elle fit venir des Religieuses de Viseit pour commencer ce nouveau Monastere ; & après que les lieux Reguliers eurent esté achevés.& les Observances establies , elle y prit l'habic &

« PreviousContinue »