Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

trouvé, ils le lui refuserent ; c'est en quoi ces Religieux sont ORIGINE dignes de blâme i puifque le P. Dom de Montfaucon habile

NOINES REdans l'antiquité, auroit pu descouvrir dans cet ancien monu- GULIERS. ment des choses qui auroient fait plaisir aux curieux, & peuteftre auroit-il donné quelque certitude, fi c'estoit le corps

de saint Augustin qui y estoit renfermé; ce qu'il n'auroit pas jugé par le mot d'Agostino, escrit, à ce que l'on pretend, en deux endroits, & qui avoit disparu aussi-tost qu'il avoit vû le jour.

Vożez, pour la vie de faint Augustin, le dixiéme Volume de ses ouvrages donnés par les PP. Benedictins, & le treiziéme Volume des Memeines de M. de Tillemont pour l'Hift. Ecclef.

С.

est un

CHAPITRE I I.
De l'origine des Chanoines Reguliers.
E que nous avons dit de l'origine , antiquité & progrés

de l'Etat Monastique dans la Dissertation preliminaire, devroit regarder aussi les Chanoines Reguliers.; puisque plusieurs Auteurs leur ont donné le nom de Moines

qui nom generique pour toutes sortes de personnes qui font prosession de la vie Religieuse. Penot Chanoine Regulier de la Penot, Hiß. Congregation de Latran , a pretendu prouver par dix-huit tripare catemoignages que ce nom leur appartenoit, aussi-bien que ce col.l.1.c. lui de Chanoine Regulier. Laurent Landmeter Chanoine Pre- 38. n. 4. montré de l'Abbaie de Tongerlot en Flandre , n'a pas fait, Laurent difficulté de dire, que les Clercs que S. Augustin fit vivre en decler.com commun, estoient des Chanoines Moines, & le Perele Large nach.vetere Chanoine Regulier de la Congregation de France , a reconnu infotuto que le nom de Moine leur avoit esté donné jusqu'au onziéme fiecle.

Mais comme il y en a plusieurs qui ne sont plus de ce sen-Disquis, . timent, nous rapporterons icy l'origine des Chanoines Reguliers en particulier. Ils pretendent avoir eu pour Fondateurs les Apostres mêmes, & appuïent leur sentiment sur l'autorité des Bulles des Papes Eugene IV. Benoist XII. Pie IV. Sixte IV. & Pie V. qui font remonter l'origine de l'Ordre Canonique jusqu'au tems de ces saints Fondateurs de l'Eglise. Mais si, conformément à ce que disent ausli la plậpart des SS. PP. & des Souverains Pontifes, les Conciles de Thion

part. 3. c. S.

De Canos, nic. Ord.

DES CHA.
NOINES.

Ferr. 173

Dom.

non pas

ORIGINE ville & de Meaux, & un tres-grand nombre d'Escrivains, les

Apostres ont esté les Fondateurs de la vie Monastique : ils'en-
REGULIERS. suivra que les Moines sont plus anciens que les Clercs ou Cha-

noines ; puisque ceux-cy n'ont esté institués que la veille de la
Passion du Sauveur du monde, lorsque dans la derniere Cene
qu'il fit avec ses Apostres , il les revêtit de la dignité du Sa-
cerdoce, en leur donnant pouvoir de consacrer son Corps
& son Sang ; & qu'il y avoit déja du tems que les mesmes
Apostres professoient la vie Monastique par l'abandon qu'ils

avoient fait de tous leurs biens pour suivre Jesus-Christ. C'est Pict. Cref. ce que dit Crescenze dans son Hiltoire des Ordres Religieux, dio Romano. qui pour appuier son sentiment, apporte ce passage de saint S. Vincen. Vincent Ferrier : Clericos extitisse antequàm Monachi efsent

clerici afferunt : quod non ita eft, nam non fuerunt Clerici usque. ferm. de

in finem Cæne , tamen priùs fuerunt Religiosi Monachi.
Le Cardinal Pierre Damien dit que ce sont des Moines &

des Chanoines , qui ont fondé l'Eglise Universelle
qui l'ont gouvernée & purgée de plusieurs erreurs. Nous nous
estonnons dit ce Cardinal, parlant aux Chanoines, de ce que
vous vouliez nous separer de l'union & de la societé de l'Eglise
Universelle ; puisqu'il est constant que l'Eglise Universelle a
esté fondée, gouvernée & purgée de plusieurs erreurs par les
Moines, & non pas par les Chanoines. Les Apostres,ces Fon-
dateurs & Conducteurs de l'Eglise, vivoient à nostre maniere,
& non pas à la vostre , & Philon le plus éloquent d'entre les
Juifs dans les livres qu'il a composés en faveur des nostres
appelle les premiers Chrestiens des Moines,& non pas des Cha-

noines, & leurs maisons des Monasteres: Multùm, fratres cham opufcul, 18. riffimi , si digni eftis audire , miramur , quomodo, vel ob quam

causam conamini nos à confortio á unitate Universalis Ecclefia
Jeparere : cùm conftet à Monachis , non à Canonicis Universalem
Ecclefiam fundatam , gubernatam, à diverso errore cribratam.
Apostoli nempe fundatores so rectores Ecclefiarum , noftro , non
veftro more vivebant , ut Lucas Evangelista in actibus Apostolo-
rum refert: & Philo difertissimus Judæorum , in libris
dem noftrorum conscripsit , primitivos Christianos Monachos non

Canonicos vocat, & habitacula eorum Monasteria nuncupat. Fejudiciis cap.

linus semble estre de mesme sentiment , lorsqu'il dit

vie Monastique a esté confirmée avant la canonique, & rapMsonuck. U porte plusieurs temoignages pour prouver que les Moines dois

Petrus Damianus.

!

1

quos in lau

Felin.de

que la

CAwam
Ver. Utnim

" ULIERS.

De Tillem,

vent preceder les Chanoines Reguliers. Bofius dit que S. Au- ORIGINE guftin inspiré de Dieu , prescrivit une maniere de vivre aux NOINES RIne rien posseder à l'exemple des Moines. Sanctus Auguftinus titu!. de divino lumine afflatus, Clericis qui sponte vellent fimul vivere & obeds nihil habere proprium , fed omnia communia exemplo Monacho- num. 6. rum Normam vivendi dedit. Enfin il y a une infinité d'Auteurs Thom Boqui disent la mesme chose , & qui conviennent qu'il n'y a factories point eu de Communautés de Clercs dans les trois premiers c. s.p. 6697 liécles de l'Eglise, & qu'elles n'ont commencé que dans le quatriéme.

En effet M. de Tillemont pretend que, pour chercher la premiere de ces Communautés, il ne faut pas remonter plus H.f. Ecciefa loin qu'à faint Eusebe Evesque de Verceil , qui renferma tous to 7. 7. p. les Ecclesiastiques de cette Ville dans une mesme maison, où 532. il vêcut avec eux dans la pratique & les observances de la vie Monastique ; & comme S. Ambroise dir

, que ce fut avant for bannissement qu'il fit de fon Eglife un Monastere , il faudroit que ce fut avant l'an 355. puisque ce fut cette année-là

que

se tint le Concile de Milan, où ce saint Evesque fur exilé

pour n'avoir pas voulu souscrire à la condamnation de S. Athanase.

Mais le P. Thomassin attribuë à saint Augustin la gloire Thomass. d'avoir le premier establi des Communautés Ecclesiastiques Pifcipl. Es. après qu'il eût esté fait Evesque d'Hippone , à laquelle digni- liv. 1.2.408 té il fut elevé l'an 395. Il avouë bien que saint Eusebe lui : pourroit disputer cette gloire ; mais comme il fit prendre à son Clergé l'habit, la profession & l'estat des Moines, &

que S. Augustin laissa son Clergé dans l'estat des Ecclesiastiques, n'aïant ajoûté à la vie & à la pieté clericale, que la vie commune & la desapropriation; c'est donc à ce Saint Docteur de l'Eglise qu'il faut rapporter l'institution des Clercs quiont vêcu en commun. Les raisons que le P. Thomassın donne

le P. Thomassın donne pour ne rapporter l'origine des Communautés Ecclesiastiques qu'à saint Auguf no 3.0 46 tin, font tres-fortes. Il dit que la premiere Communauté des Apostres, des Disciples & des Fidelles , ne consistoit que dans la desapropriation que plusieurs particuliers embrassoient , & dans la distribution qui se faisoit à chacun selon ses besoins; mais qu'ils ne logeoient pas, ni ne prenoient pas leur refection en commun ;-& quoique cette communauté de biens ait esté

Ibid. c, 434

Ibid.c.?

ORIGINE) confervée entre les Ecclesiastiques durant les premiers siécles;
PES.CHA- & qu’on distribuoit à chacun une portion des revenus de,
REGULIERS. l'Eglise proportionnée à fon besoin, à fon rang & à son tra-

vail, que c'est cela mesme qui peut servir de preuves que les
Clercs ne vivoient pas en commun; car, ajoûte-t-il, fi le Clergé
euft vecu en commun, on n'eust pas appellé les Clercs: Spur-
tulantes fratres on n'eust pas appelle les distributions qui fe fai-
soient tous les mois: Divisiones menfurnas ; on n'eust pas distin-
gué les distributions des Prestres de celles des Clercs inferieurs,
& on ne le eust pas a jugées par un privilege fingulier aux jeunes
Clercs , qui s'estoient signalés par la confellion du nom de
Jefus-Chrift: Sportulis.iisdem cum Presbyteris honorentur. S. Cy-
prien n'ordonneroit pas de faire de certaines aumosnes de la
portion qui lui estoit eschuë : de quantitate mea propria. Eu-
debe ne diroit pas que les Novatiens attacherent à leur parti
l'Evesque Natalis , en lui promettant cent cinquante pieces
d'argent par mois; & les Constitutions Apostoliques ne regle-
roient pas les portions inégales qui se devoient faire des biens
de l'Eglise. C'est ce qui ne se voit pas, dit le P. Thomaslin,
dans les Congregations où toutes choses sont communes.

Ce sçavant Elcrivain remarque encore que le Pape Syrice dans la lettre à Hymerius Evesque de Tarracone, propose un grand nombre de reglemens pour la discipline du Clergé, qu'il y parle des Moines & des filles consacrées à Dieu, & de leurs Monasteres ; mais qu'il n'y a dans cette lettre aucune apparence qu'il y eust dés lors des Ecclesiastiques vivans en

Communauté. Enfin pour plus grande preuve , le P. ThomasIbid. n. 6. sin ajoûte que S. Auguftin dans lon livre des mours de l'Eglise

qu'il escrivit avant que d’estre Prestre, n'auroit pas manqué de donner un rang honorable aux Communautés Ecclesiastiques, s'il en avoit connu quelques-unes ; car il y fait une excellente peinture des Monasteres d'Egypte & d'Orient, habités les uns par des hommes, les autres par des filles. Il allure qu'il a connu des personnes seculieres à Rome & à Milan, qui vivoient, prioient & travailloient toutes ensemble dans une mesme maison sous la direction d'un Prestre , & qu'il y avoit de pareilles Communautés de femmes seculieres ; mais parlant des Ecclesiastiques, il ne marque point qu'ils vecussent dans des Communautés ; au contraire il admire d'autant plus leur pieté , qu'elle estoit à l'épreuve de tant de tentations qui

Ibid. n. so

[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »